Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEErkin Koray ve Ter › Hor Görme Garibi / Züleyha

Erkin Koray ve Ter › Hor Görme Garibi / Züleyha

cd | 2 titres | 6:59 min

  • 1 Hor Görme Garibi [reprise de Orhan Gencebay] [3:52]
  • 2 Züleyha [3:14]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Aydın Çakus (guitare), Erkin Koray (guitare, chant), Özkan Uğur (basse, choeurs), Nur Yenal (batterie)

chronique

Styles
hard rock
psychédélique
world music
Styles personnels
heavy-psych anatolian pop

Il se passe quoi quand Erkin Koray, le papa de tous les rockeurs turcs, et ce n’est pas une image, eux-mêmes l’appellent Erkin Baba, croise Aydın Çakus, le guitar-hero chevelu et obsédé de heavy-blues psyché de Bunalım ? Le single le plus bruyant de l’histoire de l’Anatolian Pop, les riffs les plus lourds et sauvages jamais enregistrés à Istanbul jusque-là. Avec le renfort de Özkan Uğur, bassiste de Kaygısızlar, et un des batteurs attitrés de Bunalım, on tient là peut-être le premier supergroupe (même si une des formations précédentes d’Erkin Koray portait ce nom) de la scène rock turque qui sous le nom de Ter aura juste le temps d’enregistrer ces deux morceaux avant de se faire éjecter par leur label İstanbul Plak. Trop lourd, trop fort. De quoi renforcer la légende de Aydın Çakus qui disparaîtra ensuite de la scène pour émigrer aux Etats-Unis. Juste le temps de laisser un souvenir impérissable, y compris à Koray qui lui laisse toute latitude pour balancer des riffs rugueux, saturés, plombés, dégorgeant de fuzz bluesy. Et le temps d’un pont, de l’accompagner en électrifiant à son tour sa guitare au son clair pour un duel métallique encore jamais vu sur les bords du Bosphore. Le tout en reprenant un titre arabesque (genre bien mal vu à cause de son ascendance) du maître Ohran Gencebay qui verra tellement cette explosive trahison d’un bon œil qu’il la sortira sur son propre label. En face B, ça recommence, Çakus sonne comme les plus grands guitar-heros anglo-saxons du moment, et si la mélodie vocale délicieusement chantée par Koray et le refrain polyphonique sonnent d’autant plus Anatolian Pop, l’espace laissé à l’ancien maître-queue de Bunalım lui permet de laisser cours à tout son savoir faire en terme de hard-blues. Qu’aurait pu donner un tel assemblage sur un album entier ? De quoi rêver un moment de l’ultime chef-d’oeuvre de Aydın Çakus dont le meilleur restera cantonné à deux singles, « Taş Var Köpek Yok » de Bunalım et celui-ci. Erkin Koray, quant à lui, poursuivra sa route pour bientôt poser sa propre pierre angulaire, « Elektronik Türküler ». Ter, c'était le coup d'une fois, mais quel bon coup.

note       Publiée le lundi 14 mars 2016

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Hor Görme Garibi / Züleyha' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hor Görme Garibi / Züleyha"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hor Görme Garibi / Züleyha".

ajoutez une note sur : "Hor Görme Garibi / Züleyha"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hor Görme Garibi / Züleyha".

ajoutez un commentaire sur : "Hor Görme Garibi / Züleyha"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hor Görme Garibi / Züleyha".

Klarinetthor › mardi 15 mars 2016 - 03:00  message privé !

Le choc cette ouverture de la face A, ce son de gratte acide; Zuleyha je connaissais deja par la compil que tu cites, c'est beau et riche, joli complement

Note donnée au disque :