Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPersephone › Mera sangeet kho gaya

Persephone › Mera sangeet kho gaya

  • 2004 • Trisol Tri 224CD • 1 CD digipack

cd • 12 titres

  • 1Labyrinth of longing
  • 2From within
  • 3Only the good ones die in summer
  • 4Drowning theme
  • 5Nightingale's lament
  • 6Waiting
  • 7Magic mirror
  • 8Realm of prince
  • 9La danse sur la corde
  • 10The last song
  • 11Winter
  • 12Mera sangeet kho gava

enregistrement

Tonstudio Biber, Allemagne

line up

Sonja Kraushofer (chant)

Musiciens additionnels : Martin Höfert (violoncelle, piano), Holger Wilhelmi (violoncelle), Katrin Ebert (violon,viole), Matt Howden (violon), Johannes Krammer (contrebasse), Frederik Behrens (guitare), Robert Beyer (basse), David Distelmann (cithare), Vassily Dück (bajan), Tim Warweg (xylophone), John Badel Sayed (tambourin, percussions, flûte, koto, choeurs), Lothar Weise (batterie)

remarques

chronique

Styles
heavenly

Est-ce leur proximité dans le temps (neuf mois les séparent), leur esthétique funèbre et le fait que le titre signifie 'My music is gone' en hindi (premier morceau de 'Atma Gyan') ? Toujours est-il que 'Mera sangeet kho gaya' et son prédécesseur se complètent, se nourrissent dans l'ambiance et les sonorités... On retrouve notamment cet équilibre entre instruments européens (piano, violon, violoncelle) et exotiques (koto, cithare, percussions diverses) pour une ambiance des plus mystiques, plus apaisée également. Malgré les images de Sonja allongée sur une tombe ou jouant les Ophélies noyées sur les photos du (somptueux) livret, ce disque appelle la lumière de ses prières, sans toujours y parvenir comme en témoigne le beau 'Drowning theme' dont le couple violon/piano n'est pas sans rappeler Sieben (est-ce si étonnant lorsque l'on sait que Matt Howden y assure des parties de violon ?). Après un début assez appuyé avec les percussions orientales de 'Labyrinth of longing', un 'From within' à la rythmique jazzy lente et froide, l'album se glisse dans une ambiance plus tranquille bien que luxuriante dans les arrangements. L'impression dégagée est celle d'une torpeur qui envahit progressivement tantôt fraîche ('Waiting'), tantôt exotique selon les mouvements des instruments. Il faudra attendre 'Magic mirror' pour que la mauvaise saison ne l'emporte définitivement par des arrangements pour violoncelle, piano et chant triste ('Realm of silence'), 'La danse sur la corde' renouant carrément avec le cabaret pour une valse triste aux inspirations Edith Piaf. C'est beau, c'est mélancolique mais ça surprend moins, ça compte même quelques longueurs. D'un autre côté, l'heavenly particulier de Persephone dégage encore et toujours cette saveur sensuelle qui fait que l'on se laisse séduire à nouveau... Sans abus non plus, histoire de ne pas risquer l'indigestion.

note       Publiée le mardi 31 août 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mera sangeet kho gaya".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mera sangeet kho gaya".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mera sangeet kho gaya".