Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJohnny Beton And The Mörtels › Short luck

Johnny Beton And The Mörtels › Short luck

cd • 9 titres

  • 1Mad on the beach
  • 2Short luck
  • 3Your death
  • 4The bridge
  • 5Once for all
  • 6Lyin' in the coffin
  • 7Little phony on a cloud (live)
  • 8The gift (live)
  • 9Lyin' in the coffin (live)

enregistrement

Titres 1-6, NLW Studio, Allemagne; titres 7-9 enregistrés live au Short Live Concert, Goethes Gymnasium, Hambourg, Allemagne, décembre 1986.

line up

Haiko Herden (chant, synthé), Michael Kümmel (guitare), Mark Liedtke (guitare), Marco Siemers (basse)

remarques

chronique

Styles
gothique
cold wave
post punk
Styles personnels
minimal wave

Non, mais vous avez vu ce nom ? J'ai acheté ce cd juste par la curiosité qu'il m'a inspirée. Après recherche, il semblerait que Johnny Beton and the Mörtels ait été un groupe allemand tout ce qu'il y a de plus éphémère au tournant des années 1986-87. Baptisé tout d'abord Cruel Vengeance, le combo changera de nom pour un concert à Hambourg en 1986; vu le succès, les musiciens répéteront et composeront de nouveaux titres mais suite à de nombreux changements de personnel, Johnny Beton and the Mörtels deviendront The Black Ribbon puis Johnny Beton. Quelques morceaux ayant été enregistrés en 1987, ils sont proposés ici pour la première fois après avoir été remasterisés par Matthias Schuster (connu dans les milieux minimal wave pour son travail avec Das Institut ou Im Namen des Volkes) accompagnés de trois chansons capturées live lors de ce fameux premier concert. Avant d'aller plus loin, je me permets de signaler qu'il faut apprécier la qualité low-fi brute et l'authenticité des enregistrements 'maison' faute de se trouver bien surpris. Il m'a en effet fallu deux ou trois écoutes pour commencer à apprécier le charme des compositions tant le mixage à la diable surprend; les voix sont souvent très en retrait alors que basse et clavier sont poussés en avant. Musicalement, Johnny Beton and the Mörtels évoluent dans un mélange de cold wave et de minimal wave allemande; d'après la page Myspace qui leur est consacrée, nos Allemands étaient très influencés par les Cure, ce qui est exact si on pense aux débuts de Robert Smith et Cie, période 'Three imaginary boys'; les Belges de Red Zebra me viennent également à l'esprit mais en moins pro. Les compos dégagent quelque chose, c'est certain, les lignes sont bien écrites, assez spontanées, mais même si la production crue a son charme, elle gâche un peu leur potentiel, ce qui est vraiment dommage car si Johnny Beton and the Mörtels ne sont pas de grands musiciens, ils avaient des idées. Les titres pris en concert le prouvent; le batteur ne tient pas bien le rythme, le chanteur est faux par moment, la guitare évolue de manière aléatoire et la basse se résume à quelques notes (punk attitude !), pourtant on sent ce feeling spontané, plus écorché d'ailleurs que sur les morceaux en studio. Un disque à apprécier pour son côté témoignage d'une époque principalement, réservé aux passionnés, même si je reste convaincu qu'avec un vrai mixage quelques titres auraient fait merveille ('Once for all', Your death' ou 'The bridge') grâce notamment à de séduisantes lignes de clavier.

note       Publiée le mercredi 7 octobre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Short luck".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Short luck".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Short luck".