Vous êtes ici › Les groupes / artistesNSainkho Namtchylak › Stepmother City

Sainkho Namtchylak › Stepmother City

10 titres - 51:04 min

  • 1/ Introduction (1:45)
  • 2/ Dance of eagle (4:36)
  • 3/ Like transparent shadow (5:09)
  • 4/ Order to survive (5:41)
  • 5/ Let the sunshine (3:40)
  • 6/ Ritual virtuality (4:27)
  • 7/ Tuva blues (5:05)
  • 8/ Old melodie (4:13)
  • 9/ Lonely soul (7:44)
  • 10/ Boomerang (8:44)

enregistrement

Tendencias Studio et Registrazioni Moderne, Milan, Italie, 2002

line up

Sainkho Namtchylak (chant), Ned Rothenberg (saxophone, basse, skakuhachi), Paolino della Porta (contrebasse), Casper David Sacker (guitare), German Popov (igil, kurai, doshpuluur, voix), Maxim Shapochnikov (loops, sampler), Massimo Iavicoli (percussions, sampler)

remarques

http://www.sainkho.net/

chronique

Par où commencer ? "Stepmother City" est un album particulier. Et tout ce qui l'entoure, de sa conception à sa découverte, l'est tout autant. Sainkho Namtchylak est une ressortissante de Tuva, république indépendante coincée entre la Russie et la Mongolie, s'étant établie depuis la fin des années quatre-vingt dix en Autriche suite à de gros problèmes de santé. Approchée par ce vieux brigand de Roberto Colombo, producteur italien éclairé au flair imparable pour dénicher les talents, le label Ponderosa lui déroule le tapis rouge pour l'enregistrement d'une série d'albums qui vont s'employer à rendre la fusion des cultures musicales réellement pertinente et non pas, comme c'est trop souvent le cas, un contenant attractif fait d'un contenu vide de sens. Et "Stepmother City" est le premier d'entre eux. L'apport d'arrangements électroniques est conséquent, ce qui tend à valider la comparaison souvent soutenue entre Sainkho et Björk. Mais cela ne se limite pas qu'à cela. Album ne se laissant pas facilement apprivoiser, "Stepmother City" dérange et interpelle par le brassage conséquent des musiques visitées ici : nu jazz, electro, trip hop, folk, world, pop, dub, ambient... Là où Namtchylak marque des points, c'est que ce mélange ne s'opère pas d'un titre à l'autre, mais bien au sein des morceaux eux-mêmes. Je pointrais en particulier "Lonely Soul" dont les détours sont plus palpitants que rocambolesques. Tout cela sans compter sur les aptitudes vocales de la chanteuse, proprement hallucinantes, au point de semer le trouble dans notre esprit ; pourtant, la voix cristalline qui illumine "Like a Transparent Shadow" et les effets gutturaux de "Order to Survive" ont la même origine ! Rappelons quand même aussi que si "Stepmother City" est le premier album de ce genre pour Sainkho Namtchylak, ses collaborations répétées avec Peter Kowald, Evan Parker ou Ned Rothenberg (qu'elle retrouve ici) laissent planer peu de doutes sur les capacités exceptionnelles de l'artiste.

note       Publiée le dimanche 28 septembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Stepmother City".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Stepmother City".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Stepmother City".

Shelleyan › vendredi 29 janvier 2016 - 00:37 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

J'ai écouté un ou deux extraits de 'Naked spirit', waow !

Moonloop › samedi 14 février 2009 - 11:04 Envoyez un message privé àMoonloop

Je viens juste de découvrir cette artiste... je ne suis pas déçu!! Un très bon album ce "Stepmother City"!

Note donnée au disque :