Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDead For A Minute › 1998-2003

Dead For A Minute › 1998-2003

k7

demo 1998 • 8 titres

  • 1Hagen
  • 2Interlude
  • 3Love
  • 4Ax
  • 5Ahura Mazda
  • 6Your whole world is falling down to pieces
  • 7A relievant thing
  • 8Necropolis

hana bi 2000 • 6 titres

  • 1Hanna bi
  • 2Mugwump
  • 3Sarcophage
  • 4Esteban
  • 5Evenrer
  • 6Catharsis

split dead for a desiderata 2001 • 4 titres

  • 1Ecume
  • 2Interlude
  • 3Sang impur
  • 4Statuette

diégèse 2001 • 5 titres

  • 1Trelskovsky
  • 2Etain
  • 3Fétiche
  • 4Diégèse
  • 5Le poison sur la langue

split dead for a muckrackers 2001 • 2 titres

  • 1We are the vampire grinders
  • 2Réagir

split dead for a submerge 2002 • 2 titres

  • 1A ciel ouvert
  • 2Etre officiel

unreleased 2003 • 3 titres

  • 1Both feet in the grave
  • 2Dernière danse
  • 3Mon nom est glamour

line up

Flo (Chant), Fab Simon (Batterie), Geoffrey (Guitare), Mike (Basse), Sam (Batterie)

remarques

chronique

Quel émoi. Dead For A Minute, l’un de mes groupes chouchous, de ceux qui essuyèrent les plâtres de ma piteuse naïveté à l’aube de ma majorité quand je les avais interviewé pour le webzine No Brain No Headache. Faut dire qu’à l’époque c’était un peu une référence dans le hardcore ; et cette cassette n’est pas à me faire mentir, puisque je peux enfin mettre la main sur ces derniers enregistrements et premières démos largement introuvables. J'vais pas vous parler de Diégèse et Hana-Bi, tout ou presque a déjà été dis, il suffit de surfer quelques minute pour vous faire une idée. DFAM, les filous auront remarqué, c’est du Botch. Dans le titre. Sinon non. C’est du hardcore, dans le cœur. Du foutraque, du patraque, de la patate. L’horizon est vaste comme une autoroute en pleine campagne. On visite les choses connues au fil du temps, rock’n’roll, chaotic, deathcore, Brême, j’en passe, à l’aise. DFAM a surtout cet indescriptible appétit pour les sauts de trapèzes sans filets, à fond, des errances mythologiques dans les tréfonds d’une jam cheloue qui ne se termine jamais, des transes improvisées hésitant entre la bonne soirée entre amis et l’exhibition des génitoires aux voisins travaillant dans le service public ; le temps s’en retrouve suspendu, comme un glaviot un soir de Décembre, avec le froid qui vous mord les encoignures, disons dans ce que je qualifierais de "malsain", une salle de répèt’ d’un squat dégueux avec quelques cadavres d’équerre dans les coins, péniblement allumée à la bougie au radium. DFAM voit rouge, et ça se voit sur ma K7. Elle est rouge. Comme la rigole du caniveau à la sortie du concert. Et je vous ai pas parlé du chanteur…

note       Publiée le lundi 2 avril 2012

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Procrastin
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "1998-2003" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "1998-2003".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "1998-2003".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "1998-2003".

saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Avant diégèse ça a prit cher quand même oui, mais j'aime quand même ce son grésillant quand tu le pousses un peu, le côté répèt' brutale à la bière et le Peavy Studio 112 qui me rappelle mes 19 ans...

Procrastin Envoyez un message privé àProcrastin

Le Batalj m'a donné envie d'aller dans Diègese. Beaucoup moins fun, beaucoup plus noir, ma première et plus grosse baffe-core en concert. Sans pouvoir pretendre en être, j'en sens la nostalgie d'une époque où c'était pas relou-ringard d'avoir des idées.

edit: ben ça n'a pas perdu une once de radicalité au fil des années! Une hargne désespérée intacte et authentique. Du coup c'est parti pour Hanabi(...ce premier morceau conditionne toujours autant à la suite pour peu qu'il soit au volume qui lui sied)!

edit2: Bon, autant Diègese est impérissable, autant Hana bi est bien daté.