Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › MAYHEM - interview avec Attila Csihar (chant)

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Mayhem

MAYHEM - interview avec Attila Csihar (chant)

par Nicko › vendredi 16 septembre 2005

1/ Comment et pourquoi as-tu rejoins Mayhem en tant que membre permanent cette année ?

Attila : C'est une longue histoire. J'ai su qu'ils avaient des problèmes ces dernières années et particulièrement à la fin. J'étais en contact avec le groupe, principalement avec Necrobutcher, mais aussi avec d'autres personnes depuis pas mal de temps. Il y a des années, on s'était mis d'accord sur le fait que s'il arrivait quoi que ce soit concernant le poste de chanteur, je serais le premier sur la liste pour rejoindre à nouveau le groupe. C'était déjà plus ou moins arrangé, mais rien n'a été précipité, j'ai toujours dit que je respectais beaucoup le groupe, que chacun devait faire ce qu'il avait à faire, et qu'après, on verrait ce qu'il est possible de faire dans le futur. J'ai tout de même été surpris que cela se produise finalement. J'avais entendu parler de certains problèmes liés à Maniac, mais bon, rien n'était vraiment sûr. Je leur ai dit de faire comme ils le sentaient, comme ils le voulaient, sans aucune pression de ma part. A la fin, il semblait qu'ils avaient beaucoup de problèmes ensemble par rapport à sa vie privée, je ne sais aps exactement, mais il a maintenant une famille et d'un autre côté il est chanteur de Mayhem depuis 10-15 ans, il a fait du bon boulot, mais il voulait peut-être changer un peu. Comme tout le monde, on évolue tous avec le temps. Il était donc très compréhensible qu'à la fin, ils aient décidé de se séparer, et c'est là qu'ils m'ont demandé de revenir dans le groupe. On s'est mis d'accord, ça n'a pas été facile car j'étais impliqué dans 2-3 groupes à l'époque. Mais j'ai finalement accepté. Donc voilà toute l'histoire, je suis de retour dans Mayhem depuis novembre 2004.

2/ Quelles sont les différences et les similitudes entre le Mayhem de 1993 et le nouveau Mayhem de 2005 ?

Attila : C'est bien entendu très différent. C'est le même nom et il représente véritablement quelque chose. Bien sûr, Mayhem est un groupe particulier parce que si tu regardes ses albums, à chaque fois cela pourrait être un groupe différent ! C'est clairement un groupe expérimental qui aime se donner des défis et qui recherche toujours de nouvelles voies. Et bien entendu, entre ces deux périodes, le line-up est différent et l'environnement est aussi totalement changé. Cela fait maintenant plus de 10 ans que cette nouvelle scène black metal est née et à l'époque, le groupe était à un niveau beaucoup plus underground. Déjà, quand j'étais dans le groupe à l'époque, l'atmosphère était étrange, la situation était déjà très chaotique, l'album (ndlr : "De mysteriis dom Sathanas") n'était pas fini, il a fallu que je termine le chant. Mais bon, il faut que je te dise que je n'aimais pas trop cette ambiance avec tous ces problèmes internes. Aujourd'hui, c'est totalement différent parce que Mayhem est devenu un grand groupe, je connais les membres depuis plus de 10 ans pour certains et les autres depuis 6-7 ans, on se connaît beaucoup plus qu'à l'époque où on se rencontrait pour la première fois. Maintenant, avec le nouveau line-up, j'ai le sentiment que c'est beaucoup équitable entre nous, il n'y a pas de problèmes, ni de disputes, on se respecte beaucoup et il y a une très bonne atmosphère de travail. En 1993, nous étions jeunes et cons (rires !), mais c'était normal. Bien entendu, c'était très chaotique, et tout s'est très mal terminé comme chacun sait. C'était trop pour moi. J'aime me focaliser sur la musique quand on en joue, et le reste est secondaire pour moi. A ce moment, les événements extra-musicaux prenaient le pas sur la musique. Cela devenait plus important que ce que nous créions. Et je préfère la situation actuelle parce que maintenant nous sommes à nouveau focaliser sur le nouvel album, le nouveau groupe, les nouvelles idées, les nouvelles visions, la nouvelle musique et au final, je me sens bien avec cela.

3/ Y-a-t-il donc un nouvel album en préparation en ce moment alors ?

Attila : Oui, tout à fait ! Le processus est plus long bien entendu. Nous commençons à travailler sur du nouveau matériel. Blasphemer a commencé à écrire de nouvelles chansons et il a la plupart du concept dans sa tête, il a beaucoup de riffs déjà, il est en train de mettre tout ça en place, la nouvelle évolution, la musique, les mélodies et en même temps on parle beaucoup, j'ai commencé aussi à travailler pour le groupe, à essayer de mettre en place les fondations pour ce nouvel album. Nous sommes tous très excités au sujet de ce nouvel album.

4/ Est-ce facile pour toi d'être dans Mayhem alors que tu ne vis pas en Norvège ?

Attila : Aujourd'hui, ce n'est pas si important que cela parce que Blasphemer vit au Portugal ! Donc le group est pas mal éparpillé en Europe. Pour moi, ce n'est pas du tout un problème de ne pas vivre en Norvège. Quand on a besoin de moi là-bas, j'y vais sans problèmes ! Nous devrons probablement retourner en Norvège pour le nouvel album. On y sera pour environ deux mois pour les répétitions et la mise en place.

5/ Et est-ce que vous avez une date ou une période de sortie pour l'album ?

Attila : Non, nous aimerions débuter l'enregistrement pour la fin de l'année. C'est notre objectif. Mais c'est très difficile de dire quoi que ce soit à ce sujet maintenant. J'espère bientôt, je ne veux pas y passer des années ! Aussi, c'est un sentiment étrange pour moi d'être sur scène avec Mayhem parce que je dois chanter beaucoup de titres de Maniac et... d'autres ! (rires !) C'est génial de chanter ces titres et de les remettre à ma sauce, c'est vraiment intéressant !

6/ A part Mayhem, quels sont tes autres groupes et projets actuels ?

Attila : Depuis que j'ai rejoins Mayhem, je me suis bien entendu totalement focalisé dessus, c'est devenu mon groupe principal. C'est donc aussi devenu impossible de tout faire en même temps à un certain niveau d'implication. J'ai dû réduire le nombre de mes projets et participations. C'est vraiment dommage pour Aborym parce que cela représente beaucoup pour moi dans ma vie, c'est vraiment une part importante de mon art. On a été ensemble pendant 6-7 ans. Mais cependant il faut savoir qu'avant que je ne rejoigne Mayhem, Sethlans Teitan a rejoins Dissection. Donc il fallait entamer une période de reconstruction du groupe. Bard Faust Eithun a rejoins Aborym, ainsi que Prime Evil de Mysticum. Ce dernier est le nouveau chanteur et il fera la plupart des parties vocales du nouvel album et je ne ferai que quelques titres. Mais c'est compréhensible qu'ils aient pris un nouveau chanteur car ils veulent faire des concerts. Ils ont donc besoin d'un line-up pouvant effectuer des concerts avec un chanteur permanent. Je suis d'accord avec cela. Jusqu'à présent, nous n'avions pas beaucoup donné de concerts mais ils voulaient en faire plus. En plus, ils seront sur le même label que Mayhem, Season Of Mist, donc ils ont un bon avenir avec de bonnes opportunités pour le futur. Il y a aussi un autre groupe, Sunn O))), des Etats-Unis. J'ai été leur chanteur de session sur leur dernier album, ce qui n'est pas si bizarre que cela puisqu'il s'agit d'un duo, Greg Anderson et Stephen O'Malley, qui utilise beaucoup de musiciens de session sur leurs albums. Et cela nous arrive même de jouer ensemble en concert. Cette année, c'est arrivé à l'Inferno Festival ainsi qu'à l'occasion de deux concerts en Scandinavie et ça arrivera encore cet été et même en France pour le Fury Fest. Mais c'est complètement différent de ce que je fais d'habitude, c'est à la fois totalement extrême et très lent, drone et très bruyant. C'est une sorte de musique méditation et incantatoire. Je pense que ça pourrait être intéressant d'y jeter une oreille.

7/ Il y a d'ailleurs un titre de Sunn O))) sur ton best of...

Attila : Oui, exactement, c'est dans le même genre que ce morceau d'ailleurs...

8/ Est-ce que Tormentor est complètement mort ?

Attila : Non, pas complètement... Bon, euh, en fait, c'est compliqué ! On est vivant au moins, c'est déjà ça... C'est marrant parce qu'il y a quelques jours, j'ai rencontré le batteur, Machat Zsoltar. Il vit en Allemagne à Hambourg, il est devenu un très grand artiste en Allemagne. On a un peu discuté mais c'est vraiment très difficile aussi parce que, par exemple, le guitariste a totalement arrêté la musique. Pour cela, il faudrait trouver un nouveau line-up encore une fois et c'est compliqué, à l'heure actuelle. Peut-être qu'un jour on jouera ensemble, ici, en Hongrie, je ne sais pas. On ne peut jamais être certains, mais il n'y a rien de prévu à l'heure actuelle concernant Tormentor. J'aimerais par contre re-sortir l'album "Anno domini" parce qu'il y a encore beaucoup de personnes qui recherchent cet album et il existe beaucoup de bootlegs. J'ai réussi finalement à retrouver les bandes d'origine de l'album qui devait sortir à l'époque en 1988 ! (rires !) Donc, finalement, j'espère que cela sortira. Parce qu'en fait, l'édition sortie par Nocturnal Art Productions avait été piquée à partir de copies. Donc, maintenant il devrait y avoir un son plus clair et j'aimerais vraiment rendre cette version disponible. J'ai d'ailleurs démarré un petit label pour cela, il s'appelle Saturnus Productions, cela pourrait être intéressant. Cela sera juste pour sortit, ou plutôt rendre disponible, des trucs datant de plusieurs années et qui ne sont plus disponibles à l'heure actuelle ou alors en éditions très limitées.

9/ Sur ton best of, il y a un groupe qui m'a vraiment impressionné, il d'agit de Professor Fate. Y-a-t-il quelque chose de prévu à son sujet ?

Attila : En fait, il ne s'agissait que d'Irrumator d'Anaal Nathrakh et moi. On avait envisagé de faire quelque chose avec ce projet mais comme on avait chacun des groupes à côté, ce n'était pas facile. Sinon, on avait un autre projet ensemble, intitulé Born To Murder This World avec Shane Embury et quelques autres gars, mais bon, comme on avait chacun pas mal d'autres projets à côté, ça ne s'est pas fait non plus. C'est comme ça avec les projets, il y en a qui se réalisent d'autres non, certains prennent du temps, se font en retard, etc... Mais en tout cas, merci de ces compliments, c'est cool d'entendre que tu aimes ce projet (rires !). C'était un side-project, rien de plus, ça venait juste de nous deux, personne d'autre. On a fait cette chanson quand j'étais là-bas, c'est tout ! Mais je trouve aussi qu'elle était bonne. D'ailleurs j'ai joué la guitare dessus. C'était cool en tout cas.

10/ Y-a-t-il des styles musicaux que tu n'as pas encore essayé et dans lesquels tu aimerais être impliqué ?

Attila : Je suis toujours intéressé dans les trucs nouveaux, des trucs qui apportent quelque chose en plus, du nouveau son, une nouvelle vision de la musique, qui expérimentent. Oui, peut-être, j'ai toujours été aimé la musique électronique, j'ai d'ailleurs quelques idées là-dessus, peut-être avec de la guitare, je ne sais pas, ce ne sont que des idées pour l'instant. Mais bon, peut-être quand j'aurai du temps. Maintenant je suis à fond sur le nouveau Mayhem bien sûr, mais peut-être dans le futur, pourquoi pas de la musique electro ? Cela pourrait être intéressant, en tout cas, cela serait quelque chose de vraiment extrême. Tout peut être intéressant, mais dans le même temps, il y a d'autres projets et priorités. C'est impossible de faire en même temps tout ce que tu as en tête ! (rires !)

11/ Quels étaient les chanteurs qui t'ont inspiré quand tu as commencé ta carrière ?

Attila : C'est une bonne question. Bien entendu, il s'agit principalement d'influences metal. J'aime le vieux metal comme Judas Priest, Iron Maiden, ce sont mes premières sources d'inspiration. Mais récemment, j'ai été influencé par David Byron d'Uriah Heep, c'était un excellent chanteur de hard rock. A l'époque, j'étais aussi inspiré par David Tibet de Current 93 qui faisait des trucs assez bizarres à ce moment-là, il y a aussi Nivek Ogre de Skinny Puppy. Bien sûr, il y a le black metal, Quorthon, Cronos de Venom m'ont bien évidemment beaucoup influencé. J'ai toujours aimé les vocaux un peu bizarres, décalés. J'aime bien que le chanteur apporte quelque en plus à la chanson.

12/ Comment se porte la scène metal en Hongrie ?

Attila : Elle va bien. La scène metal extrême va même de mieux en mieux. Depuis quelques années, ça ne fait que s'améliorer avec de plus en plus de fans de ce style de musique. Ce n'est pas une grande scène mais à mon avis, à un concert de metal extrême, il peut y avoir jusqu'à 1000-1500 personnes s'il y a une grosse affiche. Considérant que la Hongrie est un pays relativement petit, je trouve la situation satisfaisante. Il y a quand même 300 à 500 personnes qui viennent très régulièrement aux concerts d'extrême, mais cela dépend des moments, car ça peut monter comme je te l'ai déjà dit jusqu'à 1000. Et concernant les festivals en plein air, là, le nombre de fans augmente sensiblement. On a l'un des plus importants festivals d'Europe ici.

13/ Oui, en juillet, c'est ça ?

Attila : En août.

14/ OK, c'est un festival d'une semaine si je me souviens bien ?

Attila : Exactement, c'est complètement taré ! Il y a une scène metal sur ce festival, c'est assez sympa. Je suis satisfait, comparé à la situation il y a une quinzaine d'années c'est bien mieux. Pendant 4-5 ans après le changement de système politique, il n'y a pas eu grand chose d'intéressant ici. Maintenant, ça va beaucoup mieux, donc c'est cool.

15/ Donc tu m'as dit que tu venais en juin prochain pour le Fury Fest, tu peux m'en dire un peu plus là-dessus ?

Attila : Je jouerai avec Sunn O))) donc si il y en a qui sont intéressés, n'hésitez pas à venir nous voir. Aussi, on verra avec Dissection, des fois on joue ensemble parce qu'ils interprètent un titre de Tormentor, "Elisabeth Bathory" et comme on a de bonnes relations, quelques fois, ça m'arrive de la chanter avec eux. Et peut-être qu'on le fera pour le Fury Fest aussi !

16/ Et avec Mayhem, par contre, vous avez annulé...

Attila : Oui, avec Mayhem, on ne joue pas au Fury Fest. Le problème, c'est que pour diverses raisons, on ne jouera pas en concert jusqu'au mois de juillet, mais à partir de juillet, on retournera sur scène. On jouera encore en Norvège, puis en Italie et peut-être qu'on fera une tournée en Australie et ensuite on se concentrera sur le nouvel album totalement. J'espère pouvoir jouer dans quelques festivals. D'ailleurs, j'aimerais bien pouvoir jouer à nouveau en France ! C'est vraiment dommage qu'on ait dû annuler.

17/ C'est la fin de l'interview, donc si tu as quelque chose à ajouter, vas-y !

Attila : Merci. J'aimerais demander à tous ceux qui sont intéressés, de venir nous voir au Fury Fest avec Sunn O))). Pour mes fans, j'aimerais pouvoir les saluer et leur dire de garder leurs yeux bien ouverts parce qu'il va y avoir bientôt la ré-édition du Tormentor, "Anno domini". Voilà !

18/ Merci à toi !

Attila : Merci pour l'interview.

Mots clés : Mayhem, black metal, Attila Csihar, Hongrie, Norvège, interview et Nicko

Dernière mise à jour du document : vendredi 16 septembre 2005

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre