Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSvalbard › One day all this will end

Svalbard › One day all this will end

cd • 8 titres

  • 1Perspective
  • 2Disparity
  • 3The vanishing point
  • 4Expect equal respect
  • 5Unrequited
  • 6The damage done
  • 7Unnatural light
  • 8Lily

enregistrement

The Ranch, Grande-Bretagne, mars-avril 2015.

line up

Serena Cherry (chant, guitare), Liam Phelan (chant, guitare), Tony James (basse), Mark Lilley (batterie)

remarques

https://svalbard.bandcamp.com/

chronique

Le Svalbard, un archipel appartenant à la Norvège, mon premier vrai contact avec le Nord, la terre des ours blancs. Même de la seule ville du coin, la plus septentrionale du monde, Longyearbyean (2000 habitants, au moins vingt nationalités), tu ne sors pas sans véhicule ou du moins armé. Un endroit où l’on n’est pas sensé naître, ni mourir, ça se passe sur le continent, tout comme les études des enfants lorsque la scolarité obligatoire est terminée. Les contrats de travail portent sur dix ans même si beaucoup essaient de les tirer au moins cinq ans de plus. Quatre mois de nuit et le soleil de minuit en été. Un endroit fascinant (allez consulter Wikipedia, je pourrais en parler des heures mais ce n’est pas le lieu). C’est aussi le nom d’un groupe de post-hardcore de Bristol, typique d’un mélange des genres que les puristes jugent trop intello (interprétés par des belles-filles et des gendres idéaux, couverts de tatouages new school). Vocaux écorchés principalement hurlés, féminins et masculins, une base hardcore mais qui picore dans le black metal, le crust, peut-être même de loin dans le post-rock, avec pour résultat une urgence émotionnelle se traduisant dans l’attaque, laquelle se casse, se ralentit, accélère, se dilue brièvement dans des passages plus ambient (jamais très longs) avec pour toile de fond une tension sur le fil du rasoir. C’est très maitrisé, le groupe a sorti plusieurs splits pour affuter ses armes avant de se risquer à livrer son premier LP. Je ne suis pas assez spécialiste pour affirmer que Svalbard apporte un plus à la flopée de combos oeuvrant dans la mouvance mais hormis des vocaux un brin trop en retrait au mixage, les atmosphères sont variées, évocatrices et efficaces, avec des pointes crissantes, aiguës (‘Perspective’), des moments de rock simple (‘Lily’), quelques déferlements de violence, des parties instrumentales travaillées. Un disque court aux paysages multiples, un peu âpre mais riche en émotions à l’image de la terre dont il tire son nom…

note       Publiée le mardi 5 janvier 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "One day all this will end".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "One day all this will end".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "One day all this will end".