Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVoodoocult › Jesus Killing Machine

Voodoocult › Jesus Killing Machine

cd • 11 titres

  • 1Killer Patrol
  • 2Metallized Kids
  • 3Jesus Killing Machine
  • 4Born Bad and Sliced!
  • 5Albert Is a Headbanger
  • 6Hellatio
  • 7Death Don't Dance with Me
  • 8Art Groupie
  • 9Blood Surfer City
  • 10Voodoocult
  • 11Bitchery Bay

enregistrement

Enregistré au Temple Studio (Malte), au Hot Tin Roof (Los Angeles), au Woodhouse (Dortmund) et au Morrisound (Tampa).

line up

Gabby Abularach (guitare), Dave "taift" Ball (basse), Phillip Boa (voix), Dave Lombardo (batterie), Mille Petrozza (guitare), Chuck Schuldiner (guitare), Waldemar Sorychta (guitare)

remarques

chronique

Styles
indus
metal
Styles personnels
metal findus

Ah, les années 90 ! quels beaux moments ! Kurt Cobain se flingue, l’eurodance est à son apogée, Dave Lombardo se fait lourder de Slayer et le metal “industriel” a le vent en poupe. Souv’nez-vous ! La stouquette pendant le set de Treponem Pal sur Canal + à 20H30 en direct, les clips du Downward Spiral de NIN diffusés sur M6 à l’heure du goûter ! Voilà, les modes escagassent et passent, mais y a bien un truc qui dure c’est les mégasupergroupes de stars de tel ou tel genre de musique populaire. Ici, c’est le metal qui est mis au pinacle : Lombardo, avec Schuldiner, Mille Petrozza entre autres, regroupés par un allemand dont je ne connaissais pas l’existence avant de voir ce disque, et qui va vouloir donc cartonner dans le créneau metal indus plein de metal, et de fer, et d’industrie, et tout. C’est là, tout de suite, que j’ai tiqué : je n’avais absolument aucun souvenir de ce projet à l’époque, et celui-ci n’a jamais refait surface dans les diverses colonnes "remember" de ma conscience comme, par exemple, des trucs comme Nailbomb qui datent d’à peu près la même époque… Je donne le CD à manger à la machine, et rapidement je comprend pourquoi ce disque a été oublié : j’imagine que les protagonistes l’ont tu, tel un secret de famille qu’il vaut mieux passer à la génération suivante car ce n’est pas possible d’en parler pour l’instant, vaut mieux refouler qu’assumer quoi… ralalah, mais pourquoi ? Pourquoi ces morceaux à deux riffs alors qu’on a l’inventeur du death metal aux manettes ? Pourquoi cette batterie qu’on dirait des démos de méthode de guitare (chapitre 3 : jouer KMFDM à la batterie) ? Pourquoi cette voix toute hésitante, pas agressive du tout, pourquoi ces paroles (aaarrrrrh, metalized kids répétés quoi, trente fois dans le morceau, aaaaah, non, aaaaah!). Wallah, le solo de Lombardo dans Born Bad and Sliced est pas loin de sortir de la BO de Spinal Tap… on n’en est qu’au milieu, faut vraiment que je continue ? Bon, en attendant, vous voyez le concept encore anti-chrétien, qu’à force je me demande si on pourrait pas ouvrir un Lourdes des satanistes tellement ça s’est transformé en argument marketing… l’artwork est bien ancré dans un monde qui se veut plein de mort et de stars de la mort métale - dont certaines sont mortes depuis, peut-être cela intéressera donc les admirateurs du Chuck, d’ailleurs en parlant de Lourdes du metal là, voyez Relapse comme ils se gavent en ce moment… Allez, je reviens au truc, juste pour dire que, OK, si ça avait été un groupe franchouille ou germain complètement inconnu ça l’aurait fait, mais là on a quand même la réunion de démons vivants qui génèrent une foi pas possible. Le procédé, qui se voulait j’imagine comme un hommage à ces gens, de sortir un album avec eux, et de "vivre le rêve" se transforme en patate qui sent vraiment trop fort le marketing à peu de frais vu de loin... parce que ça se foule pas sur ce disque ! Arf, mais écoutez Hellatio quoi ! La voix du gars me fait vraiment penser aux mecs tous mous qu’on croise dans les fêtes de la musique, et qui font les gros durs en jouant du Metallica… finalement, c’est le point le plus irritant, on aurait pu se dire, ouais, vas-y Schuldiner et Lombardo qui jamment un peu fatigués, un dimanche après-midi, c’est cool, mais voilà l’autre qui rapplique avec ses paroles bas du front, fallait pas l’inviter ! C’est le comble… bon, je crois avoir fait le tour, il reste plus qu’à jeter encore un peu de fiel sur une tentative choupinette de faire du Alice In Chains couillu (Blood Surfer City), un bidule vaguement psychobilly (!) en avant dernière gerbe (Voodoocult), puis, enfin… ce Bitchery Bay digne d’un bal du 15 août où vous n’auriez pas dû aller, c’était gratuit, sponsorisé par le conseil général, trop cool ! Vous pouvez donc jeter une oreille si vous êtes vraiment curieux, si vous êtes très très curieux, si vous êtes dévorés par la curiosité. Vous allez brûler en enfer pour ça. Bon, si vous êtes vraiment intéressé, je vous aurai prévenu, c’est à se demander si ce sont ces vrais gens ou des mauvais sosies qui ont joué ici...

note       Publiée le mercredi 5 novembre 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Jesus Killing Machine".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Jesus Killing Machine".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Jesus Killing Machine".

akol › mercredi 5 novembre 2014 - 12:14  message privé !

Hahaha, je l'ai celui là et même le EP Metallized Kids ... Visiblement je ne suis pas le seul à qui il ne laisse pas un grand souvenir, malgré la présence de Chuck !

Note donnée au disque :       
torquemada › mercredi 5 novembre 2014 - 08:05  message privé !

Ce disque aura au moins permis la rencontre de Lombardo et Sorychta, donc la naissance de Grip Inc. Pour ça, on peut pardonner beaucoup !