Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUThe Upsetters › 14 Dub Blackboard Jungle

The Upsetters › 14 Dub Blackboard Jungle

  • 2004 - Auralux, LUXXLP 004 (1 vinyle)
  • 2004 - Auralux, LUXXCD 004 (1 cd)

cd | 18 titres | 62:28 min

  • 1 Black Panta [4:40]
  • 2 V/S Panta Rock [3:34]
  • 3 Khasha Macka [3:52]
  • 4 Elephant Rock [3:17]
  • 5 African Skank [3:17]
  • 6 Dreamland Skank [2:35]
  • 7 Jungle Jim [2:57]
  • 8 Drum Rock [3:56]
  • 9 Dub Organizer [3:25]
  • 10 Lovers Skank [2:45]
  • 11 Mooving Skank [2:48]
  • 12 Apeman Skank [2:30]
  • 13 Jungle Skank [2:22]
  • 14 Kaya Skank [3:05]
  • 15 Upsetting Rhythm # 1 [3:36]
  • 16 Upsetting Rhythm # 2 [3:35]
  • 17 Upsetting Rhythm # 3 [3:37]
  • 18 Happy Roots [4:13]

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Lee Perry et King Tubby.

line up

Aston "family Man" Barrett (basse sur 1-14), Carlton Barrett (batterie sur 1-14), Benbow (batterie sur 1-14), Tony Chin (guitare sur 1-14), Bobby Ellis (trompette sur 1-14), Bernard "touter" Harvey (orgue sur 1-14), Augustus Pablo (melodica sur 1-14), Lloyd Parks (basse sur 1-14), Lee "scratch" Perry (production, arrangements, direction, mixage, percussion, voix), Earl "chinna" Smith (guitare sur 15-17), Uziah "sticky" Thompson (percussion), Leroy "horsemouth" Wallace (batterie sur 1-14), Bagga (basse sur 1-14), Boris Gardiner (basse sur 15-18), Mickey Boo (batterie sur 15-18), Tin legs (batterie sur 1-14), Alva « Reggie » Lewis (guitare sur 1-14), Anthony « Sangie » Davis (guitare sur 1-14), Barrington Daley (guitare sur 1-14), Robert Johnson (guitare sur 15-17), Glenn Adamns (orgue sur 1-14), Winston Wright (orgue), Ron Wilson (trombone sur 1-14)

remarques

L’édition Auralux de 2004 de 14 Dub Blackboard Jungle reprend – en la transférant et en la remasterisant depuis un exemplaire vinyle d’époque – le disque tel que sorti à trois-cent exemplaires par Lee Perry en 1973 (deux cent pour la Jamaïque, cent pour le Royaume Unis). Ce re-pressage – contrairement à la version sortie immédiatement après, et qui étaient la seule à circuler depuis, jusqu’à 2004, sous le titre de Blackboard Jungle Dub – respecte autant que ce transfert le permet le mix d’origine. Il rétabli également, de fait, le séquençage et les titres des morceaux tels qu’établis par Perry à l’époque.

chronique

BLAM ! On vous causait folie – on remet l’histoire sur le tapis chaque fois qu’il est question du gonze. Voilà mieux qu’une preuve : un disque entier à charge, en contamination. Lee Perry et son groupe de bûcheurs acharnés, collectif mercenaire qui tire dans les coins, poignée d’affranchis. Ça bosse, tout le temps, chez ceux-là. Ça joue – haut, fort, ça cherche, ça improvise. Et Scratch plonge les mains dans les entrailles du son. Triture les paquets de paramètres, répercute les glissés du trombone, tournoie l’écho ; la basse envoie, assène ses lignes lourdes, chope la tremblante, la convulsion, engloutit l’espace et le dilate. Perry étale et sculpte et trace des enluminures de crasse, des arabesques de souffles et de bruits résidus, parasites. Va chercher l’inconscient dans notre oreille interne, fait ressurgir au fond du mix les fantômes de pistes qu’on croyait effacées. Des fréquences bousillées vivent et grouillent au fond, envahissent les creux du spectre. Les percussions qui s’en mêlent excitent encore la poussée. Ces mecs – et l’autre à leur tête – visent la transe, c’est sûr. La catalepsie, voire. L’état de profonde stupéfaction où pourra se glisser la suprême lucidité, l’illumination par la vibration. Parfois ça ne rassure pas, vous savez, la lucidité. Quand ça surgit par fragments, par bouffées ; ça laisse dans le creux le sentiment de chute imminente, à voir les espaces où il en manque. 14 Dub Blackboard Jungle – titre, séquençage, mixage tels que voulus à l’époque par Scratch, avant qu’un autre marché ne le renomme Blackboard Jungle Dub et n’en rogne les accrocs et les rugosités – est le premier album entièrement dub des Upsetters. L’une des premières œuvres de ce genre tout court, d’ailleurs, mise en circulation. Il s’agit de la chose brute – la chose dub, on vous dit. Forcément pleine de trous, d’écarts vertigineux – appelez ça comme vous voulez : accumulation soustractive, nasses d’abstractions, pièges à équilibre… C’est un disque qui pèse sur l’entendement, avec ses basses enflées et denses qui vous sonnent dans les os, la gorge ; qui vous chope le pouls et joue avec, au fil de son rythme emballé ou enterré, qui s’amuse à vous escamoter dans son espace inouï, impossible. Tout ça enregistré sur quatre pauvres pistes, nous dit-on ; la bande magnétique aussi maltraitée que le reste, surchargée elle aussi en substances, abîmée dans le délire du meneur et de sa clique. Ce doit être elle, le Tableau Noir. Du genre où on jette en pagaille les idées. Mais Scratch fait crisser la craie. Un des autres types vous balance l’éponge à semelle de bois dans la tronche. PAF ! l’arête du nez, les incisives. Vous glissez dans le fond de l'anfractuosité. Ce n’est pas un tableau noir : c’est la nuit qui s’allume. Des bribes de voix qui résonnent, qui changent le nord sans arrêt, vous y accrochent alors que vous aimeriez au moins complètement le perdre. C’est un peu incroyable, au réveil, quand on regarde la date accrochée dans les lianes : Mille Neuf Cent Soixante Treize. Nom d’un, j’étais pas né ! Et ce truc n’est pas près de tomber mort.

note       Publiée le jeudi 30 janvier 2014

partagez '14 Dub Blackboard Jungle' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "14 Dub Blackboard Jungle"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "14 Dub Blackboard Jungle".

ajoutez une note sur : "14 Dub Blackboard Jungle"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "14 Dub Blackboard Jungle".

ajoutez un commentaire sur : "14 Dub Blackboard Jungle"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "14 Dub Blackboard Jungle".

Klarinetthor › vendredi 31 janvier 2014 - 15:37  message privé !

A priori l'auguste Pablo me parle plus. en fait je ne suis pas surpris par mon constat mitige, car deja l'arkology me fait chier par moment. je prefere ses prod avec d'autres chanteurs, de ce que je connais

Dioneo › vendredi 31 janvier 2014 - 14:40  message privé !
avatar

OK... Ben après, possible qu'il te cause simplement pas plus, hein, ça arrive. Et puis... Comme tu dis, le dub encore plus que d'autres musiques, c'est aussi une question de conditions d'écoute. (Genre le East Of The River Nile de Pablo, je l'ai percuté assez loin de la première écoute, parce que l'état réceptif y était à ce moment... Bon, par contre une fois que c'est fait, tu sais quand le sortir et ça rate plus, hein, ces trucs).

Klarinetthor › vendredi 31 janvier 2014 - 14:33  message privé !

meme playlist, meme nom, avec le 14 :(. apres on ne sait jamais avec les mp3, mais bon

Dioneo › vendredi 31 janvier 2014 - 14:04  message privé !
avatar

Euh... Mais c'est bien cette version là, que tu as ouïe ? (Non parce que la nommée Blackboard Jungle Dub - sans le "14" et avec les mots dans cet ordre - a effectivement quelque chose qui manque, question relief, par rapport).

Klarinetthor › vendredi 31 janvier 2014 - 13:56  message privé !

j'ai pas du l'ecouter dans des bonnes conditions.. le son est super, mais j'ai trouve l'ensemble un peu aride. Apres pas mal d'ecoutes ca va se detendre je pense