Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThy Veils › The diaphanous depressions

Thy Veils › The diaphanous depressions

cd | 19 titres

  • 1 Leaving
  • 2 Through the halfdark
  • 3 Night desert
  • 4 The depths
  • 5 Desorien
  • 6 As the rain is clearing my pain
  • 7 Ensamble theme
  • 8 Cumulus
  • 9 Fast bird
  • 10 Hunt at the haunted forest
  • 11 No one's
  • 12 Bells and oboe theme
  • 13 Sword (Charon Mercure part II)
  • 14 Short piece (for flute and guitar)
  • 15 Thoughts
  • 16 Vacuous seas
  • 17 Waiting theme
  • 18 Fury
  • 19 Wind anywhere (contemplation)

enregistrement

Bilutza Records studio, Timisoara, Roumanie, février-mars 2000

line up

Daniel Dorobantu (musique)

Musiciens additionnels : Ciprian Costache (voix sur les titres 5 et 16)

remarques

www.thyveils.com

chronique

Œuvre riche et complexe que ce ‘Diaphanous depressions’ made in Roumanie, le genre de travail à écouter moult fois sans la moindre lassitude tant il regorge de trésors. On sent que rien n’y est laissé au hasard et que chaque élément y est parfaitement à sa place. Il est en fait assez difficile de séparer les morceaux les uns des autres malgré la diversité de leurs climats tant on les sent unis par le même fil rouge ; chacun d’eux, quelle que soit sa longueur, participe au mouvement général que constitue l’album, retirez-en un et la structure vacille. J’ignore si Daniel Dorobantu approuverait mon interprétation mais à l’écoute de sa musique, l’image qui s’impose à mon esprit est celle d’une forêt à la fois sombre et enchanteresse. Suivant ma logique, je verrais les quatre premiers titres comme une approche tant réelle que spirituelle de cette forêt. Le style développé se situe dans un veine assez dark ambiant avec nappes de synthé, cloches, percussions étouffées mais avec une construction plus néoclassique bien différente des maîtres du genre comme Raison d’être, Inade ou Lustmord. Je pourrais également parler de bande originale pour le film de l’âme. Contrairement à ma métaphore, rien de pompeux ni de grandiloquent chez Thy veils mais une sobriété d’une richesse et d’une densité imparable, du travail d’orfèvre. Le cinquième morceau se présente comme une récitation et constitue une étape du périple. Ciprian Costache (chanteur de Arc Gotic) y prononce une oraison funèbre, calme et confiante…la mort n’est-elle pas elle aussi un voyage ? C’est ce que me semble exprimer le titre suivant, mélancolique mais apaisant. A ce moment, nous nous trouvons dans la forêt et le ton des pièces change, se fait plus dynamique et s’oriente vers une voie plus symphonique. Le voyageur erre entre les arbres et découvre sans cesse de nouveaux paysages émotionnels, entre farandoles rythmées (‘Hunt at the haunted forest’, ‘Sword’, ‘Fury’), moments d’introspection (‘No one’s’, ‘Bells and oboe theme’) et illuminations subites où le cœur bat avec force dans la poitrine (‘Thoughts’, ‘Wind anywhere’). ‘Vacuous sea’, nouvelle récitation me fait fortement penser, tant dans sa construction que dans son atmosphère, aux Allemands de Endraum. Etrange voyage que ce ‘ Diaphanous depressions’, étrange dans sa construction apparemment simple mais en réalité très sinueuse, étrange car inattendu, merveilleux car on en sort renforcé. Un poème dense et mélancolique que tout fan de dark ambient ou de musique atmosphérique se doit de posséder. Contacts: thyveils@thyveils.com ou nonnut@nonnut.com

note       Publiée le mercredi 5 mars 2003

partagez 'The diaphanous depressions' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The diaphanous depressions"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The diaphanous depressions".

ajoutez une note sur : "The diaphanous depressions"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The diaphanous depressions".

ajoutez un commentaire sur : "The diaphanous depressions"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The diaphanous depressions".

SILENIUS › samedi 31 juillet 2004 - 20:05  message privé !
Bien belle chronique retranscrivant avec justesse le flot d'émotions que l'écoute de cette oeuvre véhicule.Une musique captivante,un détachement de la réalité et surtout un kalaidoscope de différent tableaux imagés frolant le superbe.Une pièce venue d'ailleurs à la mélancolie si envoutant.
Note donnée au disque :       
Twilight › vendredi 16 janvier 2004 - 11:31  message privé !
avatar
Note, note, ami Marco. D'après les news que j'ai de Daniel, un DVD de Thy Veils devrait sortir au cours de cette année, c'est en préparation en tous cas...
Marco › jeudi 15 janvier 2004 - 19:12  message privé !
avatar
Voilà qui va me pousser à acquérir cet album. J'avais quelques infos, mais sans plus, et un post sur la mailing-list de Cold Meat avait attiré mon attention. Je note, je note...
taliesin › jeudi 15 janvier 2004 - 13:32  message privé !
Eh oui ami Twilight, une fois de plus je suis fichtrement d'accord avec toi ! Cette oeuvre est littéralement envoûtante.
Note donnée au disque :       
taliesin › mardi 6 janvier 2004 - 20:52  message privé !
Je l'ai commandé, j'attends avec impatience ^_^
Note donnée au disque :