Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLarval › Predator or prey

Larval › Predator or prey

9 titres - 44:26 min

  • 1/ One last flight (4:52)
  • 2/ The entity returns (5:21)
  • 3/ Predator or prey (4:58)
  • 4/ The strange farm (3:33)
  • 5/ The crippled dance (5:56)
  • 6/ Half a bubble off (2:29)
  • 7/ Alpha Thejone (6:10)
  • 8/ In the wee small hours of the morning (4:50)
  • 9/ Entity remix (6:17)

enregistrement

Koko Studios, Royal Oak, Michigan, USA, 1999

line up

Bill Brovold (guitare, piano, voix), Toby Summerfield (guitare, contrebasse), Marco Smith (batterie), Genevieve Padgette (violoncelle), Jason Shearer (saxophone), Kurt Zimmerman (violon), Shumit Dasgupta (basse), Tamara Lehew-Whitty (voix)

remarques

chronique

Styles
jazz
rock
Styles personnels
avant garde > microtonal

Cette troisième publication de Larval se fait sur le fond d'un profond changement ; plus aucun des musiciens qui entouraient autrefois Bill Brovold ne répond à l'appel. En lieu et place, on retrouve toute la fine équipe qui accompagnait déjà Brovold sur son album solo paru deux semaines plus tôt ! Concours de circonstance ou témoin d'une nouvelle étape ? L'avenir nous le dira... Seul témoin du passé, une réadaptation, avec voix, assez réussie, et un remix, plutôt inutile, de "The Entity" qui figurait sur leur premier album éponyme. Mais de manière générale, on reste relativement déçu par cette seconde livraison pour le mythique label Knitting Factory. La perception globale que l'on peut se faire du présent disque laisse clairement apparaître que moins d'espace est désormais accordé aux longues explorations. Le jeu des guitares reste, quant à lui, sensiblement le même mais recentré sur un effet que l'on veut plus concret alors qu'autrefois il était suggéré par une vicieuse progression. Autrement dit, le volume prend le pas pour cacher un contenu qui n'est pas à la hauteur de leurs enregistrements passés. En soit, "Predator or Prey" est loin d'être un mauvais album. Surtout si on le compare à la majorité des productions actuelles. Seulement, il se rapproche plus ici des travaux de Nick Didovsky (et son groupe Doctor Nerve), connus pour son incroyable nervosité, perdant, au passage, un peu de sa singularité. Bizarrement, tout ce qui avait distingué jusqu'ici le groupe de Bill Brovold semble ne plus être un argument prépondérant à l'enregistrement de ce disque. Tout porte à croire que le guitariste a voulu jouer la carte diplomatique, en laissant ses musiciens prendre eux aussi les commandes. Si "Predator or Prey" témoigne avec véracité de l'esprit du groupe, il perd au passage son sens de l'orientation.

note       Publiée le samedi 1 décembre 2001

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Predator or prey" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Predator or prey".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Predator or prey".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Predator or prey".