Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWKeith Fullerton Whitman › Playthroughs

Keith Fullerton Whitman › Playthroughs

  • 2002 • Kranky KRANK 055 • 1 CD

5 titres - 49:39 min

  • 1/ Track 3a [2waynice] (5:30)
  • 2/ Feedback Zwei (10:01)
  • 3/ Fib01a (8:01)
  • 4/ Acgtr Svp (9:05)
  • 5/ Modena (17:02)

enregistrement

USA, septembre 2001-avril 2002

line up

Keith Fullerton Whitman (guitares, laptop)

remarques

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
minimalisme electro acoustique

Des ondes. Des ondes infinies qui vont et viennent au travers de vos enceintes, vous transpercent les tympans par le biais de votre casque d'écoute. Un nuage que l'on traverse, une vague qui nous porte, un disque aussi : "Playthroughs" de Keith Fullerton Whitman. Une anesthésie générale qui démarre d'abord au niveau local. A l'exception de deux ou trois effets supplémentaires rajoutés en post production pour conférer à ces cinq titres encore plus de densité, tout ce que vous serez amenés à entendre sur ce disque fût généré à l'origine à l'aide de guitares, qu'elles soient acoustiques ou électriques. Remodélées via un traîtement informatique sur laptop, utilisant tout un panel d'effets, du modulateur harmonique au delay, Fullerton Whitman réalise un disque d'une quiétude tétanisante, qui ne peut échapper à sa nature profondément méditative, et ce même si telle n'était pas l'intention de départ. La sonorité chaude et ample qui s'en dégage crée une série de nappes brumeuses dans lesquelles on s'abandonnera volontiers, chaque titre ayant sa spécificité en matière d'expérimentation sonore. "Acgtr svp", comme le sous-entend son titre, s'appuye sur la profondeur des réverbérations d'une guitare acoustique. Démultipliées, ces ondes intermittentes arborent une certaine familiarité avec les gammes d'un accordéon, sans pour autant s'embarasser de ce que l'instrument précité a de plus poussiéreux. La longue plage "Modena", qui met un terme à ce disque, se déploie langoureusement quant à elle à partir de sonorités doucement électroniques, genre de langage morse cotonneux évoluant en de multiples variations, faisant autant référence - inconsciemment ou non d'ailleurs - à des artistes comme Terry Riley, Steve Reich, Brian Eno, Squarepusher et Labradford. Difficile d'en dire vraiment plus au sujet d'un disque qui s'écoute tout aussi agréablement de jour comme de nuit.

note       Publiée le lundi 20 juin 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Playthroughs".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Playthroughs".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Playthroughs".

Horn Abboth › mercredi 6 octobre 2010 - 21:37  message privé !

Heureusement que les petites fenêtre de droites sont là pour nous rappeler qu'il y a des disques que l'on ne soupçonne pas une seconde qu'ils soient chroniqués sur ce site. Celui-ci en fait partie. Découvert cet été et pas mal écouté, il passe vraimment très bien. Du drone lumineux pur jus, des morceaux d'une longueur raisonnable qui font que l'on n'a pas le temps de se lasser ou de décrocher. Un très bon disque 5,5.

Note donnée au disque :