Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSAndy Summers / Robert Fripp › I advance masked

Andy Summers / Robert Fripp › I advance masked

  • 1982 • A&M UICY-9240 • 1 CD

13 titres - 38:43 min

  • 1/ I Advance Masked (5:12)
  • 2/ Under Bridges of Slience (1:42)
  • 3/ China, Yellow Leader (7:09)
  • 4/ In the Cloud Forest (2:30)
  • 5/ New Marimba (3:38)
  • 6/ Girl on a Swing (2:04)
  • 7/ Hardy Country (3:02)
  • 8/ The Truth of Skies (2:06)
  • 9/ Painting and Dance (3:25)
  • 10/ Still Point (3:07)
  • 11/ Lakeland / Aquarelle (1:43)
  • 12/ Seven on Seven (1:37)
  • 13/ Stultified (1:28)

enregistrement

Anny's Shack Parkstone, Dorset et Island Studios, Basing Street, Londres, Angleterre, septembre 1981 - mai 1982

line up

Robert Fripp (guitares, synthétiseur, basse, moog, percussions), Andy Summers (guitares, synthétiseur, basse, moog, percussions)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
instrumental new wave

Mondialement connu pour être le guitariste du trio pop The Police, ce faux jeune d'Andy Summers, après le split définitif du groupe dont il partageait l'affiche avec Stewart Copeland et Sting, s'est vite employé à débuter une carrière solo qui s'ouvrait sur un départ des plus prometteurs, bien loin du jazz molasson, convenu et peu inventif dans lequel il va s'embourber pour les années à venir. Rien de tel pour l'égo que de se retrouver en tandem avec un des guitaristes des plus influents de son époque, l'anglais torturé par excellence, j'ai nommé Robert Fripp. "I Advance Masked", le premier de leurs deux uniques projets en commun, est, il faut bien le dire, une ressucée de l'univers du guitariste de King Crimson. On y retrouve les plans intrônisés sur la dernière incarnation du groupe (période "Discipline"), ses entrelacs infinis de notes de guitares, sa science du contrepoint, sa fluidité légendaire. A un point tel que l'on reconnaîtra quelques lignes de "Neurotica" sur la plage titre... Summers avait déjà ouvert la brèche des expérimentations sonores avec Police depuis "Zenyatta Mondatta" en 1980. Et leur avant dernier album, "Ghost in the Machine", malgré son accueil plutôt mitigé, recelait déjà en son sein quelques éléments qui allaient nous conduire à ce que l'on entend ici. Bien qu'ils ne soient que deux, Summers et Fripp multiplient les casquettes en étoffant leurs jeux respectifs de diverses percussions et une utilisation intelligente et texturale prioritairement des synthétiseurs. "I Advance Masked" n'est pas fondamentalement novateur. Il constituera tout au plus une récréation délectable pour tout amateur de musique instrumentale expérimentale. Mais il faut l'avouer, c'est surtout vrai si on est amateur de Robert Fripp, puisqu'en prenant en charge la production de l'album, il vole littéralement la vedette à Andy Summers.

note       Publiée le dimanche 20 juillet 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "I advance masked".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "I advance masked".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "I advance masked".

SEN › mardi 6 août 2013 - 22:19  message privé !

Y'a des morceaux fabuleux sur cet album : "New Marimba" ou encore "Still Point" justifie à eux seules l'écoute de ce disque, un grand moment de guitares !

Note donnée au disque :