Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTarmvred › Subfusc

Tarmvred › Subfusc

7 titres - 73:09 min

  • 1/ [1105.39]
  • 2/ [1508.00]
  • 3/ [1424.34]
  • 4/ [1001.52]
  • 5/ [0918.00]
  • 6/ [0436.50]
  • 7/ [1001.52 : 0844.00 Remix]

enregistrement

Vitriol Terra Firma, Gothenburg 2001

line up

Converter (remix de 1001.52), Jonas Johansson

remarques

Les titres correspondent à la durée des morceaux.

chronique

Styles
indus
noise
techno
Styles personnels
breakcore, power noise, techno indus

Que la techno soit une musique créée par les machines pour les humains, d’accord, mais quand c’est fait par les machines pour les machines, là, c’est moins courant. Pourtant, ‘Subfusc’, ça n’est rien de moins que cela, c’est le battement de toute l’industrie, c’est le rythme des robots d’usine, des bras mécaniques répétant à l’infini les mêmes gestes, c’est les pistons et vérins hydrauliques qui vont et viennent éternellement, c’est la pulsation des roues de locomotive sur les rails. ‘Subfusc’, c’est la techno huilée, vidangée, saturée, celle qui aurait du remplacer depuis longtemps les soupes aseptisées de trublions ‘people’ qui s’extasient et font bouger leurs fesses parfumées sur la dernière merde ‘électro-revival disco-prout’ qui réapparaît sous un nom différent chaque mois sans que personne ne semble le constater. Les énergies tribales qui trépignent dans nos corps depuis que nous sommes ‘animaux sociaux’ ont besoin de quelque chose de puissant, de démesuré, de fatiguant, d’exténuant : la trance-goa l’a bien compris, les projets comme This Morn’Omina aussi dans un registre plus accessible ; quoi de plus prévisible donc que de voir arriver des titres interminables uniquement construit autour de pulsations industrielles, empruntant autant à l’électro-indus qu’au breakcore et aux musiques bruitistes ? Cette forme était inévitable, elle est ici parfaitement distillée sur les titres qui s’enchaînent sans se ressembler, évoluant à l’infini sans jamais être répétitive, toujours ‘aérée’ (bien grand mot) par des intros et outros très pesantes. Voilà au moins quelque chose qui fera fuir les petites pétasses aux lunettes de mouche de la piste de danse qui sent déjà le plastique fondu ; et si vous voulez toujours vous trémousser, n’oubliez pas vos injections de silicium et vos rotules en titane. Pensez à ramasser vos dents quand vous aurez fini.

note       Publiée le mardi 11 septembre 2007

partagez 'Subfusc' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Subfusc"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Subfusc".

ajoutez une note sur : "Subfusc"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Subfusc".

ajoutez un commentaire sur : "Subfusc"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Subfusc".

brighter_paëlla_now › lundi 28 juillet 2008 - 13:17  message privé !
Ag, ça je veux !!
juj › mardi 11 septembre 2007 - 19:08  message privé !
du Converter en version tribal-trance-break, gentil - l'aurait pas dû mettre un remix du maître à la fin, mais en même temps c'est l'intérêt majeur du disque, si je me rappelle bien il est assez monstrueux, d'ailleurs ça me donne envie de filer l'écouter ; pour en revenir à tarmvred, le son grondant et roulant et sympathique, mais ... sympathique ; enfin il a le mérite de ne pas trop nous assumer de saturations et de sifflements comme nombre de tâcherons du style, et donc d'une certaine originalité, objectivement ; mais tout ça n'est pas bien mordant
Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mardi 11 septembre 2007 - 17:43  message privé !
50.000, et puis ça fait trois mois que je me ruine à tout récupérer en cd, alors Saïmowned
Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 11 septembre 2007 - 17:38  message privé !
avatar
... (edit: de la part d'un mec qui possède plus de 60.000 mp3, aheum...)
Wotzenknecht › mardi 11 septembre 2007 - 17:37  message privé !
Allez, va vite remplir ton ipod
Note donnée au disque :