Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnnihilator › Never neverland

Annihilator › Never neverland

cd • 10 titres • 46:12 min

  • 1The fun palace5:49
  • 2Road to ruin3:42
  • 3Sixes and Sevens5:18
  • 4Stonewall4:50
  • 5Never, neverland5:29
  • 6Imperiled eyes5:27
  • 7Kraf dinner2:40
  • 8Phantasmagoria3:58
  • 9Reduced to ash3:08
  • 10I am in command3:34

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Coburn Pharr (chant), Jeff Waters (guitare), Dave Davis (guitare), Wayne Darley (basse), Ray Hartman (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal
heavy metal
Styles personnels
heavy speed metal

Pour ce second album, Annihilator semble avoir suivi mon avis sur le premier, et : oui les cheville se portent bien, merci. Certes, Jeff Waters n’est pas devenu manchot entre ‘’Alice In Hell’’ et ce second opus mais il semble avoir su canaliser ses pulsions d’astiquage de manche. Premier constat de ‘’Never Neverland", et cela saute aux oreilles : le changement de chanteur. Exit Randy Rampage – qui ne faisait pas l’unanimité du reste – au profit Coburn Pharr au timbre moins haut perché. Enfin, le groupe a – déjà ? – radouci son style. S’il pratiquait avant un thrash metal assez léger, Annihilator a viré au heavy-speed de bonne facture, où les soli de Jeff continuent de tenir le haut du pavé, mais il a sans doute compris qu’il avait fait ses preuves et qu’il n’avait plus à faire de démonstrations de sa technique. Alors certes il se lâche parfois comme sur ‘’Imperiled Eyes’’ ou le délire ‘’Kraf Dinner’’ (le meilleur ami du musicien en tourné paraît-il). Mais ‘’Never Neverland’’ est bien plus varié que son prédécesseur, la chanson ‘’Never Neverland’’ en témoigne, entre ses breaks brusques et ses envolées guitaristiques. Cet album contient aussi des morceaux très entraînants comme ’’Road To Ruin’’, ‘’Stonewall’’, ou ‘’Sixes And Sevens’’. Un très bon album à coté duquel ‘’Alice In Hell’’ fait figure de faux départ. Maintenant la question est : cette chronique va-t-elle me valoir la même saucée que pour ‘’Alice…’’ ?

note       Publiée le lundi 14 juin 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Never neverland".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Never neverland".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Never neverland".

Rastignac › lundi 6 janvier 2020 - 14:06  message privé !
avatar

Oui il est bien pêchu et what ze fuck en même temps (les arpèges en gratte claire, les breaks bien brutaux...) Gros son de buffle aussi. Ça gratouille, le chef de bande kiffant bien ce qu'il fait...

Dead26 › mercredi 11 mars 2015 - 08:14  message privé !

Ça gratte sec sur cet album, rien que Road to Ruin, un hymne ! Plus directe, plus accrocheur, plus carré, Never neverland c'est un standard du thrash qui m'émeut toujours autant à chaque écoute. Une cascade mortelle de riffs tous plus excellents les uns que les autres avec un Coburn au top de sa forme. Le meilleur Annihilator qui existe tout simplement.

Note donnée au disque :       
innersilence › lundi 20 mai 2013 - 18:09  message privé !

Et bien moi je place cet album dans mes favoris du genre. Moins démonstratif et plus mélodique que Alice in Hell, avec plus de feeling et un bien meilleur chanteur. Certes "The Fun Palace" ressemble un peu à "Alison Hell" mais ce titre bute, avec un solo totalement dantesque et une pelletée de riffs énormes.

Note donnée au disque :       
fallon › lundi 23 mai 2011 - 16:49  message privé !

"alice in hell" faux départ? Même si ce "never, Neverland" contient de très bons morceaux notamment le titre éponyme ou "Imperiled eyes", la monotonie s'installe vite. Le nouveau chanteur fait certes moins de cinéma que Rampage mais il n'a aucune personnalité. les compos sont du même acabit: soignées, propres mais redondantes et trop classiques. La fraicheur, l'inventivité et l'esprit de "Alice in Hell" ont disparu. Dommage

Note donnée au disque :       
The Gloth › mercredi 23 juin 2010 - 14:30  message privé !

+1. J'ai tenté de le réécouter mais je n'ai tenu que la face A. C'est beaucoup trop léger, mou, pas inspiré, et le chant est d'une platitude totale, alors que la voix du premier chanteur avait au moins du grain.