Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBloodhammer › Abbedissan Saatanalliset Houreet

Bloodhammer › Abbedissan Saatanalliset Houreet

cd | 10 titres | 32:58 min

  • 1 Beyond All Light [03:20]
  • 2 Casted in Metal [01:50]
  • 3 Prelude to the Battle [02:33]
  • 4 Destruction [03:39]
  • 5 Blood Dynasty [03:21]
  • 6 Bloodhammerian Way [02:40]
  • 7 Demonik Attakk [05:22]
  • 8 Nail, Rape & Desecrate [02:44]
  • 9 666 Maniacs [03:45]
  • 10 Into the Darkest of Nights [03:44]

enregistrement

Pas d'informations sur l'enregistrement.

line up

Pas d'infos sur le line-up.

remarques

Limité à 500 exemplaires. Réédition LP en 2005 et cassette en 2014, toujours par Northern Heritage.

chronique

Le metal est blasphématoire. C’est sa nature même, c’est dans sa constitution, c’est son étant, c’est comme ça. Si vous voulez expliquer cela à un néophyte, y a qu’à montrer ces pochettes à base de pornosatan qui traînent dans la scène, du bouc chevauchant un archange (Archgoat), à la femme s’enfilant un crucifix (Marduk). Ici, c’est une nonne bien maquillée qui nous tient un braquemart dans la main… encore un autre exemple pour votre power point “lucifer suck my dick : ruptures et continuités phalliques dans le black metal”, dans le cadre du colloque “heavy metal et sciences sociales” de l’Université d’Angers, si celui-ci devenait un cycle de conférences, qui sait, postulez ! Bloodhammer, groupe de thrash bien noirci, amateur de nonnes, d'alcool et de typo teutonne nous vient de Finlande, l’autre pays du bon goût. Ils jouent de la musique très primitive orientée thrash / black, un peu comme du Aura Noir mais en moins bien ficelé, avec des pains de temps en temps, les membres du groupe semblant parfois même jouer tous seuls dans leur coin sans écouter les autres, amenant des décalages entre les riffs et la batterie qui peuvent paraître aussi maladroits qu’un solo de guitare sur le premier album éponyme de Bathory. En parlant de Bathory, vous pouvez prendre tous ces groupes en marge du thrash metal dans les années 80, et vous aurez un aperçu de la musique de Bloodhammer : headbangueur, luciférien bourré à la vinasse, envie d’en découdre avec le monde sans aucune finesse, riffs punks vraiment pas malins, paroles tellement bas du front et prises d’envie de tout péter qu’à côté, un dialogue entre Schwarzenneger et Stallone c’est du Corneille. Ultra saturée, cette demi-heure sera bien assez longue pour cet album que je trouve au bout du compte un peu essoufflé, même sur une petite distance comme ça… il saura par contre ravir les gros bourrins de l’audience, ou ceux qui ne veulent pas entendre des choses belles et enchantées, mais que de la mélasse de haine, de mépris et d’obstination frustre. Parce que la musique, c’est pas un truc de fillettes ! UGH !

note       Publiée le vendredi 9 janvier 2015

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Abbedissan Saatanalliset Houreet' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Abbedissan Saatanalliset Houreet"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Abbedissan Saatanalliset Houreet".

ajoutez une note sur : "Abbedissan Saatanalliset Houreet"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Abbedissan Saatanalliset Houreet".

ajoutez un commentaire sur : "Abbedissan Saatanalliset Houreet"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Abbedissan Saatanalliset Houreet".

Mari. Cremated. Bones. › lundi 12 janvier 2015 - 00:36  message privé !

UEUH !

Dead26 › samedi 10 janvier 2015 - 07:49  message privé !

Écouté et re-écouté pas plus tard que la semaine dernière juste pour la gloire (et la superbe pochette nonne-bite). Un premier full length vraiment bon avec des plans typiquement thrash vieille école sur fond de black metal le tout agrémenté d'une ambiance bien malsaine. Supérieur en tout points à leurs démos et au split avec Incriminated.

Note donnée au disque :       
dimegoat › vendredi 9 janvier 2015 - 18:32  message privé !

J'ai une collègue à l'Université d'Angers (fac de droit ambiance un brin catho) mais je ne la vois pas disserter sur des nonnes qui tiennent des zobs, même du bout des doigts.

Rastignac › vendredi 9 janvier 2015 - 16:53  message privé !
avatar

Merci ! Je me perds dans toutes ces consonnes. Et ces voyelles bien sûr.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 9 janvier 2015 - 16:21  message privé !

Il te manque un "a" à Saatanalliset, ce qui nous fait "les délires sataniques de l'abbesse". Tout un programme.