Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes55 Uu's › Crisis in clay

5 Uu's › Crisis in clay

16 titres - 51:15 min

  • 1/ Comeuppance (3:48) - 2/ Broadside Hits and Near Misses (2:21) - 3/ The How-To's of Self Taught (3:40) - 4/ Bought the Farm (4:19) - 5/ Simply Agree (1:38) - 6/ Goliath in the Sights (4:18) - 7/ December (2:55) - 8/ Hunter Gatherer (3:30) - 9/ What Price Virtue? (3:19) - 10/ Darkened Doors (4:54) - 11/ The Encounter (3:26) - 12/ The Willful Suspension of Disbelief (3:41) - 13/ Cirrus (3:38) - 14/ Weaponry (1:11) - 15/ Absolutely, Absolute (3:48) - 16/ Ringing in the New Ear (0:42)

enregistrement

Studio Midi Pyrénées, France, 1994-1996

line up

Thomas Dimuzio (programmation), Sanjay Kumar (claviers), David Kerman (batterie, guitare, claviers), Robert Drake (guitare, basse, chant, violon), Scott Brazieal (vibraphone)

chronique

Styles
progressif
rock in opposition
Styles personnels
avant prog > post rock in opposition

Avec la participation discrète de Scott Brazieal (Cartoon) et Thomas DiMuzio (déjà responsable de l'extraordinaire et fascinant "Mangate" sur leur album précédent), 5UU'S s'engage donc plus avant dans la direction rock qu'ils avaient abordé sur leur précédent opus, limitant le groupe à un trio, où le couple Drake/Kerman se voit compléter par le claviériste toujours présent, Sanjay Kumar, fidèle compagnon de toutes les aventures de David Kerman depuis 1986. D'emblée, "Crisis in Clay" enfonce le clou que "Hunger's Teeth" s'était mis en tête de planter et crucifie sur place ceux qui croyaient qu'il était tout bonnement impossible de proposer une musique terriblement originale, sans pareille, avec de l'énergie à revendre. Plus encore que sur leur album précédent, la référence à Yes se veut prépondérante ; la voix, bien sûr, mais aussi désormais les lignes de basse ("Goliath in the Sights"), les solii de guitare (les trois étant le fruit du travail de Bob Drake) ou l'atmosphère particulière dégagée par le travail de percussions qui se veulent, tous, comme un hommage à un des disques les plus extrêmes de la carrière du groupe britannique, à savoir "Tales from Topographic Oceans". Succints mais déterminants, les titres se suivent avec frénésie et nous assaillent d'idées aussi lumineuses que bluffantes, si bien que sur les seize titres proposés, aucun ne montre le moindre signe de faiblesse. C'est bien simple ; 5UU's réalise ici un petit bijou, déconcertant mais très gratifiant à qui prendra la patience de tenter d'en extraire les secrets. Sans doute arrivé à un point de non retour et à un tel niveau d'excellence, Drake va s'en retourner à ses premiers amours (Thinking Plague) et se concentrer sur sa carrière solo et son boulot de producteur, laissant David Kerman, toujours aussi prolixe et que l'on retrouvera sur les disques du groupe belge Present, seul maître à bord, et qui aura la lourde tâche de mener son groupe vers une troisième période, difficile à aborder.

note       Publiée le mardi 16 avril 2002

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'Crisis in clay' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Crisis in clay"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Crisis in clay".

ajoutez une note sur : "Crisis in clay"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Crisis in clay".

ajoutez un commentaire sur : "Crisis in clay"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Crisis in clay".

CrimsonTangerineDreamTheater › jeudi 8 août 2019 - 00:19  message privé !

Je me rappelle avoir été en désaccord (relatif) avec Progmonster sur la dureté de son jugement concernant la trilogie Thrak - Construkction of Light - Power to Believe de King Crimson, qui pour moi dépasse même Lark’s Tongues et Red (on perd le violon mais on gagne en bidouillages électro de Mastelotto et avec une palette stylistique encore plus large). Par contre, on est à 99% d’accord concernant cet ovni qu’est Crisis in Clay, y compris sur le lien avec In Extremis de Thinking Plague où Bob Drake intervient également avec brio. Le petit écart de 1%, c’est que, vu le niveau d’énergie frénétique, je penserais plutôt à Relayer ou « Silent Wings of Freedom » sur Tormato de Yes qu’à Tales from Topographic Oceans, album très créatif comme Crisis in Clay mais beaucoup moins énergique, et même un des moins énergiques de Yes. Anderson l’avait d’ailleurs admis en qualifiant cette période de « high ideas but low energy ». Mais certes, un passage de « What Price Virtue » avec percussions et guitare « random » est un tribut direct à l’un des passages les plus étranges de « the Ancient » qu’on trouve bien sur Tales.

Je rajouterais que, par rapport à Hunger’s Teeth et Crisis in Clay, Thinking Plague véhicule plus d’émotion, d’âme, de profondeur et de douleur existentielle dans In Extremis et son album suivant A History of Madness, avec la profondeur émotionnelle qu’on peut ressentir par exemple dans « Rapture of the Deep ». Mais Crisis in Clay a la particularité d’être un joyeux enchaînement d’idées à la fois complexes et « fun », ce qui est rare. En effet, un tel niveau de frénésie est de fait amusant. Point de douleur existentielle. Une heure de cette musique, c’est autant d’idées que 6h de progressif même de haute volée. Les morceaux ont plusieurs mouvements et sont pourtant très courts, efficaces. Complexité des changements rythmiques et des harmonies vocales, mitraillage frénétique de trouvailles amusantes, Crisis in Clay c’est Yes à la fois sous adrénaline et LSD... Thinking Plague et 5uu’s sont des putains de groupes... mais faut que je fasse gaffe avec Crisis in Clay, ça donne envie d’accélérer (bien que je ne sois pas un barbare de la route) et j’ai une voiture de sport assez puissante alors... heureusement qu’elle freine bien aussi... On imagine mal comment aller encore plus loin dans la même direction que Crisis in Clay. Comment charger encore plus la barque en restant audibles ? Inévitablement, la phase suivante de 5uu’s s’est avérée intéressante aussi mais forcément dans une autre direction.

Note donnée au disque :       
bubble › vendredi 4 mai 2012 - 13:19  message privé !

marrant, je trouve thinking plague beaucoup plus cérébrale ?

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › vendredi 4 mai 2012 - 09:46  message privé !

J'ai toujours autant de mal avec cet album. J'essaie d'y revenir régulièrement mais rien n'y fait, autant j'adore Thinking Plague, autant je reste hermétique à la musique froide et cérébrale de 5'Uus.

Note donnée au disque :       
gab › jeudi 30 novembre 2006 - 19:03  message privé !
Faiiiiive Huhuhuhuzzz!! yo.
Progmonster › jeudi 30 novembre 2006 - 17:43  message privé !
avatar
je suppose : faïve iou iouze
Note donnée au disque :