Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCellular Chaos › Cellular Chaos

Cellular Chaos › Cellular Chaos

cd | 12 titres

  • 1 Smothering Instinct
  • 2 Barely Regal
  • 3 Repeat
  • 4 Our War
  • 5 Wrecquiem
  • 6 Waves Of Fear
  • 7 Adviser
  • 8 Border Control
  • 9 Cutter
  • 10 Del Ghosto
  • 11 Chinese New Year
  • 12 Hum

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Admiral Grey (chant), Weasel Walter (guitare), Marc Edwards (batterie), Ceci Moss (basse)

chronique

Pour comprendre Cellular Chaos, il faut capter Weasel Walter, multi-instrumentiste surdoué passionné de free-jazz, de no wave et de death metal, dont la technique écorchée est à l’image des tourments d’une armée de zombies piégés dans les égouts de New-York en cas d’inondation. Le punk n’est pas mort ? La no wave non plus, Cellular Chaos le prouve en une série de brûlots menés par la voix de Admiral Grey qui évoquera la jeunesse de Lydia Lunch ou les belles heures de Sonic Youth, Babes in Toyland et autres formations aux vocaux féminins toujours à la limite de l’hystérie. Idem pour ces guitares qui paraissent ne jamais connaître de repos, qui n’en finissent pas de titiller le grincement, comme pour mieux faire la nique au punk, au noise rock, et même à la no wave dont le combo semble réécrire les règles. J’ai lu quelque part que Cellular Chaos demeure un des projets les plus ‘accessibles’ de Weasel Walter, il est vrai qu’il convient de préciser aux plus timorés que ce disque n’est pas un chaos absolu; il est certes si tendu qu’on s’en briserait les dents mais c’est si bon de souffrir qu’on en redemande. Voilà une musique tout sauf confortable tant dans ses sons que ses structures qui ne tiennent jamais en place entre accélérations, cassures, matraquage en continu, roulements ironiques (‘Wrecquiem’)…Jamais de répit, donc les cardiaques, abstenez-vous ! Toujours est-il que le talent des protagonistes est de leur conférer suffisamment d’identité et de mélodie pour qu’on y revienne sans souci, c'est la magie de l'adrénaline ! Ce premier album dégage un sentiment de rage mi-théâtrale mi-hors de tout contrôle qu’on bride jusqu’à l’ultime limite avant la folie en lui laissant croire que la liberté est à ce prix. Jouissif, noir, presque effrayant, épuisant et non dénué d’un certain humour tordu.

note       Publiée le mardi 10 octobre 2017

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Cellular Chaos' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cellular Chaos"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cellular Chaos".

ajoutez une note sur : "Cellular Chaos"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cellular Chaos".

ajoutez un commentaire sur : "Cellular Chaos"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cellular Chaos".

Klarinetthor › mardi 10 octobre 2017 - 11:07  message privé !

"Ce premier album dégage un sentiment de rage mi-théâtrale mi-hors de tout contrôle qu’on bride jusqu’à l’ultime limite avant la folie en lui laissant croire que la liberté est à ce prix." C'est exactement ce que j'ai resssenti en les voyant cette année. J'ai chopé cet album-ci et ne suis pas déçu.

Note donnée au disque :