Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnnihilator › Set the World on Fire

Annihilator › Set the World on Fire

cd | 10 titres | 38:56 min

  • 1 Set the World on Fire [04:29]
  • 2 No Zone [02:48]
  • 3 Bats in the Belfry [03:38]
  • 4 Snake in the Grass [04:55]
  • 5 Phoenix Rising [03:48]
  • 6 Knight Jumps Queen [03:47]
  • 7 Sounds Good to Me [04:18]
  • 8 The Edge [02:57]
  • 9 Don't Bother Me [03:24]
  • 10 Brain Dance [04:52]

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré au Fiasco Brothers Recording, New Westminster, au Creation Studios, Vancouver et au Vancouver Studios, Burnaby. Mixé au Little Mountain Sound Studios, Vancouver. Piste 5 mixé au Warehouse Studios, West Vancouver. Masterisé à Future Disc, Hollywood, Californie.

line up

Neil Goldberg (guitare), Mike Mangini (batterie), Aaron Randall (voix), Jeff Waters (guitare, voix, basse)

remarques

Sorti en cassette, CD, LP. Rééditions CD par Metal Mind en 2009.

chronique

Je crois qu’il y a eu malentendu entre ce groupe et votre serviteur. Gamin je voyais la tronche des gars (grosse moumoute, perfectos et baskets montantes, la classe), le logo du groupe et son titre et je me disais "ouah, ça doit être agressif Annihilator", voire même annihilant. Quelques décennies plus tard, au hasard j’achète cet album. Et puis je l’oublie. Et puis je l’écoute. J’ai pu acheter et écouter aussi le précédent qui est déjà très mélodique, très porté sur la guitare comme l’ont bien montré les chroniques de Darkstar Seven… mais évidemment pas brutal pour un sou. Ne cherchez pas la force aveugle ici, cherchez plutôt ce que vous aimez chez Megadeth par exemple, du thrash très très mélodieux, lorgnant souvent vers le hard rock (les ballades ultra barbe à papa, les guitares pas très evil mais très poignantes, très "shred" ), bien fichu, souvent bien gnangnan, avec des chansons qui peuvent parfois même faire sourire, le chanteur ayant une espèce de chuintement léger qui rompt un peu le tableau "ouvre les yeux, nous sommes tous les deux, il y a de la magie partout bébé, prend en main ta destinée, tu es mon pandi panda d’amour mais en fait je suis taré" avec le groupe derrière qui joue dans la brume du futur. Après, niveau "concept", le groupe semble toujours obsédé par un personnage récurrent, une blonde à forte poitrine qui est ici abandonnée dans un monde à la Terminator, comme témoignera l’illustration de la pochette de l’album, vraiment typique du début des années 90, comme l’impression de voir Hélène et les garçons se planquant, pourchassée par le méchant T-1000 ou par Freddy Krueger, vu qu’on parle beaucoup de rêves et de folie sur cet album ! Plutôt donc un groupe à écouter dans votre merco rouge décapotable, les cheveux dans le vent, une superbe femme hard rock à vos côtés ; donc oui, c’est du metal un peu extrême, mais qui parlera plus aux musiciens qui veulent apprendre ou affiner des plans guitare que des corbeaux de fonds de cave humides transylvaniennes. Tiens d’ailleurs ça me donne faim…

note       Publiée le mardi 22 septembre 2015

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Set the World on Fire' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Set the World on Fire"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Set the World on Fire".

ajoutez une note sur : "Set the World on Fire"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Set the World on Fire".

ajoutez un commentaire sur : "Set the World on Fire"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Set the World on Fire".

nicola › mercredi 23 septembre 2015 - 13:14  message privé !

Merci, Rastignac.

Klarinetthor › mardi 22 septembre 2015 - 16:41  message privé !

faut dire que ca a l'air d'avoir bien evolué depuis le premier qui contient des choses interessantes meme si on est deja pas dans l'aggression pure. une bonne grosse galette comme celles en flaque ornant les trottoirs de nos belles metropoles.

Rastignac › mardi 22 septembre 2015 - 16:28  message privé !
avatar

Les poules c'est une piste cachée sur "Carnival Diablos" sorti en 2001. Le chanteur y conte son amour pour le poulet et le maïs. arf...

Note donnée au disque :       
nicola › mardi 22 septembre 2015 - 15:40  message privé !

Les poules viennent alors d’Alice in hell ?

Rastignac › mardi 22 septembre 2015 - 14:58  message privé !
avatar

Oui, avec ricanements de schizo, petite ritournelle genre "qu'est ce qu'on est bien quand on est complètement pleeeeein", et la touche Bon Jovi hmm, et pas que sur ce morceau.

Note donnée au disque :