Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKælan Mikla › Nótt Eftir Nótt

Kælan Mikla › Nótt Eftir Nótt

cd • 9 titres

  • 1Gandreið
  • 2Nornalagið
  • 3Hvernig Kemst Ég Upp?
  • 4Skuggadans
  • 5Draumadís
  • 6Næturblóm
  • 7Andvaka
  • 8Nótt Eftir Nótt
  • 9Dáið Er Allt Án Drauma

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

line up

Laufey Soffía (chant), Sólveig Matthildur (synthé, chant), Margrét Rósa (basse, chant)

Musiciens additionnels : Barði Jóhannsson aka Bang Gang

remarques

chronique

Deux ans se sont écoulés mais la géographie du monde à changé pour les Islandaises de Kælan Mikla. Largement reconnues hors de leurs frontières, délocalisées à Berlin, les filles donnent des concerts partout, composent. Sólveig Matthildur la plus active du lot en profite dans la foulée pour sortir son premier album solo et co-fonder le magazine MYRKFÆLNI dédié à la musique alternative de son pays, tout genre confondu. Leur musique aussi a changé. Pas dans l’intention, non, dans la professionnalisation du rendu. Car ‘Nótt Eftir Nótt’ (nuit après nuit) est un disque très abouti et riche. Sombre, variée, rythmée, prenante, bien que moins rêche qu’à leur débuts, leur darkwave se révèle peu lisse, plus inquiétante que nombre des contemporains du style. Après un excellent ‘Gandreið’ qui a tout d’un rituel incantatoire de fées maléfiques (et pas de sorcières, si vous captez la nuance), ‘Nornalagið’ donne le ton: conquérant, obscur avec une basse coldwave présente, des synthés glacés et torturés, un meilleur jeu vocal où les musiciennes se donnent la réplique selon leur registre vocal, avec un aspect chanté plus prononcé (mais non moins inquiétant), des choeurs ensorcelés, des récitations froides… On songe vaguement au premier disques des Vyllies en plus ample, plus puissant. Pas de petites boîtes, ça claque ! Le mixage des couches vocales, des sonorités de clavier, confèrent à l’album une ambiance hantée et malsaine, hypnotique pourtant; on a réellement impression qu’un trio de nymphes sorcières du froid tournoient autour de nous, nous effleurant de leurs doigts glacés, murmurant telles les sirènes avec Ulysse des paroles magiques pour nous emportant dans l’eau glacée et nous perdre dans les reflets verts et bleus à l’ombre des glaciers. Tout cela sur un dancelfoor car on peut aussi danser sur ces chansons, les rituels n’opèrent pas qu’au fond des bois. La voix de petite fille torturée de Laufey Soffía sonne plus malsaine que jamais (‘Skuggadans’), les mélodies sont impeccables, l’électronique très bien géré, les renforts vocaux de Sólveig Matthildur et Margrét Rósa sont toujours pertinents, de même que les effets utilisés sur les chants faussement proches et lointains à la fois. Autre bonus et non des moindre, le disque ne décroît pas en qualité, ne s’essouffle jamais, comme en attestent les ultimes pièces (le glauque et inquiétant ‘Andvaka’, la lente et ensorcelée ‘Nótt Eftir Nótt’ qui renvoie Björk dans les jupes de sa maman et même un ‘Dáið Er Allt Án Drauma’ pluvieux et presque ‘doux’ comparé au reste du disque). C’est petit chef-d’oeuvre que nous livre-là le trio, bien dans son époque mais conçu avec ses propres codes et un coup de pouce griffu des démons du Grand Nord. Icelanders do it better !

note       Publiée le dimanche 12 décembre 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Nótt Eftir Nótt" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Nótt Eftir Nótt".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Nótt Eftir Nótt".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Nótt Eftir Nótt".

Richard Envoyez un message privé àRichard

Petite merveille glacée.

Note donnée au disque :