Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKælan Mikla › Kælan Mikla

Kælan Mikla › Kælan Mikla

lp • 8 titres

  • 1Kælan Mikla
  • 2Myrkrið kallar
  • 3Líflát
  • 4Sýnir
  • 5Upphaf
  • 6Kalt
  • 7Óráð
  • 8Glimmer og aska

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Laufey Soffía (chant, percussions), Sólveig Matthildur Kristjánsdóttir (synthé, programmation, récitation), Margrét Rósa (basse)

remarques

chronique

La passion des concerts, c’est génial ! Que d’excellents souvenirs à dormir sur des quais de gare, des bancs publics, à se geler les miches dans un Bancomat ou dans un estaminet, en attendant les premiers trains ou l’ouverture de la gare pour être au chaud, à travers la Suisse, la France, l’Italie, l’Autriche, tout ça pour aller voir des concerts. Evidemment, quand il s’agit de formations islandaises, c’est un brin plus galère. J’ai heureusement eu la chance que les vacances 2015 en mon île préférée coïncident avec un concert des Kælan Mikla. J’avais découvert ces trois jeunes demoiselles peu avant le départ et l’heureuse concordance ne pouvait être un hasard. Effectivement, je n’ai pas été déçu et c’est grand plaisir que de tenir enfin entre mes mains, un an plus tard, le premier album du groupe. Basiquement, Kælan Mikla (grand froid) jouent de la cold wave de manière assez dépouillée: un synthé posant les atmosphères, les mélodies, soutenu par la basse qui nourrit la boîte (une vraie batterie sur scène), pas de guitare. Quelque chose de simple et direct, de froid mais émouvant. Normal car les paroles et la voix jouent également un rôle essentiel dans la démarche de nos Islandaises, à tel point que j’ai lu les étiquettes ‘post punk poetry’ ou ‘avant-garde poetry’ à leur sujet (elles ont d’ailleurs gagné un concours de slam en 2013)…Ok, mais c’est en islandais ? Pas de panique, laissez-vous prendre par la beauté de la langue, ses sonorités particulières de pierre, de glace et de feu; si tout ça vous parle, c’est que l’émotion principale a passé, la signification des textes arrivera en second. Et il y a ce chant, cette voix de petite fille énervée, qui se révèle nettement plus forte et impressionnante qu’il n’y paraît, au même titre que sur scène où si la jeune chanteuse ne bouge que peu, elle surprend par son étrange charisme lugubre, notamment lorsqu’elle se love sur elle-même en étreignant des os. C’est cela, la musique de Kælan Mikla, se trouver dans une maison de poupée grandeur nature aux murs sombres, avec une jolie petite table où les mignonnes tasses en porcelaine cohabiteront avec ossements, nature morte de fruits flétris, napperons de dentelles et toiles d’araignée, paillettes comme des éclats de givre. Etrange alchimie de beauté et de mort pour mieux saisir le sens de la vie. Sans négliger une pointe d’humour noir car en Islande, on sait ne pas se prendre au sérieux au delà du raisonnable. Deux morceaux atmosphériques, pour ouvrir et clore, le reste se profilant entre cold wave et post punk synthétique, des performances vocales ayant élargi la gamme de leurs possibilités (comparez avec la démos, vous verrez) pour un groupe qui gagne sans cesse de l’assurance et s’est déjà offert deux tournées européennes (tout en signant sur un label grec) en une année. Une excellente surprise qui se confirme donc bien au delà des frontières de l’Islande.

note       Publiée le lundi 25 juillet 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Kælan Mikla".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kælan Mikla".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kælan Mikla".

Twilight › jeudi 18 avril 2019 - 23:51  message privé !
avatar

Faudra patienter encore, la chronique du 1er est prête mais il y a encore un souci avec les caractères étrangers dans la nouvelle configuration...

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 18 avril 2019 - 13:37  message privé !

Et j'écoute enfin celui-ci, c'est assez proche de Neva par moment. Assez différent du Nott eftir Nott en fait.

Note donnée au disque :       
Twilight › mercredi 17 avril 2019 - 15:21  message privé !
avatar

Et du premier...J'ai pas mal de retard en ce qui concerne ces demoiselles...IL y a aussi le travail en solo de Solveig Matthildur...Aaaargh

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mercredi 17 avril 2019 - 14:17  message privé !

On attend avec ferveur la chronique du dernier.

Note donnée au disque :       
Twilight › jeudi 15 novembre 2018 - 21:49  message privé !
avatar

Oui, je viens de le recevoir...Me réjouis d'écouter

Note donnée au disque :