Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnksunamon › Maah's pyramid

Anksunamon › Maah's pyramid

cd • 4 titres

  • 1Maah's pyramid2:54
  • 2In the kingdom of seth2:55
  • 3The color fallen from the sky3:18
  • 4The queen of eanna3:21

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé au Studio Amphore (www.studio-amphore.fr.st) à Lyon en décembre 2003 par Alexandre Badagée et Anksunamon.

line up

Nico (guitare et vocaux); Benn (basse et choeurs); Dam's (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
death metal

Les français d'Anksunamon font dans le death metal à tendance brutale. La production faite maison sert plutôt bien le propos : grosse guitare des abysses, batterie mate et claquante, vocaux très gutturaux, le tout en parfaite fusion dans un magma un peu sourd, lourd et bien mixé. Sans toutefois oublier les cassures et contre-pied inhérents au genre, Anksunamon se distingue déjà du lot par ses structures à la fois travaillées mais qui restent très efficaces. Du black au thrash, les riffs s'enchaînent avec puissance et savoir-faire, roulant, sombres et pesants, parfaitement renforcés par le travail de la batterie qui arrive à marquer les breaks et les ruptures sans jamais perdre de vue la dynamique générale du morceau. L'efficacité du trio tient dans cette capacité à enchaîner, surprendre, casser les choses sans s'affaisser, à ponctuer leur rouleau compresseur de baffes dans la gueule et de coups de pied au cul, qui loin de casser le rythme frénétique de leur musique, s'affirment comme autant de frappes plus violentes, plus réfléchies et sournoises au milieu d'une succession de crochets sans répit et de blasts pilons. Les interventions en voix black rajoutent un peu d'hystérie à une musique déjà bien secouée. Du point de vue mélodique, Anksunamon montre une nette inclination pour le sombre et l'abyssal. Pas d'hymne glorieux, pas d'intensité cosmique, pas de mélancolie : le trio descend son manche comme on s'enfonce dans une caverne ou riffe avec furie et violence. A l'heure où beaucoup perdent de leur impact dans la surenchère, Anksunamon dégage de fait une violence et une aggressivité redoutables, héritage du death qui fût. 12 minutes 29 secondes c'est pas bien gros... mais avec "Maah's pyramid", les français sortent une bien bonne démo qui risque fort d'attirer sur eux l'attention qu'ils méritent.

note       Publiée le mardi 22 février 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Maah's pyramid".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Maah's pyramid".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Maah's pyramid".

Dioneo › samedi 21 novembre 2020 - 15:38  message privé !
avatar

Seize ans après (!) les mecs sortent leur album... (EDIT : en fait non, il était sorti en 2017, puis le groupe s'était séparé. Ils l'ont just emis en ligne, là. Et apparemment ils en préparent en ce moment un nouveau, avec une chanteuse si j'ai bien compris). Je suis en train d'écouter ça, bah c'est en effet bien brutal et plutôt pété dans l'écriture, les breaks, les voix bien grügrü. Y'a les 4 morceaux de cet EP, dessus, avec des durées de plages à peu près identiques... Je sais pas si ce sont les même versions, du coup ?

scargaroth › lundi 14 août 2006 - 21:50  message privé !
vraiment delir sur "scène" ! surtout quand le bassiste se barre completement sec ! enfin ca fout vraiment la peche sa
the.freezing.clown › mardi 22 février 2005 - 17:51  message privé !
vu au moins 15 fois sur scène... j'aime bien aussi