Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIn Spe › Typewriter concert in d major

In Spe › Typewriter concert in d major

  • 1985 • Musea FGBG4118.AR • 1 CD

8 titres - 43:33 min

  • 1/ Typewriter Concerto in D Major : Allegro Vivace (5:43)
  • 2/ Typewriter Concerto in D Major : Largo (6:18)
  • 3/ Typewriter Concerto in D Major : Allegro (5:15)
  • 4/ Typewriter Concerto in D Major : Finale (0:49)
  • 5/ Feeling of Eternity (6:02)
  • 6/ Rondo of the Broken Arm (4:37)
  • 7/ Vallis Mariae (3:33)
  • 8/ Departure (11:16)

enregistrement

Studio Tallin, Estonie, 1985

line up

V. Annouk (basse), P. Brambat (flûte), I. Ivarts (machine à écrire), A. Lend (trompette), A. Mattiisen (piano électrique, claviers), A.Ourb (percussions), P. Siboul (guitare), U. Tamm (synthétiseur), T. Terasmaaa (vibraphone, xylophone)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
néo classique

La réputation de cet album, dans le cercle désespérement replié sur lui-même qu'est le rock progressif, était telle (une fusion entre musique de chambre et jazz) que je me sentais investi de l'obligation de l'écouter, mais d'abord de le trouver ! Quand ce fût chose faite, sans doute victime d'une trop grande attente, je fus platement et particulièrement dégoûté. Je ne retrouvais pas la richesse des sons qui m'avait été promis ; en lieu et place, j'étais confronté à des sons électroniques abscons et complètement datés, ceux-là même que seuls les années quatre-vingt furent capables d'engendrer. Cela ne m'empêche pas de reconnaître un réel travail d'écriture et d'arrangement (on notera au passage la place de choix accordée à la flûte et au xylophone, qui portent sur leurs seules épaules tout ce qu'il y a lieu de sauver), préfigurant ce qu'allaient créer, dans son sillagedes groupes comme A Triggering Myth (avec souvent hélas, pour lui aussi, d'impardonnables fautes de goûts) ou les extraordinaires suédois d'Isildurs Bane. Car, qu'on se le dise, la musique n'est pas que fonction d'écriture ou d'interprétation. Il s'agit d'un tout. Et dans ce tout, la forme a son importance. Nul doute que si Alo Matillsen avait réalisé son oeuvre dix ans plus tôt, ou dix ans plus tard, mais avec un matériel analogique et moins plastique jettable, il en eut été tout autrement de ma perception de ce second album d'In Spe, ma foi bien décevant. D'un tout autre genre, "Departure", le final, au fil des écoutes, m'a pourtant séduit de par son étonnante simplicité et son atmosphère épurée et profondément mélancolique qui n'est pas loin de racheter le disque, quelque part entre Mike Oldfield, Jean-Michel Jarre, Kitaro et Vangelis, dans leurs rares moments d'inspirations.

note       Publiée le dimanche 11 août 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Typewriter concert in d major".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Typewriter concert in d major".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Typewriter concert in d major".