Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › MOURNING BELOVETH - Espace Curial, Paris, 14.avr.2005

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Mar De Grises, Inborn Suffering, Mourning Beloveth

MOURNING BELOVETH - Espace Curial, Paris, 14.avr.2005

par Nicko › lundi 19 septembre 2005

Première partie

Mar De Grises + Ataraxie + Inborn Suffering

Chronique

Cette soirée du 14 avril à Paris est placée sous le signe de la lenteur... On a en effet droit à une affiche 100% doom metal ! Et pas du petit doom tout gentil, non, non, du vrai gros doom bien profond et puissant. Lorsque débute le set du premier groupe, la salle est bien clairsemée et c'en est d'autant plus dommage que le sextette français nous a proposé un concert de toute beauté. Alors qu'il ne s'agissait que de leur deuxième concert, le groupe, mené par un chanteur charismatique, s'est magnifiquement bien débrouillé avec un funeral doom rappelant les débuts de Shape Of Despair ainsi que Skepticism (bref, de sacrés références en quelque sorte) avec un claviers très présent et un chant guttural très bien maitrisé, secondé par quelques passages de chant parlé/murmuré du meilleur effet. Les morceaux ne respirent pas la joie de vivre (sans blagues !!!), mais possèdent des atmosphères très prenantes avec une émotion palpable. Voilà en tout cas ce que j'appelle une très bonne entrée en matière ! Le deuxième groupe, Ataraxie, oeuvre dans un style plus épuré, sans claviers ni chant clair. J'ai trouvé que le quatuor proposait de très bonnes montées en puissance, mais il manquait un temps soit peu d'inspiration pour véritablement transcender leur musique. En fait, leur set aura été un peu inégal avec des parties excellentes, originales, avec notamment un chant totalement taré et halluciné rappelant parfois Bethlehem (en moins expressif quand même !) alors que d'autres parties pouvaient être complètement banales et auxquelles il manquait le petit plus apportant cette atmosphère dépressives particulières. Aussi, je n'ai absolument pas compris ce que venaient faire ces parties (rares heureusement !) de blasts au milieu de leur doom. J'ai trouvé que ça gâchait tout ! Pour la suite, je réclame toute votre attention ! Voici que rentrent en scène les Chiliens de Mar De Grises, et je peux vous dire que ça a été la claque monstrueuse de la soirée ! Je n'avais eu l'occasion d'écouter qu'une seule fois, et de manière distraite, leur album, "The tatterdemalion express", et là, en concert, leur doom metal progressif est d'une beauté exceptionnel ! Comment expliquer l'inexplicable ? Leur musique est basée sur du doom relativement complexe, dans le sens où il incorpore beaucoup de changements de parties et de rythmes. Les atmophères sont très prenantes, à la fois sombres, effrayantes et aériennes. Une partie de leur originalité vient de leur chanteur claviériste, ou plutôt devrais-je dire, chanteur/pianiste. En effet, le claviers n'est pas utilisé pour balancer des nappes de claviers du début à la fin, mais pour amener des parties de piano, loin d'être évidentes, bien techniques. Ce piano apporte d'ailleurs une touche à la fois appaisante, mais aussi très triste à la musique du quintette. Les passages au piano seul sont à ce titre époustoufflants de sensibilité. Le chant maintenant a cela d'exceptionnel que dans les parties gutturales (c'est-à-dire 90% du temps), on a l'impression que le chanteur 'chante' et ne gueule pas ! C'était saisissant ! Les Chiliens semblaient aussi très émus et contents d'être à Paris ce soir, avec un petit speech très sympa de la part du chanteur et un bassiste totalement en transe du début à la fin du set. Il y avait une réelle beauté et une certaine sorte de douceur qui sortait de la musique des Chiliens, vraiment très étrange !! On peut aussi ajouter au tableau que la puissance et la profondeur de l'interprétation étaient admirable, avec notamment un dernier morceau anthologique, la fin était tout bonnement apocalyptique ! Franchement, un set quasi-parfait !

Dur d'enchainer après ça... Et c'est pourtant ce que va faire Mourning Beloveth, et ce avec brio ! Dès le début, on peut se rendre compte de la qualité et de l'aisance qu'ont les Irlandais sur scène ! Ils s'approprient la scène et la salle en moins d'une minute. Un truc aussi que je trouve incroyable chez les Irlandais (en général), c'est que peu importe le style de musique jouée, on a toujours l'impression de se retrouver dans un pub irlandais. Et c'est exactement le cas avec Mourning Beloveth, je n'arrive pas à l'expliquer, peut-être leur accent, à moins que ce soit leur attitude un peu trop influencée par leur consommation abusive d'alcool... Cependant, il faut l'admettre, leur doom énergique et puissant, bien que plutôt conventionnel, est diablement efficace. Ajouté à cela une présence scénique impeccable avec des musiciens à fond dedans, vous avez un set solide et appréciable ! On peut noter dans la case 'originalités', des chants très variés et sympas, le chanteur principal enchainant admirablement le guttural traditionnel (!) et du chant à la limite entre le parlé et le chanté. Il est secondé à ce poste par le bassiste qui propose des parties de chant clairs plus aigu, et du meilleur effet. Une autre bonne réussite de ce concert aura été les parties et les leads de guitare vraiment prenants. C'est juste dommage que certains titres ayent été trop longs et répétitifs. Au final, ce fut une soirée excellente à tout point de vue, on pouvait à la rigueur déploré un son un peu trop fort, mais de qualité. Les absents ont éu tort ! Je retiendrais, pour ma part, principalement la performance magistrale de Mar De Grises, le vent du Chili aura plané longtemps à l'Espace Curial...

Mots clés : Mourning Beloveth, doom metal, Irlande, Paris, concert et Nicko

Dernière mise à jour du document : lundi 19 septembre 2005

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre