Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Adverts › Crossing the Red Sea with the Adverts

The Adverts › Crossing the Red Sea with the Adverts

cd • 25 titres

  • 1One chorus wonders
  • 2Bored teenagers
  • 3New church
  • 4On the roof
  • 5Newboys
  • 6Gary Gilmore's eyes
  • 7Bombsite boy
  • 8No time to be 21
  • 9Safety in numbers
  • 10New day dawns
  • 11Drowning men
  • 12On wheels
  • 13Great British mistake
  • 14One chord wonders (single version)
  • 15Quickstep (B-side)
  • 16Gary Gilmore's eyes (single version)
  • 17Bored teenagers (B-side)
  • 18Safety in numbers (single version)
  • 19We who wait (B-side)
  • 20On wheels (live)
  • 21Newboys (live)
  • 22New church (live)
  • 23Gary Gilmore's eyes (live)
  • 24Drowning men (live)
  • 25No time to be 21 (live)

enregistrement

Abbey Road Studios, Londres, Angleterre, 1978

line up

TV Smith (chant, guitare), Gaye Advert (basse), Laurie Driver (batterie), Howard Pickup (guitare)

remarques

Les versions singles sont des bonus ainsi que les titres live tirés d'un concert au Roundhouse à Londres en 1978.

chronique

Styles
punk
Styles personnels
old school punk rock

Moins violents et bordéliques que les Sex Pistols, moins expérimentaux que les Clash, les Adverts n'ont pas eu la renommée qu'ils méritaient. En réalité, ils l'ont eue mais de manière éphémère et ce 'éphémère' m'étonne. Remarquez, je fais le malin mais jusqu'à il y a une année, je ne connaissais pratiquement rien d'eux à part le single 'Gary Gilmore's eyes'. Le groupe s'est formé en 1976 autour du chanteur TV Smith et de sa femme Gaye Advert l'une des premières vedettes féminines du punk rock. Très vite, renforcés d'un batteur et d'un guitariste, ils vont décrocher quelques concerts au mytique club The Roxy (ils figureront parmi les pionniers), en première partie des Damned, de Generation X ou de The Jam. Sortira le single 'One chord wonders' où les Adverts s'autoparodient en même temps que le punk rock (' I wonder what we'll play for you tonight, something heavy or something light, something to set your soul alight, I wonder how we'll answer when you say, 'We don't like you-go away, come back when you've learnt to play'). Le succès sera immédiat, pareil avec le single controversé 'Gary Gilmore's eyes' où le groupe parle du fameux serial killer qui souhaitait léguer ses yeux à la science. Voilà peut-être une part du problème, quand on lit les textes de TV Smith, on remarque bien vite que l'homme a un véritable talent de songwriter...Trop intello pour le public d'alors ? Peut-être mais il reste la musique, simple comme l'était le punk rock de cette époque mais bougrement efficace au niveau mélodique. Héritière des Ramones ? D'une certaine manière mais avec quelque chose de plus déchiré, de plus hanté dans les vocaux. Roulante et martelante au niveau de la rythmique, tendue pour la guitare, elle oscille entre quelque chose de sombre (la version single de 'Gary Gilmore's eyes', 'Bombiste boys' ou l'intro de 'On wheels'), de plus rageur ('Bored teenagers') mais avec une accroche mélodique drôlement efficace ('One chord wonders', 'New church', 'Safety in numbers'). Du punk rock subtil ? Très clairement. Trop pour laisser un héritage hors des cercles de connaisseurs ? Vous en jugerez avec cette édition enrichie de ce que certains considèrent comme l'un des meilleurs albums de punk rock de tous les temps.

note       Publiée le mardi 15 janvier 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Crossing the Red Sea with the Adverts".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Crossing the Red Sea with the Adverts".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Crossing the Red Sea with the Adverts".

Horn Abboth › samedi 11 avril 2009 - 20:56 Envoyez un message privé àHorn Abboth

j'connaissais pas du tout et très bonne surprise, j'suis conquis!

Note donnée au disque :       
Walter Benjamin › mardi 15 janvier 2008 - 01:58 Envoyez un message privé àWalter Benjamin
C'est marrant : One Chord Wonder a beau tenir évidemment de la blague, moi je l'ai toujours trouvée plus sauvage et chaotique (au sens propre et métaphysique) que toute la discographie des Pistols, Swindle incluse. Ceci dit je ne connais que celle-ci et "Gary Gilmore's eyes". Ta chronique me rapelle l'existence de l'album ; et que j'avais furieusement envie d'y jeter les deux oreilles. À suivre donc.