Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBByronic Sex & Exile › Gothism

Byronic Sex & Exile › Gothism

cd | 11 titres

  • 1 Under heaven
  • 2 Crimes of passion
  • 3 The romance of death part 1
  • 4 Labyrinth
  • 5 Cain
  • 6 Cruel beauty
  • 7 Fausthaus
  • 8 Heresy in flesh
  • 9 Goddess
  • 10 The romance of death part 2
  • 11 Otranto Leviathan

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Joel Heyes (chant, guitare, programmation)

remarques

https://gothcityrecords.bandcamp.com/album/gothism

chronique

J’adore, le mec qui sort son t-shirt de tournée, soit sept dates, donc une semaine, en Grande-Bretagne avec la mention en dessous ‘Mais c’est déjà ça, non ?’; contrairement à ce que l’on affirme, les goths et notamment les Britanniques ont pas mal d’humour. En plus, avec des références à Byron, je ne pouvais qu’être preneur. One-man band originaire de Leeds, Byronic Sex & Exile annonce d’emblée une couleur grave et littéraire avec une citation d’Artaud (autre bon point): ‘The idea of what is sublime in life: death, dignity, heroism, honour, love, revolution, war and fear’ sur son Bandcamp et effectivement, Joel Heyes (également dans Quasimodo, Action Directe) capte d’emblée l’attention avec une belle voix profonde mais pas trop gutturale, des arrangements froids, dépouillés, mélancoliques. Bon chanteur, l’homme est doté d’un sens efficace de la mélodie, ce qui aide car suivent quelques défauts qu’il convient de signaler, assez typiques du projet en solitaire. Premièrement, la durée un brin excessive ou du moins pas nécessaire de plusieurs chansons, sans fournir les variations utiles; ensuite, la programmation demeurant relativement primitive tant dans le choix des sonorités que des rythmes eux-mêmes, dommage. Etonnamment, malgré ces handicaps, l’album tient relativement bien ses promesses, cette production épurée (légèrement plate peut-être), cette voix mise en avant, font que les atmosphères se mettent en place. Alternant entre morceaux rythmés et pièces plus méditatives entrecoupées de passages littéraires, Joel Heyes tente d’équilibrer son disque sans y parvenir complètement de par la longueur de certaines pièces que je mentionnais plus haut mais globalement, ça s’écoute plutôt bien; il y a un je ne sais quoi de catchy dans ces mélodies, ces sonorités parfois synthétiques, épaulées par une discrète réverbération. Le parti pris de s’inspirer des formations de la seconde vague goth britannique (Suspiria, Rosetta Stone, Nösferätü et consorts) qui ne craignaient pas d’user de programmation à côté des guitares, assumé, sied bien au projet et lui laisse un minimum de liberté d’écriture. Un premier essai non exempt de défauts mais séduisant et prometteur sur lequel j’ai bien envie de miser. 3,5/6

note       Publiée le lundi 29 juillet 2019

partagez 'Gothism' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Gothism"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Gothism".

ajoutez une note sur : "Gothism"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gothism".

ajoutez un commentaire sur : "Gothism"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gothism".