Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDevianz › À corps interrompus

Devianz › À corps interrompus

  • 2012 • Autoproduction limité et numéroté à 500 ex. • 1 CD digipack

cd • 14 titres • 59:35 min

  • 1Happiness in frustration00:57
  • 2Des racines dans la chair04:37
  • 3Soleil d'encre05:41
  • 4Sous une lune de plomb04:06
  • 5L'instant suspendu01:48
  • 6L'alchimie des sens04:56
  • 7Mute echo room05:56
  • 8Douze de mes phalanges02:43
  • 9Ton corps n'est qu'atome04:55
  • 10Trouble amante03:39
  • 11Lames de sel02:38
  • 12Arpeggio06:28
  • 13Passion/omission05:17
  • 14En attendant l'aube05:44

enregistrement

Enregistré aux studios Midilive, Tarmac et Austerlitz

line up

Guyom Pavesi (chant, claviers), Benoît Blin (guitares, chant), Pierre Labarbe (guitares), Vincent Rémon (basse, chant)

Musiciens additionnels : Nicolas Pytel (batterie), Vincent Cavanagh (chant)

remarques

chronique

Styles
pop
rock

Devianz revient enfin après un excellent premier album, "una duna in mezzo all'oceano", et un mini-CD, "Les lèvres assassines", qui aura bien fait patienter entre temps puisqu'il aura fallu plus de 6 ans pour que ce deuxième album débarque ! Malgré les années, les parisiens continuent de nous jouer de la pop/rock à tendance légèrement agressive. Le style est plus maitrisé, les morceaux sont très travaillés, bien léchés, bien écrits, il n'y a pas de doute, le groupe sait écrire de bons morceaux, accrocheurs et inspirés. Le premier album fleurait bon la spontanéité, là, c'est presque le contraire. L'album est très bien écrit. Les arrangements sont bons, ça s'enchaine nickel. La musique du groupe en devient bien plus facile d'accès. On a droit à une bonne dizaine de titres plutôt directs, pas simplistes, mais avec une structure plutôt convenue. On sent des influences plus atmosphériques que sur "una duna in mezzo all'oceano". La production est beaucoup plus soft, bien moins agressives et lourdes que par le passé, ce qui n'empêche pas le groupe d'avoir ses moments bien énergiques. Le groupe a aussi un batteur un peu moins percutant que le précédent. La batterie est ici moins brut de décoffrage mais elle offre un panel technique plus étendu. Et même si le son "metal" a totalement disparu, on ne peut s'empêcher de trouver ci et là des riffs, des enchainements directement issus de la mouvance metallique. Cependant, comme je le disais, la musique est beaucoup plus atmosphérique, certains titres me font d'ailleurs totalement penser à The Gathering comme sur "Douze de mes phalanges". C'est calme, apaisant et doux. On peut aussi noter la présence du chanteur d'Anathema, Vincent Cavanagh, sur un titre, "Ton corps n'est qu'atome", et d'ailleurs, en plus d'écrire les parties orchestrales du titre, il se paye le luxe de chanter, dans un français absolument impeccable ! D'ailleurs, en parlant de chant, souvent controversé chez Devianz, Guyom s'est bien amélioré avec un chant plus posé et maitrisé. Cela reste toujours très pop et très "chanté". Il manque selon moi encore de la puissance brut, il y a toujours ce côté naïf et peut-être trop gentil. Mais en fait, ce qui me gêne le plus avec cet album de Devianz, c'est qu'il manque de véritable originalité dans la construction des morceaux. Je m'explique, les titres sont bien interprétés, bien composés, les mélodies sont belles, ça passe super bien, on les chante sous la douche, bref, il y a indéniablement de la qualité. Cependant, comme dans 90% des groupes de pop/rock, comment sortir de la masse ? Pourquoi Devianz plutôt qu'un autre groupe de pop/rock ? Alors, il y a bien cette énergie et cette inspiration venant du metal. Mais les morceaux sont presque convenus. Il manque l'ingéniosité qu'il y avait dans la dernière partie du premier album, peut-être cette touche de génie dans la composition à ce moment-là, je ne sais pas. Je trouve qu'il manque cette touche de folie qu'il y avait dans "una duna in mezzo all'oceano". Alors voilà, je me retrouve ici avec un album super sympa, il tourne vraiment très souvent depuis deux mois, mais il ne me transporte pas autant que le précédent album. Suis-je trop exigeant ? Est-ce que j'en attendais trop, suite au premier album ? Etais-je à l'époque d'"una duna in mezzo all'oceano" trop surpris par la qualité de Devianz ? Difficile à dire, cependant, "À corps interrompus" reste un album de qualité auquel il manque peut-être une petite dose de folie pour littéralement décoller. Je ne peux que vous conseiller de jeter une oreille, voire deux, à cet album et ce groupe qui le mérite.

note       Publiée le mardi 29 mai 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "À corps interrompus".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "À corps interrompus".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "À corps interrompus".