Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBig Sexy Noise › Big Sexy Noise

Big Sexy Noise › Big Sexy Noise

cd | 12 titres

  • 1 Gospel singer
  • 2 Kill your sons
  • 3 Slydell
  • 4 Digging the hole
  • 5 Baby faced killer
  • 6 Bad for Bobby
  • 7 Dark eyes
  • 8 Another man comin'
  • 9 God is a bullet
  • 10 That smell
  • 11 Your love don't pay my rent
  • 12 Doughboy

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Terry Edwards (orgue, saxophone), James Johnston (guitares, choeurs), Lydia Lunch (chant), Ian White (batterie, percussions)

chronique

Les collaborations, Lydia, c’est une spécialiste, mais depuis quelques années, elle n’arrête plus, elle a même formé deux groupes, Retrovirus et Big Sexy Noise. J’ai déjà chroniqué le premier, parlons du second. Qu’est-ce qui les distingue ? Pas mal de choses mais il est clair qu’ils représentent deux branches vénéneuse d’une même souche putride. Accompagnée cette fois-ci de musiciens de Gallon Drunk, Celle qui sait mieux que personne transformer le langage de charretier en poésie brute plonge avec délectation dans une no wave garage épaisse (moins marécageuse et brutale que celle de Retrovirus cependant) parcourue d’influences jazzy sombres pour asséner sans complaisances ses saynètes au parfum amer de violence, de sang, de foutre, de dope et d’alcool (j’oublie le tabac ?). Ses cordes vocales burinées par des années de clope (entre autre), plus menaçantes que jamais, se coulent encore plus méchamment qu’à ses débuts dans ce marasme terrifiant et jouissif à la fois. Compositions propres cette fois-ci (exception faite d’une reprise de l’incontournable Lou Reed et d’une autre de Lynyrd Skynyrd, transfigurée toutes les deux) marquées à mon sens par un groove incroyable dans la rythmique, support parfait pour des guitares grinçantes, tranchantes et quelques ajouts plus tendus (saxo noise barré et orgue maladif). Mélodies en béton pour Mme Lunch simplement parfaite derrière son micro, chantant, menaçant, à la limite d’une scansion rap parfois (les excellent ‘Another man comin’, ‘God is a bullet’, le second secondée de James Johnston sur le refrain), parfaite Lady Day du bitume comme jamais. Rien n’a dilué son venin et sa rage et moins que jamais elle ne se prête au compromis; la maturité n’étant que prétexte à frapper plus juste pour faire plus mal. Rien à écarter dans cette collection de brûlots d’une noirceur extrême qui n’en perdent pas leur sens du groove pour autant. L'art du sexe sur la corde raide...

note       Publiée le jeudi 8 mars 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Big Sexy Noise' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Big Sexy Noise"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Big Sexy Noise".

ajoutez une note sur : "Big Sexy Noise"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Big Sexy Noise".

ajoutez un commentaire sur : "Big Sexy Noise"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Big Sexy Noise".

born to gulo › jeudi 8 mars 2018 - 22:06  message privé !

Son meilleur disque (avec l'autre) tous projets confondus, et haut la main, pour bibi.

Note donnée au disque :