Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorthem Vlade Art › Organic but not mental

Morthem Vlade Art › Organic but not mental

cd • 13 titres

  • 1The night before
  • 2Silent cries
  • 3Splendor in the grass
  • 4Danger crawls on mosaic
  • 5Corps
  • 6Organic but not mental
  • 7Fragrance
  • 8Cream
  • 9Narcissus metamorphosis
  • 10Videoflesh
  • 11Spirits
  • 12Dreams are gone
  • 13One second

enregistrement

Doppelgänger home studio, Metrosub studio

line up

Gregg Anthe (chant, guitares, basse, piano, machines, effets électroniques, programmation), Emmanuell D. (chant féminin, choeurs), Henry Kincet (percussions métalliques, batterie), David Swest (batterie), Jorgan Hansz (moog, VFX, PPG, cordes synthétiques), Anthony Bruet (flute), Anne H., Eve Colemart (violon), Nathaly Manset, Christophe et Mark Deterre (choeurs)

remarques

chronique

Après le chef d’œuvre qu’était ‘Herbo dou diable’, je me suis rué sur ce second opus des Français de Morthem Vlade Art l’écume au lèvres pour…reculer un peu décontenancé. Non pas que ‘Organic but not mental’ soit mauvais, loin de là, mais tout de même, le changement de cap est assez radical. Exit les ambiances gothiques entre Christian death et Dead can dance, bonjour les influences David Bowie et Nine Inch Nails. Certes, on ne nage pas dans une folle gaieté mais cette noirceur penche vers des arrangements plus influencés par les machines, moins lourds mais plus grinçants ; les rythmes n’ont plus rien de symphoniques mais explorent davantage les possibilités des boîtes à rythmes. Cela dit une petite touche gothique reste présente, notamment sur des titres comme ‘Splendor in the grass’ ou ‘Corps’ dont les samples expriment quelques restes d’atmosphères symphoniques, de même sur 'Narcissus metamorphosis' et ses climats cabret-goth-indus. Quant à la voix, elle évoque plus Peter Murphy que Trent Reznor Le duo propose également quelques chansons plus mélancoliques comme le très beau ‘Danger crawls on mosaic’ chanté par Emmanuell ou le très ambient ‘Fragrance’ qui pourrait plaire aux nostalgiques de This mortal coil. Une chose est certaine, cette évolution n’a nullement entamé le talent du groupe. Les arrangements et la productions sont très bons, tout juste notera-t-on une légère baisse d’efficacité au niveau mélodique par rapport au disque précédent mais à ce degré de qualité, c’est tout de même chipoter sur des détails.

note       Publiée le mardi 29 avril 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Organic but not mental".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Organic but not mental".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Organic but not mental".

novy_9 › jeudi 20 septembre 2012 - 11:57  message privé !

Les nouveaux projets de Gregg Anth sont excellents ! In Broken English dans un style cold wave pop dès plus raffiné, et HNN (sorti sur notre label - La Forme Lente) qui oscille entre minimal wave et electro old school !

HNN

http://www.youtube.com/hsilgnenekorbni

In Broken English

http://www.inbrokenenglish.com/

stankey › mercredi 19 septembre 2012 - 21:48  message privé !

J'ai tous les MVA, même si vers cet album que je reviens le moins, je suis carrément dingue de ce groupe, un vrai régal de les faire découvrir à chaque fois. Même leur Best Of est une vraie bombe ( Le CD d'inédits est imparable )! In broken English s'avère être une relève intéressante. Par contre, il me FAUT 'Pièce Radiophonique', de HNN, ce fameux projet New Wave de Gregg Anthe. je l'écoute sans arrêt sur l'ordi, et il est apparament possible qu'il sorte enfin en CD. Ouf. J'les aurais harcelé ^^ . Seul regret, arriver après la bataille sur ce coup là et ne jamais avoir vu Gregg et Emanuell.D sur scène...

SHARCRASH › jeudi 8 février 2007 - 22:22  message privé !
Un album tournant pour Morthem Vlade Art plus accès industriel. Uniquement une question de style et non de talent car le talent ils l'avaient déjà. On retrouve encore des ambiances orchestrales classiques avec des choeurs naturels et électroniques dont la voix envoûtante et parfois caverneuse d’Emmanuell telle une sensuelle Mandragore et puis des titres rock pour notre plus grand plaisir. Moi, j’y suis à fond dans leur trip!
Note donnée au disque :       
juj › dimanche 20 août 2006 - 19:52  message privé !
où est le sublime absente térébenthine ?
Nerval › mercredi 17 novembre 2004 - 22:13  message privé !
Ce que j'ai entendu de cet album ne m'a pas tellement plu. J'aime beaucoup "Herbo Dou Diable" mais la nouvelle orientation pris par le groupe sur cet album ne me convient pas vraiment.