Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes55 Uu's › Hunger's teeth

5 Uu's › Hunger's teeth

11 titres - 43:12 min

  • 1/ Well...Not Chickenshit (6:35)
  • 2/ Roan (3:03)
  • 3/ Mangate (2:55)
  • 4/ Geronimo (4:51)
  • 5/ Glue (2:41)
  • 6/ Opportunity Bangs (5:18)
  • 7/ Shears (1:25)
  • 8/ Bachelor Needle (2:16)
  • 9/ Truth, Justice, and American Way (5:35)
  • 10/ Equus (5:06)
  • 11/ Traveler Waits for No One (3:27)

enregistrement

Studio Dee, Burbank, USA, 1992-1993

line up

Thomas Dimuzio (programmation), Sanjay Kumar (claviers), David Kerman (batterie, guitare, claviers), Robert Drake (chant, basse, guitare, violon), Susanne Lewis (chant), James Grigsby (guitare, vibraphone,basse), Michelle Bos (percussions)

chronique

Styles
progressif
rock in opposition
Styles personnels
avant prog > post rock in opposition

Après la mise en veilleuse de la carrière de son groupe, David Kerman rejoint James Grigsby, qui va en faire de même avec son propre groupe (Motor Totemist Guild), pour constituer le tout aussi éphémère U Totem (chroniqué aussi dans Guts of Darkness). Cet épisode va permettre à Kerman de consolider les liens avec ce que l'on appelle depuis le collectif Totemiste, auquel participa également Robert Drake, responsable, lui, de la carrière du groupe Thinking Plague (que vous trouverez également dans nos colonnes). Le couple Drake et Kerman va déboucher sur l'envie de ce dernier de réactiver l'expérience 5 UU'S ; ce sera chose faite en 1994 avec ce "Hunger's Teeth" assez loin de l'univers de leurs premiers essais. Le talent d'arrangeur outrancier de Drake, cumulé à sa faculté de multi instrumentiste, va mener 5 UU'S vers un terrain beaucoup plus rock. De plus, reprenant à son compte le rôle de chanteur, alors que sa voix évoque inmanquablement celle de Jon Anderson, il va apporter une dimension supplémentaire au groupe qui, déjà, par certains aspects, pouvait, par moment, nous renvoyer au fantôme de Yes. Mais un Yes décalé, complètement barré, qui se lâche et qui n'a pas peur de franchir les limites de l'impossible. Les titres regorgent de surprises, de constructions à tiroir ; un univers étrange mais passionnant, un album qui, tout en retenant les leçons du passé, fixe l'horizon où l'attend son avenir. Moderne, obscur et expérimental. On ne peut moins.

note       Publiée le mardi 16 avril 2002

partagez 'Hunger's teeth' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hunger's teeth"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hunger's teeth".

ajoutez une note sur : "Hunger's teeth"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hunger's teeth".

ajoutez un commentaire sur : "Hunger's teeth"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hunger's teeth".

bubble › mardi 13 août 2013 - 14:09  message privé !

faut que t'écoute crisis in clay . c'est du yes sous acide qui aurait mangé du gentle giant au petit déjeuné.

Dioneo › vendredi 9 août 2013 - 20:21  message privé !
avatar

Tiens, je découvre... C'est pas mal du tout ce truc ! J'aime bien cette impression que les gars et filles ont du eux aussi - comme Thingink Plague justement, comme d'autres sans doute - bloquer sur le RIO, Dagmar et compagnie mais... Aussi qu'ils ne renient pas un prog plus "à l'ancienne" voire... Que les influences englobent sens encore bien moins sectaire du rock ou de la pop exploratoires. J'entends du Gentle Giant, là-dedans, mais - comme dit Proggy - nettement du Yes, aussi ! J'y ai pensé dès le début - et me suis surpris à aimer ça quand-même, moi qui aie vraiment, vraiment du mal avec Jon et ses camarades. (Pour être précis, je me suis dit : "Tiens, marrant, on dirait du Yes, mais enfin déniaisé"... C'est une image hein, on ne dégaine pas les cailloux). Et puis en dehors de ça, les arrangements de voix sur The Shears me font penser par exemple à... White Noise ! Étonnantes compo - et surprenant qu'elles se tiennent si bien avec tout ça, aussi. Content d'être tombé sur ce truc un peu par hasard, du coup.

Aladdin_Sane › mardi 15 mai 2012 - 19:16  message privé !

Celui-là passe beaucoup mieux que "Crisis in clay" en ce qui me concerne.