Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCChildren Of The CornThe Havoc › Vos commentaires

Children Of The Corn › The Havoc

vos commentaires

Children Of The Corn - The Havoc
dariev stands Envoyez un message privé à dariev stands...
avatar

tu peux faire une reco, ça fera pas de mal vu le côté obscur de l'objet, et anonyme de la pochette. sauf si c'est trop capillotracté (après le texte libre est là pour préciser quel moment précis ressemble au skeud recommandé...). faut reconnaitre que c'est intriguant, tout ça.

Children Of The Corn - The Havoc
Copacab Envoyez un message privé à Copacab...

@dimegoat : ravi d'avoir contribuer à faire flipper un métalleux ;) sinon je profite de l'opportunité pour compléter ma chronique : outre les paroles et l'ambiance de caveau, il y a quelque chose qui met très mal à l'aise ici : ces hooks (mal) chantés presque enfantins, très naïfs, ce qui crée un horrible décalage. J'ai pas osé tenter la comparaison dans la chro mais c'est quasiment du cLOUDDEAD oblique par moments, en particulier sur Grab My Mask et Black Magic.

Note donnée au disque :       
Children Of The Corn - The Havoc
Copacab Envoyez un message privé à Copacab...

@Raven : tu me rappelles la nécessité d'écouter Esham tiens, j'en ai quelques uns en stock mais je n'arrive pas du tout à quitter M-Town ces dernières semaines !

@dariev : plutôt 92-95 pour Memphis, Three-6 est souvent l'arbre qui cache la forêt mais leur évolution (affadissement et perte de spécificité une fois le cap de l'album passé) est assez représentative de tout la scène. Sinon oui, le Memphis rap a profondément influencé la trap music, aka le genre de hip-hop dominant à partir des années 2000... Ce côté synthétique dont tu parles, mais aussi une tendance à faire des instrus menaçantes par l'emploi de la dissonance. Ca a pu appauvrir le hip-hop d'ailleurs, tout n'est pas rose dans ce qu'a apporté Memphis au rap...

Note donnée au disque :       
Children Of The Corn - The Havoc
dimegoat Envoyez un message privé à dimegoat...

Je ne dis pas que ces jeunes gens de Memphis étaient 1er degré mais ils le sont sans doute un poil plus qu'Alex Webster. C'est flippant, en tout cas, plus que Koopsta Knicca et Blackout réunis, qui étaient ma réf dans le genre, jusque-là.

Note donnée au disque :       
Children Of The Corn - The Havoc
dariev stands Envoyez un message privé à dariev stands...
avatar

hahaha, dit le membre métalleux de guts of darkness, en 2021 ;)

(bon j'écouterai un jour ce disque et je ferai un comm dans le sujet)

J'ai une question pour le chroniqueur : je crois avoir compris que l'age d'or du memphis rap était légèrement en décalé par rapport à celui du hip-hop au sens large (94-97 au lieu de 91-94 en gros), du coup est ce qu'on peut dire que ce genre avait un côté annonciateur du rap beaucoup plus électro (dans la forme) des années post-2000 ? Il y a déjà un peu de ce côté là dans le rap southern, chez Outkast, voire déjà chez Geto Boys : pas ou peu de samples, des beats cheap et pas b-boy du tout, un côté casio parfois... tout ce que sera le rap post-2000 pour schématiser beaucoup... c'est une vraie question, mais je pense que ça serait top d'en avoir la réponse dans le texte d'une future chro !

Children Of The Corn - The Havoc
dimegoat Envoyez un message privé à dimegoat...

Memphis avait mis du purin dans son sirop pour la toux. Punaise, rien que Grim Reality: samples de l'horreur et un type qui débite benoîtement du "Do you mind if I stick my hands in your guts and tell you how your intestines tastes". Emoji vomi.

Note donnée au disque :       
Children Of The Corn - The Havoc
azfazz Envoyez un message privé à azfazz...

Une écoute distraite il y a longtemps ne m'avait pas laissé tellement de souvenir. Du coup, en découvrant cette chronique, je me relance et, cette fois, me laisse complètement emporter (dans la tombe)... Merci pour cette piqure de rappel !

Children Of The Corn - The Havoc
Raven Envoyez un message privé à Raven...
avatar

Ah ça lo-fi ça l'est, et pas à moitié ! UG certifié brut de studio en carton de 5m², le premier Esham à côté c'est du Dr Dre. Et ouais ça empêche pas que l'ambiance s'y insuffle dans cette merde pouilleuse (ça m'a pris vers "Lookin for a murderer") avec au bout d'un moment d'accoutumance cet effet déformant et collant. Bien eshamien d'ailleurs, sur certains passages... À écouter au casque. Merci pour la découverte, je n'ai jamais trop creusé du côté de Memphis, la codéine ça me fait un peu peur.