Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMergener Et Amici › Nox Mystica

Mergener Et Amici › Nox Mystica

  • 2004 • BSC Music Prudence 398.6683.2 • 1 CD

11 titres - 56:50 min

  • 1 Soleae Umidi 3.15
  • 2 Spectaculum 7.02
  • 3 Fornix 3.27
  • 4 Aquae Ductus 2.54
  • 5 Porticus 7.14
  • 6 Nox Mystica 4.54
  • 7 Pyrricha 3.04
  • 8 Cuniculus 2.27
  • 9 Bestiarius 7.43
  • 10 Aquarum Calentium Fontes 5.31
  • 11 Te Deum 9.10
  • 12 Video Addendum: Nox Occulta 6.57

enregistrement

Enregistré au Roman Festival "Bread & Games", le 17 Aôut 2003 à Trier en Allemagne

line up

Peter Mergener: Synthétiseur Alquimia: Voix Achim Elsen: Guitares Oral Shakir: Percussions Horst Freischmidt: Orateur Latin

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : www.bscmusic.com

chronique

Styles
musique électronique
Styles personnels
musique Électronique symphonique

La beauté de la musique électronique, et des composantes qui aide l’art à développer les sonorités les plus extrêmes, est la possibilité de créer, de sculpter des œuvres complexes qui n’auraient sans doute jamais vu le jour, à cause des frais financiers qu’elles engendrent. Évidemment, ça prend le talent. Savoir écrire, jouer de la musique et avoir une imagination débordante pour être capable de transposer ses idées, ses visions sur musique, car il n’y a pas de paroles. Peter Mergener est un artiste très talentueux, doublé d’un incroyable sens de l’écriture et d’une immense connaissance des équipements électroniques. Ex membre de Software, Nox Mystica est son 11ième album solo, une pièce de théâtre musicale d’un réalisme étonnant.
Soleae Umidi ouvre sur une intro théâtrale aux strates violonées, sur un échantillonnage sonore d’époque. Rien n’est laissé au hasard, des coups d’épées aux crépitements du feu, Nox Mystica étincelle d’authenticité dès son ouverture qui se fond sur Spectaculum. L’orateur de l’arène s’adresse à la foule en Latin et Spectaculum secoue les colonnes du temple avec son ouverture pompeuse, ses grosses caisses et ses clairons qui nous transportent à l’ère Romaine sur un tempo lent, lascif structuré de superbes strates synthétiseuses. Les synthés sont d’une richesse sonore renversante. Fort bien structuré, chaque commande à son rôle dans cette somptuosité musical dense. De mouvements flûtés aux strates orchestrales à l’équivalence d’une section complète de violonistes, Peter Mergener livre un opus complexe dans les détails, mais harmonieux et mélodieux dans les résultats. Fornix et Aquae Ductus sont des couloirs atmosphériques aux effets sonores caverneux, structurant une ambiance détaillée, comme si nous y étions, sur la discrète et douce voix d’Alquimia. Des accords de guitare s’entrelacent à des strates qui épousent les mêmes modulations, alors qu’une fine percussion échotique perce l’atonie du moment, alimentant un rythme fluide et mélodieux. Une belle pièce aux émanations tribales d’une Grèce antique, relevé par le flair incontestable de Peter Mergener à la réalisation. Plus rêveuse, avec une guitare qui coule comme une harpe, Nox Mystica est une douce mélodie avec une flûte enchantée et des arrangements orchestraux valsant qui imposent un rythme romanesque.
Pyrricha et Cuniculus sont des titres aux atmosphères tribales d’une jungle inexploitée qui ouvrent les portes d’une arène sanguinaire avec les pratiques souterraines des gladiateurs, parmi les rugissements de lions affamés. Avec une intro sous le signe des lions, les souffles austères de Bestiarius jètent une ambiance inquiétante dans l’arène. Des tambours insufflent une marche progressive sur des strates à la symphonie de l’Olympe, qui croisent les combats sur des modulations harmonieuses, aux effets sonores de percussions enclumées. Une flûte bédouine perce le silence de Aquarum Calentium Fontes et se berce avec la merveilleuse voix d’Alquimia formant une belle mélodie céleste. Te Deum termine ce théâtre musical sur une mélodie progressive, dont les notes sillonnent un mini tourbillon séquentiel, guidée par un excellent solo de guitares et la voix d’Alquimia. Un titre très près du répertoire mélodieux et spatial de Peter Mergener.
Nox Mystica est une splendeur aux strates synthétiseuses étonnantes d’émotions. J’ai rarement entendu un synthé à la fois si structuré et si mélodieux dans des titres aussi courts. Intense et symphonique, Nox Mystica est une histoire agréablement contée sur des arrangements stupéfiants, et là je ne parle pas seulement des violons ou des sections à cordes. Je fais allusion aux effets sonores, à ces petites percussions éparses qui gravitent ici et là, aux percussions manuelles et tribales, aux clairons, aux processions somptueuses, aux flûtes mellotronnées et aux sublimes agencements avec la voix céleste d’Alquimia. Bref, un travail colossal ou rien n’est laissé au hasard. Et, pour les fans de Mergener qui se sentent un peu perdus dans cet univers structuré, Te Deum est un superbe titre à l’essence d’un Mergener qui ne peut renier son passé. Mais après 1 à 2 écoutes, vous retrouverez les modulations mélodieuses et les coups de génie du synthé magique de Peter Mergener, qui a juste dévié de son cours pour nous présenter une merveilleuse pièce de théâtre musicale.

note       Publiée le samedi 27 janvier 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nox Mystica".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nox Mystica".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nox Mystica".