Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSnot › Get some

Snot › Get some

13 titres

  • 1/ Snot
  • 2/ Stoopid
  • 3/ Joy ride
  • 4/ Box
  • 5/ Snooze button
  • 6/ 313
  • 7/ Get some
  • 8/ Deadfall
  • 9/ I jus’ lie
  • 10/ Unplugged
  • 11/ Tecato
  • 12/ Mr Brett
  • 13/ My balls

enregistrement

Produit par T-Ray

line up

Mikey Doling (guitare), Lynn Strait (vocaux), Sonny Mayo (guitare), John Fahuestock (basse), Jamie Miller (batterie)

remarques

chronique

Styles
hardcore
neo metal
rock
Styles personnels
alternatif > funky

Snot est un groupe culte. Fait suffisamment rare dans la scène pour être signalé. Pas pour son originalité, ni pour son influence sur des centaines de groupes, ni pour ses textes... Mais pourquoi diable alors ? Mystère... Enfin pas vraiment (permettez que je ménage un peu mon audience)... Voyons, le groupe se forme en 1994 à Santa Barbara en Californie. Après quelques concerts et scènes, le batteur se tire pour intégrer Ugly Kid Joe et le bassiste est éjecté du groupe, pour finalement arriver à un line-up définitif: Lynn Strait au chant, Mikey Doling (futur Soulfly) et Sonny Mayo (futur Amen et futur Hed PE) aux guitares, Jamie Miller (futur Hero) aux fûts, et John Fahnestock (futur Amen) à la basse. La formation entame une série de tournées aux côtés des grosses pointures du genre, pour finalement se faire repérer début 97 par des messieurs de chez Geffen, qui la signeront. C'est en Mai 97 que sort l'unique album studio du groupe 'Get some', idole du culte. Au cours de l'année 98, les membres de Snot écrivent une nouvelle dizaine de compos toutes fraîches, mais manque de pot, en Décembre de la même année, Lynn Strait se plante en bagnole sur la route du studio, à la suite d'une soirée arrosée, avec son chien (l'accident, pas la soirée arrosée). L'engouement pour le groupe explose, des milliers de fans sont sous le choc : ils pleurent la perte d'un groupe qui aurait du être la valeur majeure d'une fin de siècle (enfin, c'est ce que racontait la bio officielle). Pour lui rendre hommage, les membres du groupe mort pas morts invitent les chanteurs de formations rencontrées sur les tournées à prêter leurs voix sur les morceaux qui auraient du constituer le deuxième album studio du groupe. Le résultat est 'Strait up', ersatz de compilation décousue ou chaque piste est interprétée par une grosse tête différente (Max Cavalera, Jonathan Davis, Brandon Boyd etc...). Mi-2002 c'est au tour d'un album live de sortir à la mémoire du chanteur, et enfin, fin 2003, une compile de raretés fait parler d'elle (ben voyons). Tout çà pour arriver à ma conclusion : quoique les fans puissent en dire, si le groupe jouit d'un tel statut aujourd'hui, c'est bel est bien grâce / à cause la mort de leur chanteur et du foin qu'en ont fait les médias concernés. Le martinet bien tendu, cessons donc de jouer nos donneurs de leçons pour nous concentrer sur l'objet à proprement parler. 'Get Some' est un album de neo metal, pour évitez de froisser les puristes on parlera peut-être plutôt de rock alternatif avec une grosse louche de hardcore à l’intérieur, et surtout une bonne dose de fun. Le niveau général est bon, voire très bon, il est clair que les Snot savaient exactement ce où ils voulaient en venir. La musique de Snot se caractérise par des guitares qui ont une pêche d'enfer, aux tempi rapides, boostées au funk et à la wah-wah (le vocabulaire des guitaristes reposant énormément sur les bloqués de cordes, 'Snooze Button'). La basse est lourde et bien chaude, souvent en slap, complémentaire d'un batteur au son de caisse claire particulièrement propre et pêchu. La présence d'un deuxième guitariste permet le gain d'un peu de profondeur dans les refrains, ou il arrive même que l'une d'elle se lance dans un solo (certes basique, 'Box', 'Mr. Brett'). Les grosses rythmiques sont évidemment également au rendez-vous ('Stoopid', 'I jus’ lie', 'My balls') mais n'occupent pas une place prépondérante dans le musique de Snot, leur son caractéristique permet par ailleurs quelques excursions vers des structures plus punk / hardcore, comme sur les très rentre-dedans 'Joyride' et 'Mr. Brett' (avec les chœurs punk beaufisants tout de même, s'il vous plaît !), ou encore 'Deadfall' et son gros break country (ça en a l'air, mais j'invente rien). Le chant de Lynn Strait quant à lui, pourrait s'apparenter à une version hurlée d'un ragga, dans sa manière de hurler comme un imbécile ou de balancer des mots par rafales, chant ragga qu'il prend évidemment soin d'alterner avec un phrasé beaucoup posé et chantonné (rien à voir avec les mièvreries modernes cependant). Tout est très bien construit, et on est loin de la débilité je rappe mon couplet / j'hurle au refrain. La plupart des compos se basent sur des intros et couplets basse / batterie / bidouillages à la guitare (sans toutefois en arriver au niveau des Rage Against the Machine), et les guitaristes sont plutôt doués en ce qui concerne la construction de petites ambiances (cf le magistral titre éponyme), ou d'instrumentaux sympathiques (le luxureux '313' et ses gloussements féminins). En tout cela, Snot apparaît comme un des dignes pères de l'école, à l'époque où neo metal n'était par encore synonyme de merde radiophonique sans inventivité, mais plutôt de mélange des styles. Pour savoir définitivement où on met les pieds, on pourra citer entre autres Incubus (S.C.I.E.N.C.E. qui sortit la même année) pour la patate, RATM pour l'ambiance, ainsi qu'At the Drive-in, One Minute Silence ou encore Guano Apes. Alors si certes cet album ne justifie en rien son statut culte, si le foin qui en est fait n'est pas mérité, sa très bonne qualité globale ainsi que ses quelques pépites ('Snot', 'Get Some') ne pourront me faire mentir quant à l’intérêt de son écoute, de mise pour les fans du style. "’snot the best ma’am, but ’sdamn good !"

note       Publiée le lundi 26 janvier 2004

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Get some" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Get some".

notes

Note moyenne        8 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Get some".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Get some".

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Quoi? Non c’est pas possible. Je m’en rend compte aujourd’hui de ce que c’est vraiment. 25 ans pour tilter.

vargounet Envoyez un message privé àvargounet

C'est incroyable, j'ai toujours vu une balle de tennis sur la cover également!

Note donnée au disque :       
nicola Envoyez un message privé ànicola

Hu hu. J’en suis à I, un peu de patience pour arriver à S.

En plus, les Peel Sessions sont des chroniques cruellement absentes en loucedé.

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Sans vouloir rebondir sur ce com : j'ai toujours cru que c'était une balle de tennis sur le museau du iench. Le re-upload de pochette en 700x700 me révèle que c'est un citron. Vide existentiel. (En plus ils ont jamais fait de Peel session).

Cera Envoyez un message privé àCera

Du groove funky et de l énergie jouissive transpirent de cet album. On est plus proche de l univers hardcore a la Rollins band/ Helmet (2ndes périodes plus groove) que de la mélasse néo metallesque de l époque. Ça n a pas pris une ride!

Message édité le 22-03-2022 à 21:16 par Cera

Note donnée au disque :