Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEElectric Wizard / Reverend Bizarre › Electric Wizard / Reverend Bizarre

Electric Wizard / Reverend Bizarre › Electric Wizard / Reverend Bizarre

vinyl 33t | 2 titres | 22:44 min

  • 1 Electric Wizard - The House on the Borderland [11:29]
  • 2 Reverend Bizarre - The Gate of Nanna [Reprise de Beherit] [11:15]

enregistrement

Pas d'information sur l'enregistrement.

remarques

Deux versions principales existent, avec pochette censurée ou non.
La photo de couverture est probablement extraite d'un magazine pulp (peut-être le titre "Bitchcraft", mais il y en eut d'autres dans la même veine), datant des années 1970, spécialisé dans un genre particulier : la pornographie BDSM avec beaucoup de satanisme dedans.

chronique

Saviez-vous qu’Electric Wizard avait sorti un EP avec Reverend Bizarre ? Manque plus que l'Abbé Chelou et le Moine Nucléaire et on sera au complet ! Quadrisplit des avengers du fumette metal ! Enfin, quand on lit certains livrets de Reverend Bizarre il est bien écrit « on est pas des saloperies stoners nous on fait du métal ok ? ». Quant à Electric Wizard, ils ne disent pas grand chose à part des insultes, type « fuck you Esoteric » ou « legalize drugs and murder », joli programme à la Seth Putnam (il est partout ce pauvre Seth. Sors de mes chroniques s’il te plait). Donc, joli split, du temps où Lee Dorrian ne disait pas du mal d’Oborn. Pour situer, côté Electric Wizard, c’est la période post classique, celle où Buckingham l’américaine débarque en Albion avec son chapeau de sorcière et où le remplaçant du remplaçant de Mark Greening est celui qui a la tronche d'Anton Lavey. Le morceau ressemble donc beaucoup à ce qu’ils jouaient du temps de Witchcult Today : voix plaintive, ambiance film d’horreur plus que de fonds de douille malodorante, même si j’imagine qu’en « buvant un coup » je découvrirais d’autres aspects du morceau. Pas désagréable même si cent fois entendu, ce ronronnement succédant à We Live étant bien connu maintenant de mes esgourdes. Côté Reverend Bizarre, on est face B. Ce qui, selon certaines archives est la seule fois, dans toute leur carrière. Ils ont toujours glandouillé face A dans leurs splits. Sinon, ceci est un morceau typiquement RB, reprise de leurs compatriotes non moins zarbos Beherit = anglishe avec un fort accent du nord, morceau respirant le vieux rock, et fin nawak à base d’invocation à Satan et Lucifer, suivi d’un long fade avec un mix de bidules enregistrés à l’envers, finalement bien plus stupéfiant que tout le côté Electric Wizard. Au final, ceci est un joli split réunissant deux stars du genre, l’une, EW, à l’aube d’une nouvelle conception de leur son qui ne va pas forcément convenir à tous ceux qui vouaient un culte à la première version des Seigneurs de la Putréfaction, et l’autre RB, au crépuscule de leur carrière, ce morceau faisant partie du dernier raclage de tiroir des titres du groupe avant extinction finale des feux. Plus pour les complétistes en somme, et les fans d'érotisme paillette à base de crânes et de costumes de diablotin en satin rouge...

note       Publiée le jeudi 7 septembre 2017

partagez 'Electric Wizard / Reverend Bizarre' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Electric Wizard / Reverend Bizarre"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Electric Wizard / Reverend Bizarre".

ajoutez une note sur : "Electric Wizard / Reverend Bizarre"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Electric Wizard / Reverend Bizarre".

ajoutez un commentaire sur : "Electric Wizard / Reverend Bizarre"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Electric Wizard / Reverend Bizarre".