Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorthem Vlade Art › Antechamber

Morthem Vlade Art › Antechamber

cd • 10 titres

  • 1Room 21
  • 2The jealous well
  • 3Almadiva
  • 4Count Canter
  • 5Antechamber
  • 6Loving shadow
  • 7Crimson lung
  • 81901
  • 9The (paper) trap
  • 10Last call

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Doppelgänger, Paris, France

line up

Gregg Anthe (chant, musique), Emmanuell D. (musique, chant)

remarques

chronique

Il reste dans ma collection un album de Morthem Vlade Art dont je souhaite parler depuis pas mal de temps mais la procrastination et la difficulté à trouver les mots m'ont fait repousser ce moment encore et encore. Que penser de cet enregistrement ? On savait le groupe avide de changement, désireux de surprendre et de ne pas se laisser enfermer dans un genre trop défini. Après l'impressionnante noirceur organique gothique des premiers essais, 'Organique but not mental' s'en était éloigné d'un pas en laissant plus d'espace aux machines tout en se rapprochant des travaux modernes de David Bowie. 'Antechamber' pousse la démarche plus loin encore avec une musique electro-pop dépouillée et grise dans laquelle on décèle de lointaines influences new wave passées à la moulinette de la modernité car le duo semble allergique à toute idée de passéisme malvenu. Pas de problème, chacun est libre d'évoluer mais pas évident de s'immerger dans cette musique clinique et glacée dépourvue d'âme. Rien à dire quant à la démarche, on sent un souci de perfectionnisme dans la production de ce disque, le combo y laisse parler son goût de l'expérimentation qu'il essaie de marier à son sens de la mélodie. Initimiste à l'extrême, 'Antechamber' est tout sauf aisé d'accès, son écoute m'évoque l'image d'une visite dans une clinique abandonnée en bord de mer, les couloirs vides et blancs. Malgré des passages tendus ('Antechamber', 'The jealous well', 'The paper trap') où une guitare grinçante titille méchamment les nerfs, c'est vite une impression d'ennui qui prévaut. Le chant désincarné, comme absent, les sonorités synthétiques froides, les structures dépouillées, les interludes musicaux atmosphériques, font que ce disque peine à prendre son envol, on espère un frisson qui ne vient jamais véritablement, que même les sursauts de violence ne parviennent pas vraiment à laisser éclater. On note aussi que les vocaux féminins qui apportaient une touche de sensualité sur 'Organic but not mental' sont presque absents ici, vide regrettable à mon goût. Il est clair que tout n'est pas mauvais, des chansons comme 'Counter canter' rappelant volontiers des bribes du 'Ashes to ashes' de Bowie, 'The jealous well' ou 'The paper trap' sont très valables mais j'ai beau tenter, époque après époque, je n'arrive pas à apprécier vraiment ce disque qui s'adresse très clairement à un nouveau public et que les anciens fans auront sans doute plus de peine à apprivoiser.

note       Publiée le lundi 13 mai 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Antechamber".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Antechamber".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Antechamber".

Richard › dimanche 20 août 2017 - 10:10  message privé !

La nouvelle orientation musicale entreprise avec "Organic but not mental" et prolongée avec "Antechamber" m'avait, à l'époque, laissé pour le moins dubitatif...Avec le temps, je trouve qu'elle colle parfaitement à l'identité de ce grand duo curieux.

Note donnée au disque :       
mangetout › lundi 27 mai 2013 - 10:58  message privé !

Mais moi j'aime beaucoup les deux suivants aussi !!! Un morceau comme "E-clipse" sur " Absente Terebenthine" me fait toujours craquer avec ses cœurs depeche-modesques, même si ça doit être le summum de l'horreur popisante et commerciale pour le fan hardcore des premiers...

novy_9 › mardi 14 mai 2013 - 15:06  message privé !

Alors j'irais assez dans le sens de la chronique ! c'est bien fait, on reconnait le talent de Gregg, mais il manque quelque chose pour moi, c'est trop froid, trop de sons electronica, trop de blip blip ect ... je préfére nettement HNN !!!!

stankey › lundi 13 mai 2013 - 17:34  message privé !

Cet album de MVA est celui vers lequel je reviens le plus souvent, loin d'être aussi direct que son prédécesseur (heureusement, ouf ) le groupe nous propose cette fois cet album presque cinématographique ( pour preuve: cette suite d'images même dans la chronique ), évocateur de mélancolie urbaine, d'un sentiment d'apaisement aussi... j'aime le travail sur les voix, les bruitages discrets ça et là...Une atmosphère pure toute en délicatesse. Un album futuriste vraiment à part dans leur discographie, une réussite. Quant à 'Counter canter', c'est marrant, j'y trouve un clin d’œil à 'Smalltown Boy' ^^

Note donnée au disque :