Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUsé › Chien d'la casse

Usé › Chien d'la casse

cd • 7 titres

  • 1Nuke-moi encore
  • 2Respire
  • 3Sous mes draps
  • 4PLusieurs collisions par minute
  • 5Amphétamine
  • 6Infini
  • 7C'est si lisse

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Nico Edouard (chant, batterie, musique)

remarques

chronique

Soundcheck, un mec qui ne ressemble à rien avec une gueule de David Guetta famélique, un no look total pêché à une friperie de la Croix-Rouge et un grand besoin d’une bonne coupe de cheveux…Une nappe lourde de clavier..Paf ! D’un coup, le type s’anime, commence à marteler sa batterie comme un beau diable…Usé qu’il s’appelle (alias Nico Edouard ou l’inverse)…Plutôt mal choisi quand on voit l’énergie qu’il déploie derrière ses peaux. Un bon concert, plein de fougue, qui confirmera cette première impression. Et sur disque ? Ca tient la route aussi, en légèrement moins chamanique et en plus industriel. C’est minimal, avec nappes de claviers bouclées, percussions lourdes, bruits divers (sirènes, aboiements, grincements…), une forme de punk technoïdo-industriel bricolé clochard qui joue sur l’aspect hypnotique des loops et le dynamisme des percussions. Le ton est donné avec ‘Respire’, on se trouve en pleine techno-party pirate au fond d’une clairière, avec un feu au milieu et des mecs chelou gavés de mauvais speed partout…Le bad trip n’est pas loin d’ailleurs avec ‘Amphétamine’ qui repose sur des structures semblables, dansantes, avec vocaux passés aux effets pour renchérir la note industrielle. Avec ‘Infini’, voilà le petit frangin de Frank Tovey, celui qui a abusé de la meth dans la rue avec ses potes et qui a retrouvé de vieilles bandes dans un carton dont il a décidé de s’inspirer. Mais Usé ne s’arrête pas là, il ose (en troisième piste qui plus est) l’émotion avec le triste ‘Sous mes draps’, une new wave synthétique pour gueules cassées, de celles qui ne se plaignent même pas de leur sort puisqu’il y a toujours une bouteille de geôle à portée de main. Un ovni au milieu de cette collection de tubes electro-punk chamaniques crasseux rythmés par les percussions et la prose urgente. Une demi-heure de bande-son pour terrain vague à s’enfiler pour vivre l’instant présent puisque demain, de toute manière, la fête recommence. Même pas une fuite, juste le Carpe Diem ad Nauseam…4,5/6

note       Publiée le samedi 22 octobre 2016

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Chien d'la casse".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Chien d'la casse".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Chien d'la casse".

Klarinetthor › lundi 24 octobre 2016 - 12:43  message privé !

La drogue, c'est mal! Ca vait l'air mieux avant, live; enfin c'est ce qui semble ressortir aussi des videos dans des caves sordides que j'ai pu voir, comparé au concert plein air l'apres-midi. et oui, concernant les lien, ca serait ptet bien de rafraichir un peu et de relier Usé a Headwar et aux Morts qui vont bien.

Note donnée au disque :       
saïmone › lundi 24 octobre 2016 - 10:52  message privé !
avatar

Amphéta-amphté-amphétaminnnnnna ! Disque assez nul, mais type découvert en live, c'était rigolo

cyberghost › dimanche 23 octobre 2016 - 17:48  message privé !

Nico "Headwar" en fait, car il officie également dans ledit groupe amienois ; sinon, pour avoir vu un des premiers sets live d'Usé, je peux dire qu'à ses débuts c'était plus chamanique encore, et plus fou, un délire furieux rituel percuss' avec un Cop Shoot Cop pas bien loin, de la pure bombe !... Un peu déçu de ce qu'il en est maintenant du coup, même si ça tient la route, je préfère voir ça en live qu'écouter sur disque cependant-hélas...

Klarinetthor › samedi 22 octobre 2016 - 13:15  message privé !

Ah super de le chro maintenant; j'avais sauté dessus quand il etait a peine sorti et avait eté un peu decu; un peu court, surtout pour un album born bad avec le prix qui va avec, amphetamine que j'avais deja sur single, sous mes draps qui me saoulait (faut dire que le "couplet-refrain" avec sa rime magique reste bien gravé dans le cerveau). Et puis la il passe tout seul. C'est pas toujours evident de capturer ce que ce zigoto et ses acolytes peuvent produire live; seul l'album des morts vont bien y arrive, je trouve.

Note donnée au disque :