Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImpaled › The last gasp

Impaled › The last gasp

11 titres - 39:07 min

  • 1/ G.O.R.E
  • 2/ Sickness is health
  • 3/ The visible man
  • 4/ You are the dead
  • 5/ All gut, no glory
  • 6/ Up the dose
  • 7/ Torture of duty
  • 8/ Masters of ordure
  • 9/ Right to die
  • 10/ Dawn of the dread
  • 11/ The last gasp

enregistrement

Head change studios (batterie), hhhhey studios (le reste), mai-juin 2007.

line up

Sean McGrath (guitare, chant), Jason Kocol (guitare, chant), Ross Sewage (basse, chant), Raul Varela (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

Ah Impaled et ses pochettes dégueu, ça vire à l'histoire d'amour là. bon celle-ci ne restera pas dans les annales, mais niveau hémoglobine elle possède du niveau tout de même. Un peu comme le disque d'ailleurs, 4ème album du groupe, plutôt bon, mais qui ne restera pas dans les annales non plus. Adieu la période vraiment brutale du groupe, qui lui a tout de même permis d'assoeir sa réputation. Impaled boxe désormais dans une sorte de death/thrash aux voix gore, style qu'il avait défriché sur son dernier album "Death after life". Alors quid de "The last gasp". Et bien, en terme de son déjà, l'album se montre bien plus roots et Ug, batterie au son très naturel, un Raul Varela qui semble d'ailleurs bien en peine par moment (quel comble !), des arrangements qu'on sent fait maison, et surtout une mise à la porte de tous les petits arrangements aux claviers qui faisaient le charme de l'album précédent. Résultat ? Un disque assez classique, sans grosse prétention à mon sens, d'obédience thrash indéniable. Les atmosphères sombres/gore sont toujours présentes de ci et là ("The visible man" et son refrain heavy très prenant, "Right to die", "The last gasp") mais sous forme d'harmonies de guitares assez dark metal finalement. Mais qu'on ne s'y méprenne pas, impaled reste et demeurera un groupe second degré, friand d'imagerie gore, et de blagues sur le gouvernement américain (les textes !). Bref, finalement, le disque se révèle sympathique sans plus, pas de grand coups d'éclats, "seulement" d'excellentes surpris : le très heavy/thrash "Masters of ordure", le morceau d'ouverture "GORE" qui reste dans la tête, "Right to die"... on regrettera cependant cette prod' qui manque un peu de relief, et des morceaux parfois en deçà ("All gut, no glory", "Up the dose"...). Pour le reste, voilà un album bien intense, par un groupe qui a su se démarquer de ses influences pour proposer quelque chose de relativement personnel. A noter que le duo de voix ultra gores fait ici à nouveau des merveilles. Moins original que "Death after life", plus classique avec ce côté thrash ultra prononcé et le retour des mélodies de guitares "cliniques", mais finalement tout aussi efficace, ils maintiennent le cap, mais gare à la chute.

note       Publiée le jeudi 7 août 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The last gasp".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The last gasp".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The last gasp".

Noohmsul › samedi 9 août 2008 - 18:20  message privé !
d'accord avec la chro, l'album est sympa mais bien moins original que les précédents... le successeur de mondo medicale ne viendra jamais, pour moi il restera leur meilleur
Note donnée au disque :       
Powaviolenza › vendredi 8 août 2008 - 12:34  message privé !
avatar
Il m'a tellement déçu après "Death After Life" que je ne lui ai pas réellement donné sa chance - cette chro me redonne une petite envie de creuser, même si je suis persuadé que je ne dépasserai pas les quatre bouliches.
Nicko › jeudi 7 août 2008 - 23:13  message privé !
avatar
Avis comparable à celui de Poky, y'a pas le côté original-nouveau de "Death after life", mais ça reste efficace, même s'il a fallu quelques écoutes pour bien rentrer dedans. Pour les arrangements aux claviers, 100% d'accord, clairement ça manque !
Note donnée au disque :