Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesABrian Auger & The Trinity › Befour

Brian Auger & The Trinity › Befour

  • 1970 • Victor IECP-10021 • 1 CD

cd • 7 titres

  • 1I Wanna Take You Higher5:06
  • 2Pavane3:46
  • 3No Time to Live5:25
  • 4Maiden Voyage5:01
  • 5Listen Here9:26
  • 6Adagio per Archi e Organo3:30
  • 7Just You, Just Me6:31

enregistrement

Advision Studios, Londres, Angleterre, juillet et décembre 1969

line up

David Ambrose (basse, chœurs), Brian Auger (orgue, piano, piano électrique, chant), Gary Boyle (guitare, chant, chœurs), Barry Reeves (cloches, caisse claire), Roger Sutton (basse), Clive Thacker (batterie, percussions, chœurs), Muckey Waller (cymbales), Colin Allen (grosse caisse)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité. Il comporte trois titres bonus : "Rain Forest Talking" (4:05), "Pavane" (3:43) dans sa version demo ainsi que "Fire In The Mind" (4:48) portant la durée du disque à 51:21

chronique

Styles
jazz
pop
rock
Styles personnels
mod > fusion

Pour ce qui sera leur dernier album en commun, Brian Auger & The Trinity, définitivement orphelin de Julie Driscoll à présent, ont décidé de s'éclater, au propre comme au figuré. Un seul titre original, "Just You, Just Me", sur le bienommé "Befour", le reste n'étant que des reprises ou des adaptations à peine camouflées de thèmes célèbres qui appartiennent désormais au domaine public. Et ça part dans toutes les directions en même temps ; "I Wanna Take You Higher" de Sly Stone, aussi funky que l'original, le "Pavane" de Gabriel Fauré, réservé comme il s'impose, "No Time to Live" des contemporains de Traffic, le somptueux "Maiden Voyage" de Herbie Hancock et enfin l'"Adagio" d'Albinoni (qui n'est pas d'Albinoni, m'enfin, bon, soit, passons...). Tout ça dans une débauche instrumentale qui s'expose sans retenue et qui accueille en renfort le guitariste Gary Boyle décidément à l'aise quel que soit le style abordé ; il est tout bonnement impérial voire essentiel dans les deux derniers titres énoncés. Ce mélange de genres et cette volonté de se mouiller au discours classique - bien plus mis en avant ici que sur n'importe quel autre disque du groupe - voilà des aspirations que l'on retrouve telles quelles dans une grande quantité de groupes progressifs aux prétentions symphoniques qui poussent alors comme des champignons. "Befour" aurait finalement été un disque de plus, un disque passe-partout, s'il ne recelait pas en son sein l'imposant "Listen Here". C'est plus impressionnant sur papier qu'à l'écoute je dois dire, mais enfin, cela prouve tout de même que Brian Auger experimente... Et peut-être aussi qu'il pense déjà à la suite de ses aventures... "Listen Here", donc, voit notre combo dédoublé par l'addition d'un autre bassiste (Roger Sutton) et pas moins de trois autres batteurs ! L'esprit jam y règne en maître, le contraire eut été étonnant, mais l'on ne cessera de déplorer le manque criant d'audace tant dans la musique que dans l'interprétation en elle-même, et ce malgré une affiche alléchante. On dira un peu la même chose de "Befour".

note       Publiée le jeudi 30 novembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Befour".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Befour".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Befour".