Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTToad › #3

Toad › #3

lp | 2 titres | 35:21 min

  • 1 Marche de Chabaud/Marche de Roussel/Bourrée de l’Anglars [16:36]
  • 2 Bourrée de l’Arabe/Bourrée de Mouret/Marche de l’Arabe [18:45]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Non renseigné.

line up

Pierre-vincent Fortunier (cornemuse béchonnet 11 pouces, violon), Yann Gourdon (vielle à roue, boîte à bourdons, pieds), Guilhem Lacroux (guitare)

remarques

LP, pochette sérigraphiée. L’intégralité de l’album est en écoute libre depuis la page bandcamp du groupe (voir lien plus haut).

chronique

Celui-là commence en toute lenteur. Ce ne sont que deux plages. Suites de danses, encore, selon les titres. Mais longues, cette fois, comme étirées. La pochette, elle, n’est que masses – ou surfaces, texturées de noir et de blancs. Est-ce… L’intérieur d’une grotte, comme prise en négatif ? Un ciel constellé, vu d'un sommet, d'un haut plateau loin de toute source de lumière électrique ? Ce disque… Sera-t-il la nuit, le cauchemar, le délire de leurs musiques ? Les ont-ils cette fois pour de bon hallucinées ? Il est certain, en tout cas, que le trio, sur celui-là, tient encore mieux son art des vitesses, des débits, des inflexions, aussi – des techniques et pratiques, des intuitions saisies par quoi rien de tout cela ne diffère terme à terme, par quoi ceux-là s’apparentent chimiquement plutôt qu’ils ne s’imbriqueraient en simples assemblages. Aucune hâte, disais-je. Les cycles prennent leur temps. L’emplissent, l’agrandissent à mesure. Le pas n’est toujours pas mesurable. Les montées, pour autant, attrapent encore davantage. La moindre nuance – ralentissement, accélération ; basculement, presque rupture qui fait relance – se ressent ici avec une infinie précision ; chaque changement, chaque progression, est physiquement imprimée, musique qui frappe au corps, le traverse, sonne dans ses volumes, musique qui elle-même est un corps ; l’entraîne, encore… mais il me semble que ce disque-ci, plus que les deux premiers – alors même qu'il est le seul des trois où l'un des musicien y batte des pieds (c'est Gourdon, je crois, sur une planche amplifiée par des micros-contacts) – se prête aussi à une écoute plus contemplative, qu’il suscite même cette concentration, tout de suite, une expérience différente de celle à quoi convie le groupe lorsqu’il joue en concert, où la ronde, toujours, prend – et presque d’emblée. Le début de la deuxième suite, en particulier – fréquences oscillées, tenue cinq minutes durant, incroyablement frémissantes et captivantes, avant que la guitare n’amorce le motif en giration – "installe" une atmosphère, l’instille, nous plonge dans la matière son ; la charge de chacun de ses atomes ressentie dans l’instant où sa masse attire les particules autours, les amalgame sur elle, dans elle ; ou bien au contraire, les repousse, s’y effrite, se subtilise ; où les longueur d’ondes sont chiffres moléculaires – loin de toute abstraction, variations de courant, infimes ou violent basculement d’un monde aux vibrations concrètes. Cette plage est… J’allais écrire "fascinante" ; mais alors qu’on m’entende : aucunement au sens où on y entendrait – y réussiraient-ils – une tentative d’épater, de bluffer, la démonstration faite d’un système. Je l’entends comme émanée d’un champ incroyablement libre. Je crois qu’il est une part, l’un des accomplissements d’une démarche exigeante, travail en plein cours et pas fait – pour le moment, au moins – pour se clore. En lui même, pièce d’une rare intégrité. Disque assez incroyable. Le temps qu’il joue, absolument indéniable. Un temps qu’il ne souligne pas, n’emprisonne pas. Le temps qui – ce temps là – cesse d’être dimension isolée, compte à part qui grève, et cloisonne. Temps libéré qui ne suspend pas – qui est peut-être le contraire d’une suspension.

note       Publiée le samedi 13 juin 2015

partagez '#3' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "#3"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "#3".

ajoutez une note sur : "#3"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "#3".

ajoutez un commentaire sur : "#3"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "#3".

Klarinetthor › vendredi 20 janvier 2017 - 20:03  message privé !

Tournée dans le nord tres prochaine : l'accueil froid nuke Amiens le 23 janvier; le CCL Lille 24, chez Antonin et Oonagh Dunkerque le 25, OCCII AMsterdam le 26, le barlok Bruxelles le 27, le vecteur Charleroi le 3 février et le diamant d'or Strasbourg le 4. et on attend impatiemment sortir de ce voyage.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 15 septembre 2016 - 14:03  message privé !

C'est le plus ultime celui-ci, mais je ne cracherai pas sur le #2 et ses couleurs bigarrées.

Note donnée au disque :       
(N°6) › jeudi 15 septembre 2016 - 13:03  message privé !
avatar

Ecouté en prévision d'une nuit dans une église. Il coule tout seul, là où le #2 est quand même beaucoup plus brut-chargé. Là c'est du drone à vielle qui danse et c'est presque doux derrière l'acidité. Superbe.

Alfred le Pingouin › mercredi 7 octobre 2015 - 00:00  message privé !

Je suis sur ledit nouveau Jéricho, il tabasse.

Dioneo › mardi 6 octobre 2015 - 21:09  message privé !
avatar

Et un nouveau Jericho + un nouveau Puech/Gourdon/Brémaud qui sortent... Va falloir que je reprenne le fil de tout ça ! (Enfin... Ça me donne envie de, quoi).