Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMeyhnach › Miseria de Profundis

Meyhnach › Miseria de Profundis

cd • 7 titres • 51:26 min

  • 1Virus07:52
  • 2To Exterminate the World08:37
  • 3Into the Weird06:04
  • 4Grim Omen07:48
  • 5Relapse06:09
  • 6In Search of Wasted Time07:22
  • 7Tentacles of Anguish07:34

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Mixé par Meyhna'ch. Masterisé par Darkhyrys.

remarques

Sorti en CD, et en ligne.

chronique

Allez, on continue dans la musique décharnée, qui n'a plus de viande, qui n'as plus de tendons, à peine un peu de poussière pour nourrir les poissons d'argent qui trainent dans les draps ! Et qui va nous gratifier de ceci d'après vous ? Eh bien un des auteurs mentionnés dans ce site depuis quasiment le début de son existence, alias Meyhna'ch, je vous laisse cliquer dans les profondeurs du guts, parce que faut bien que vous bossiez un peu quand même ! Depuis quelques années le gars s'acoquine avec d'autres furieux pour balancer des idées négatives, mais il sait aussi le faire tout seul, ne vous inquiétez pas. Là c'est le deuxième essai, après un premier opus qui relevait plutôt de l'industrie métallurgique de fête, bien plus que du raclage d'osselet pour accompagner la soupe aux cailloux comme on peut l'écouter ici. Ce " Miseria de Profundis" vendu par Osmose comme un vision de la vie quotidienne de tout un chacun (angoisse pré-apocalyptique, biologique, de la fin, de la fin, de la fin, ad lib.) ressemble à un album de "confinement", tout seul chez soi à flipper sérieux avec les moyens du bord, pour produire juste ce qu'il faut, à l'ancienne, le tout sur un mid-tempo comme disent les journalistes rock (ça existe encore ?), et finalement bien entêtant comme on peut l'attendre, enfin comme moi je peux l'attendre de cet artiste que je suis depuis quelques temps avec comme seul objectif : me poser dans un fauteuil, rien foutre, ouvrir la bouche et baver pendant une heure dans une sorte de torpeur maladive, un poil autodépréciative, nauséeuse, qui va bien me mettre à plat tous les choix négatifs possibles dans les directions de la vie. Évidemment, les références, les autoréférences, seront Légion (avec un L), ce qui pourrait chagriner et puis tout le monde n'aura pas forcément besoin de se cafarder la gueule comme ça alors que les cigales vomissent leur besoin de se reproduire, mais bon, moi, j'aime bien m'auto-vampiriser grâce aux aides publiques de la musique actuelle - et puis ça me permet, encore une fois de me rappeler cette belle surprise que fut la prestation mutilée du Monsieur au Hellfest il y a quelques temps, qui m'avait vraiment balancé à la gueule qu'on avait là quelque chose qui aidera tel Sherlock Holmes à se foutre dans des états limites juste pour voir, pour comprendre, pour ne plus pouvoir oublier... attention, vous n'êtes pas obligé de reproduire cette cascade à la maison, c'est pas dans le contrat. A part si vous l'avez signé avec du sang à un gars genre barbiche chemise à jabots, là, désolé, la prochaine fois faudra faire un peu plus attention !

note       Publiée le dimanche 10 juillet 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Miseria de Profundis" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Miseria de Profundis".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Miseria de Profundis".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Miseria de Profundis".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Pas mal du tout, ça. je vais m'y plonger plus sérieusement.

cantusbestiae Envoyez un message privé àcantusbestiae

Je n'ai pas de souvenir spécifique lié à une attitude hostile du public vis à vis du groupe ou de Meyna'ch, je me rappelle surtout qu'il n'y avait aucune véritable"ambiance", le taff a été fait, proprement, sans âme. Je m'attendais à quelque chose de foutraque, bancal et malsain, rien eu de tout ça et sinon, oui, le line-up était celui de Dr Livingstone.

Demonaz Vikernes Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

C'était pas mal. Pas franchement noir comme on aurait pu l'attendre, mais efficace à défaut.

stickgrozeil Envoyez un message privé àstickgrozeil

Bah, au Hellfest, bien souvent, le festivalier moyen se retrouve devant les mainstages, quand même.

R_ONE Envoyez un message privé àR_ONE

Le festivalier metalleux moyen de 2022 étant l'équivalent moderne du fan de Johnny portant un t-shirt de loup devant un poster de Brigitte Bardot des années 2000, c'est plutôt bon signe que d'être hué par ces énergumènes.

Message édité le 12-07-2022 à 10:06 par R_one