Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › Remy nous parle d'EoD

Remy nous parle d'EoD

par Phaedream › samedi 26 juin 2010

GOD : Remy, premièrement j’aimerais te féliciter, voire te remercier, pour avoir concocté un album aussi brillant qu’Exhibition of Dreams. Pourrait-on avoir un historique de cet album?

REMY : Entre 1997 et 1999 j’ai composé et enregistré beaucoup de musique. Pendant ces années, des plans ont fait surface afin de réaliser un album, et à un certain moment il était même décidé des titres ré enregistrés afin de faire un album simple. J’ai déplacé tout mon équipement dans le grenier d’Ewout Koek et durant l’enregistrement il devenait de plus en plus clair qu’il y avait plus de titres qui s’arrimaient ensemble. Donc finalement, la réalisation se ferait sur un album double. Nous, Ewout et moi, établissions les premières bases de notre propre label, AKH Records, afin de rendre cette réalisation possible et l’album Exhibition of Dreams qui, comme le titre le suggère, est une compilation de rêves et de visions mis ensemble, devenait disponible chez une couple de magasins spécialisés dans les Pays-Bas. Dans le premier cas nous avons décidé seulement d’en imprimer une quantité limitée, juste parce que nous n'avions aucune idée des ventes possibles. L’album s’est liquidé très vite et avant même que nous puissions penser à une nouvelle impression, une copie s’est retrouvée dans les mains des dirigeants du label Hollandais Groove Unlimited où il fut décidé de produire le premier vrai album officiel de Remy ; The Art of Imagination, près d’un an plus tard. À cause de cet album, la production d’Exhibition of Dreams fut arrêtée. Les demandes pour Exhibition of Dreams continuèrent, donc dès que la production était terminée j’avais toujours en tête de le reproduire un jour.

GOD : Pourquoi l’avoir enregistré sur Mini-Disc? N’était-ce pas limitatif comme procédé?

REMY : À l’époque de l’enregistrement d’Exhibition of Dreams je travaillais seulement sur un ordinateur Atari, en complément d’un Mini-Disc pour enregistrer ma musique. Donc, chaque piste additionnelle devait être enregistrée en une prise avec le séquenceur. De plus, je voulais que ma musique sonne aussi organique et spontanée que possible et, grâce aux limitations de l’enregistrement, j’ai enregistré tous les solos et effets en temps réel, sans remixage.

GOD : Pour le bénéfice des lecteurs de GOD, pouvez-vous expliquer les vies et évolutions d’Exhibition of Dreams?

REMY: Exhibition of Dreams (2-CDR, AKH12991/2-2, 1999)La toute première réalisation et mon premier album, produit en versions limitées et en double cd-r. Il contient des titres écrits entre 1997 et 1999.

EoD (CD, AKH10091-2, 2009)Contient une sélection de titres de l’album original (1999), nouvellement interprété et enregistré en 2009. Titres nouveaux / Titres originaux 1. Entering The Dream / Into The Dream 2. Velocity / Lost Forces 3. Lunascape / La Luna 4. Silent Conversations / Silent Voices 5. Mirage / Mirage J’ai utilisé des éléments de base originaux, ainsi que les séquences, pour maintenir plus ou moins la même atmosphère et la même émotion que l’enregistrement original. Et j’ai enregistré des titres complètement nouveaux (basé sur mes visions musicales et mes nouvelles émotions) à partir des originaux. L’intention principale était d’exposer ma progression musicale des dernières années. Pour certains titres j’ai utilisé des sonorités différentes. Pour d’autres, je les ai entièrement effacées et quelques titres sont totalement différents, nouveaux! Remasterisé en 24 bit / 96 kHz.

Exhibition of Dreams - 10th anniversary remaster (2-CD, 01103-2, 2010)L’album au complet, comme en 1999, mais complètement remasterisé avec la technologie 24 bit / 96 kHz. Quelques parties ont été techniquement ajustées, telles les compressions non-voulues et les différences dans le volume, causées durant le mastering sur Mini-Disc.

Exhibition of Dreams - bonus tracks (CD-R, AKH SUB 001, 2010) Un cd-r à édition limitée (à titre d’exclusivité pour l’édition anniversaire et à l’intention des vrais fans de Remy) pour accentuer la limitation de l’édition originale de 1999 et pour stimuler les premières ventes d’Exhibition of Dreams. Ce cd-r contient du matériel jamais réalisé et enregistré dans la même période, entre 1997 et 1999. Le but principal de ces parutions est de donner l’opportunité d’entendre et de se procurer EoD pour ceux qui n’ont pas eu la chance de se le procurer, à cause de son édition très limitée et de sa courte disponibilité sur les marchés. À l’époque, il avait été décidé d’arrêter sa production à cause de mon premier album officiel chez Groove; The Art of Imagination, paru 1 an plus tard. Dès qu’EoD était écoulé, j’avais déjà en tête de faire une édition spéciale dans 10 ans, à cause des demandes incessantes. En ce qui me concerne, cette édition anniversaire devait être plus spéciale que de refaire l’album original. Donc, il a été convenu de faire toutes ces éditions.

GOD : Y avait-il vraiment un besoin pour refaire Exhibition of Dreams ?

REMY : Je ne crois pas qu’il y ait nécessairement un besoin de refaire ce qu i a déjà été fait. Mais dans ce cas-ci j’avais déjà planifié une nouvelle réalisation (qui a pris forme 9 ans plus tard). De plus, l’évolution de certains titres, lorsque joués en concert peu après la parution d’Exhibition of Dreams, m’a guidée dans la bonne direction pour le résultat final. Et bien que j’aie lutté un peu avant d’entreprendre ce projet, c’était devenu une grande exploration créatrice que d’en être impliqué.

GOD : Pourquoi avez-vous réalisé EOD avec un cd-r en prime? Est-ce dans le même esprit de Klaus Schulze et ses rééditions sur SPV? Allez-vous faire de même pour tous les autres albums de Remy?

REMY : Mis à part les explications ci-haut mentionnées, un cd-r en prime devrait être une belle addition pour ceux qui écoutent ma musique. Donc vous pouvez dire que c’est ni plus ni moins que dans le même esprit des rééditions de Schulze. Dans le passé, j’ai fait la même chose avec la plupart de mes albums; - DisConnected & Connected, avec un cd-r en promo qui contenait du matériel des mêmes sessions - Different Shades Of Dust: avec A-Live! - Sense: avec Sense - This Is Not The End: réalisé comme un simple cd, mais avec un cd-r en bonus - Exhibition of Dreams: avec le cd-r dont nous discutons depuis tantôt. Chacun de ces cd-r contient de la musique de la même session, mais qui n’a pas trouvée sa place sur l’album. Actuellement je tente de mettre mon focus sur la production de cd pressé, mais ces cd-r exclusifs sont de bons extras pour ceux qui aiment ma musique.

GOD : Lorsque que nous écoutons EoD, nous avons vraiment l’impression d’évoluer aux travers un rêve et ses ramifications. Est-ce que la musique a inspirée le titre ou le titre a inspiré la musique?

REMY : Ça y va pour les deux sens. J’ai toujours certaines émotions et images associées avec l’enregistrement d’un morceau de musique. Je lui trouve un titre au moment de la gravure ou lorsque je le sauve sur mon ordinateur. Dans le cas des titres sur Exhibition of Dreams, j’ai changé des titres (parce que les pièces n’avaient pas été composées dans le but d’apparaître sur le même album), pour les laisser se mouler au contexte et guider l’auditeur vers une certaine direction afin qu’il expérimente la musique. Un titre peut m’inspirer fortement lorsque je le développe. Donc finalement, la musique prend forme autour d’un titre et le titre autour de la musique. Dans le cas de la nouvelle version de Lost Forces (Exhibition of Dreams), je l’ai reconvertit en son titre original, Velocity que l’on retrouve sur EoD et qui sonne mieux en 2009.

GOD : Dans quel état d’esprit Remy était-il lors de la composition d’EoD?

REMY : Au moment de composer et d’écrire l’édition originale d’Exhibition of Dreams, en 1999, je vivais dans mon propre monde de rêves, perdant souvent le sens de la réalité. Par la suite, les rêves continuaient d’influer sur ma musique, mais la réalité devenait un élément de plus en plus important. Ceci, en complément d’explorer et de développer ma musique vers de nouvelles directions, est pourquoi EoD semble plus accessible qu’Exhibition of Dreams. Quoique j’aie utilisé quelques éléments de l’original Exhibition of Dreams je voulais approcher les réinterprétations des vieilles pièces comme complètement nouvelles. Donc j’ai actuellement refait le processus d’enregistrement! Durant le procédé d’EoD, un ensemble de choses se sont produites dans ma vie privée qui ont affecté les enregistrements, et ma vision, des titres choisis. Faisant d’EoD une suite logique de mes albums précédents.

GOD : Vous dites ‘’ perdre le sens de la réalité’’. Pouvez-vous élaborer ou c’est trop personnel?

REMY : C’est plus compliqué que je peux l’expliquer, mais j’avais l’habitude faire un rapprochement avec toutes les situations quotidiennes et ma musique. J’avais (et j’ai encore, parfois) l’idée que ma musique a affectée la réalité et vice versa (et ça l’a certainement fait d’une certaine façon). Afin de faire évoluer les situations dans des directions spécifiques, j’ai pensé que certaines de ces situations pourraient être résolues lorsque que j’écrivais à partir d’elles. Ce qui fonctionne lorsque nous vivons dans un monde imaginaire, mais la réalité fonctionne différemment. Il est tres important de ne pas confondre ces situations.

GOD : Dites-moi sur quelles bases avez-vous sélectionné les titres qui ont composes l’édition de 1 CD, AKH10091-2? Avez-vous des émotions spéciales pour celles-ci?

REMY : J'ai choisi les titres en fonction de se que je pourrais faire le plus avec les réinterprétations et qui se mêleraient bien ensemble, en gardant en mémoire qu’il fallait qu’ils entrent sur 1 CD. Ainsi Unidentified Dreaming Objects par exemple, qui dure plus de 42 minutes, était à oublier. Bien que je préfère titres par rapport à d’autres, je n’avais pas d’émotions particulière (mais une bonne idée pour travailler certains titres) lorsque j’ai fait la sélection. Les pièces devaient bien cadrer ensemble, comme ils ont fait sur la première version, et par-dessus tout, l’émotion et l'atmosphère devait être maintenue.

GOD : Peut-on s’attendre à d’autres réalisations anniversaires liées à votre discographie? Je pense notamment à Art of Imagination paru chez Groove?

REMY : Il n’y a pas d’autres projets. Exhibition of Dreams était un projet auquel j’avais décide de faire une réédition et une réinterprétation il y a de cela quelques années, pour célébrer le 10ième anniversaire de mes débuts. Une autre sortie anniversaire devrait m’amener à un projet similaire (pas seulement limité à une version remasterisée, mais il devrait aussi y avoir beaucoup de matériel en extra pour que cela vaille un bon anniversaire). Comme j’ai dit précédemment, je n’aime pas refaire des projets déjà achevés. À moins d’avoir une très bonne raison (comme exemple le cas d’Exhibition of Dreams)! Si je dois refaire un de mes albums, peu importe lequel, cela deviendrait sans aucun doute quelque chose de totalement différent, mais la vie continue et ainsi mon voyage musical. Parfois j’ajuste ou je refais certains titres pour mes performances en concert, c’est tout!

GOD : Comment vous sentez-vous face aux continuelles comparaisons entre votre musique et celle de Klaus Schulze?

REMY : Les gens aiment bien comparer ce à quoi ils sont familiers. La tâche d'un critique de musique est d’écrire ce qu’il entend sur la musique à chroniquer. Une certaine atmosphère ou une expérience d’écoute peut être plus ou moins décrit dans des mots, mais quand il vient à la catégorie ou au style de musique il est très pratique de comparer avec des artistes déjà connus. Oui je suis très inspiré par Klaus Schulze, parce que j'ai énormément écouté sa musique et parce que j'aime la sonorité de ses albums et aussi parce que j’utilise certains instruments qu’il utilise. Et parce que nous semblons partager un style similaire pour convertir nos émotions en musique, on peut remarquer quelques ressemblances très claires. Donc c'est un compliment que d’être comparé à Klaus Schulze. Bien que j'essaye toujours de découvrir de nouvelles façons de continuer mon voyage musical, il est très difficile de créer des choses totalement nouvelles de nos jours (mais j'essaye de continuer à m’étonner, ainsi que mes auditeurs à chaque fois). Mais il est très agréable d'entendre quand les auditeurs distinguent ma musique de celle des autres, remarquant ma touche personnelle et les éléments que j’y rajoute.

GOD : Quelles sont les années de Klaus Schulze qui vous ont le plus inspirer, et spécialement lors de la création d’ Exhibition of Dreams, soit entre 1997 et 1999?

REMY : Dreams, de la version originale de Brain qui inclut, à mon opinion, la très nécessaire Flexible (sur l’édition de Thunderbolt cette pièce fut enlevée pour une raison inconnue) était le tout premier album de Schulze que j’ai entendu et ça ma totalement renversé. La musique dépeint entièrement le titre (et vice-versa) et reflète très bien le monde rêveur de Klaus Schulze de cette époque. J'ai remarqué que beaucoup d'éléments de cet album avaient des comparaisons très claires avec mon propre monde rêveur. Cet album a absolument influencé Exhibition of Dreams et de beaucoup. Bien que je préfère la plupart de la musique de Schulze, il semble que sa période de la fin des années 80 et début 90 m’a influencé le plus, sans vraiment en avoir pleinement conscience.

GOD : Mis à part Schulze, quelles étaient vos influences majeures à cette époque? Vous influencent-ils encore aujourd’hui?

REMY : Jean Michel Jarre, Mike Oldfield, Vangelis et Didier Marouani (Space) par exemple ont été de grandes influences pour moi, et ils sont probablement la raison que ma musique sonne comme tel maintenant. Ils m’influencent sans doute encore (inconsciemment) aujourd’hui, mais entretemps de plus en plus de nouveaux artistes m’ont ouvert les oreilles; Craig Armstrong, Massive Attack, Radiohead, Jeff Buckley, Kraftwerk, Björk, Enigma, Lamb, Velvet Undergound, but also Karlheinz Stockhausen, Aphex Twin, Steve Reich, Brian Eno, Antonín Dvorak, Zbigniew Preisner,et autres…

GOD : À cette époque, la MÉ était dans un état de renaissance dans les Pays-Bas, quell était votre opinion à propos d’Exhibition of Dreams? Doutiez-vous de son impact et était-ce la raison qu’il soit produit en si petite quantité?

REMY : Les titres qui formaient Exhibition of Dreams étaient tout simplement ‘’juste’’ une compilation de mes meilleurs titres de l’époque et de plus je voulais exposer mes rêves et émotions aux gens. J’étais vraiment curieux de recevoir les réactions en égard de ma musique. Je n’avais aucune idée de l’effet que cela aurait sur les auditeurs. Après quelques années, j’ai constaté (aussi conclût d’après les réactions) que mon album sonnait pas mal mieux que je ne l’aurais imaginé. Parce que nous n’avions aucune idée à quoi nous attendre, il a été décidé qu’Exhibition of Dreams serait produit en édition limitée. S’il n’y avait pas eu de négociations avec le label Groove Unlimited pour The Art of Imagination, la production d’Exhibition of Dreams aurait probablement continué. Dès que nous savions qu’un nouvel album serait réalisé, il a été convenu de ne plus presser Exhibition of Dreams.

GOD : Le CD-R en prime d’EoD contient du très bon matériel. Je pense à Waiting for Dusk et l’épique The Storm. Je comprends que vous avez compose ses pièces lors de la conception d’Exhibition of Dreams, y a-t’il d’autres surprises de disponible pour une autre EoD?

REMY : Il y a encore du matériel inédit de cette période, mais il n’y a pas de plans concrets pour faire quoi que ce soit avec. Mais vous ne savez jamais ce qui pourrait être réalisé dans le futur, peut-être une édition de 50 éditions lorsque j’aurai atteint cet âge. J’ai beaucoup de musique qui n’a pas encore été mise sur CD. Mais pour être honnête ça n’a vraiment pas beaucoup de sens de produire tout ce qu’on écrit, sauf pour la musique quoi est vraiment intéressante à approfondir, ce qui englobe beaucoup de matériel inédit. Il y a déjà assez de mauvaise musique, donc je ne veux pas ennuyer les gens (et détruire la scène musicale) avec de la musique qui, selon mon opinion, n’est pas assez bonne.

GOD : Laissons EoD de côté. Vous possédez votre proper label de musique, AKH Records, pouvez-vous en parler un peu plus? Quels sont les artistes qui y nichent et quel genre de musique peut-on s’attendre à découvrir? Est-ce seulement de la MÉ?

REMY : Nous (Ewout Koek et moi) avons produit de la très belle musique, toujours sur des bases électroniques, qui est actuellement un peu différente des autres genres musicaux dont le mien qui est plus près de la Berlin School. Sutrastore (Belgique) peut-être catalogue comme étant du ‘’trip-hop’’, comme Massive Attack, Portishead ou Lamb, tout comme Iuno (Pays-Bas qui contient des éléments plus près du jazz. Fractional(Belgique), fait de la musique expérimentale dans la même veine qu’Aphex Twin et Autechre. Bientôt, nous espérons d’avoir une bonne réalisation par Lebenswelt (Italie) et nous avons les drits exclusifs des distributions de SoapKills (Liban), Francis Rimbert (France) et Space Art (France).

GOD : Vous avez donné plusieurs concerts dernièrement, pour la plupart en Allemagne et Hollande et ainsi que dans des endroits étranges, quels sont les ambiances aux concerts de Remy et quel est l’endroit le plus inusité où vous vous êtes produit?

REMY : Mes concerts ne concernent que ma musique. Je ne veux pas trop d'éléments distrayants pendant une performance et j'espère faire comprendre à l'auditoire quelles parties j'exécute en direct. Le problème de jouer de la musique électronique est qu’elle pourrait facilement sembler être joué en play back (et en effet la plupart du temps il y a des segments préenregistrés, car il est impossible de jouer toutes les pistes lors d’un concert en solo). C’est le problème que j’ai lorsque des artistes ne jouent qu’avec un portable. Le public n’a aucune idée de ce qui est vraiment joué. Donc, j’essaie de manipuler mes équipements électroniques comme un violoniste manipule son violon. Dans un orchestre, c’est très clair de savoir quel instrument produit tel son. La source du son provient de la location de son instrument. En ce qui concerne la musique électronique, le son ne peut qu’être entendu par les haut-parleurs, qui ne sont pas nécessairement situés là où sont les instruments. Ceci et le fait que l’artiste est caché derrière ses équipements rendent souvent difficile de voir ce que l’on entend. J’ai joué plusieurs fois au Great Church in Haarlem, qui un endroit unique pour jouer avec de bons acoustiques et une excellente atmosphère. Le concert que j’ai donné à Grugapark, Essen, en Allemagne était dans une ambiance très relaxante, en plus la jam-session (improvisé) que nous avons effectuée en fin de journée était très passionnant et inspirant!



GOD : À quoi devons-nous nous attendre de Remy prochainement? Des nouveaux concerts et de la nouvelle musique de planifiés?

REMY : En ce moment je me prépare pour deux concerts à venir; 17 Juillet, Schwingungen Garten Party, Hamm en Allemagne, à la fin Octobre je participerais au Ricochet Gathering à Berlin et le 13 Novembre je serai au Grote Kerk, à Haarlem, aux Pays-Bas. En plus de ces concerts, je viens tout juste d’enregistrer une pièce musicale ambiante, je débute une collaboration avec des noms familiers en MÉ et je travaille sur des titres avec des vocales.

GOD : Si tu avais 5 albums à choisir pour écouter jusqu’à la fin de tes jours, quels seraient-ils?

REMY : Ma liste d’albums à apporter sur une île déserte est, dans une ordre variée; - Craig Armstrong - The Space Between Us - Jeff Buckley - Sketches For My Sweetheart The Drunk - Didier Marouani & Paris France Transit - Concerts en URSS - Massive Attack - Protection - Klaus Schulze - Dreams

GOD : Quel est l’album de Remy que tu aimes le plus, celui don’t tu es le plus fier? REMY : C’est en réalité très cliché que de dire que mon dernier album est mon préféré à date, mais en réalité je crois que c’est toujours le cas. Mis à part ce fait, après avoir écouté mes albums précédents une couple d’années plus tard, je les préfère plus qu’au moment de leurs sorties (ce qui est probablement dû au fait qu’entendre les titres encore et encore durant le processus d’enregistrement)! Si je dois réellement choisir un album (sauf pour mes plus récents), Sense est celui qui me rend le plus fier.

GOD : Merci Remy pour ton temps et, au nom des lecteurs de GOD, la meilleure des chances avec tes projets et ta vie. REMY : C’est moi que te remercies et je souhaite te rencontrer, ainsi que tous les lecteurs de GOD, à un de mes prochains concerts.

Mots clés : Schulze, Jarre et Exhibition of Dreams,AKH Records

Dernière mise à jour du document : samedi 26 juin 2010

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre