Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHarvey Milk › Special Wishes

Harvey Milk › Special Wishes

cd • 9 titres • 41:59 min

  • 1I've Got A Love03:44
  • 2War03:12
  • 3Crush Them All05:28
  • 4Once In A While03:22
  • 5Instrumental03:22
  • 6The End03:53
  • 7Love Swing06:04
  • 8Old Glory04:20
  • 9Mothers Day08:39

line up

Creston Spiers (guitare, voix), Stephen Tanner (basse), Paul Trudeau (batterie), Audrey Spiers (lyrics sur la 9)

remarques

chronique

Styles
hardcore
sludge
metal extrême
doom metal
rock
hard rock
Styles personnels
post-grunge ? > metal tubesque

Quels vices, quels égarements cryptiques, quels cris d’effrois se cachent derrière cette incroyable pochette à la Jandek ? Eh bien, rien de moins qu’un album accessible et pétri de bonnes intentions, de loin le meilleur pour découvrir Harvey Milk. C’était bien entendu la super bonne surprise de 2006, accompagné d’une réédition sobre mais luxueuse de leur chef d’œuvre Courtesy and good will toward men. Ce Special Wishes ne cherche pas à l’égaler dans sa terrassante noirceur, sauf peut-être lors du début de The End (non, j’me fout pas de vous), qui mute ensuite en slow lyrique et panoramique, donnant de grand coups de guitare-pinceau sur la voûte céleste… Car cet album est incontestablement l’album romantique d’Harvey Milk. Il est bourré de slows ultra-mélodiques et efficaces dès la première écoute. Once in a while pourrait faire un tube sur n’importe quelle radio. Et que dire du doublé final Old Glory/Mother’s day ? Le premier est une diatribe anti-guerre entre Johnny Cash (cette voix, didiou !) et Alice In Chains, vraiment digne d’un grand classique des 70’s, et le deuxième est une immense ballade symphonique, épique, héroique, ampoulée, tout ce que vous voulez (on pense au controversé The Anvil Will Fall), mais d’une émotion et d’une puissance qui confine au génie. Plusieurs réactions sont possibles à cela : soit vous vous trouvez vite un banc en face d’un ciel étoilé et la poule qui va avec, soit vous trouvez pas et vous chialez dans votre bière en méditant sur la vie… Choix manichéen et bas du front certes, mais c’est pour mieux exprimer l’évidence abondamment déversée par ce disque : dans la famille des voix masculines qui prennent aux tripes, ce gros nounours de Creston Spiers se pose là. Les Harvey se permettent même d’inventer l’harmonie vocale doom sur I’ve got a love, fallait le faire… Dieu fasse que quelqu’un ne dise jamais à ces mecs qu’on est en 2006, et que les abrutis rigolent allègrement de ce genre de "débordement". En fait, ce qui a surtout changé, c’est la disparition de ce côté retors, ultra-inconfortable, du groupe. Même lorsqu’ils singent les Melvins sur Love Swing, on se croirait dans nos pantoufles au coin du feu. Les Harvey Milk font ce qu’on pourrait appeler du grudge. Non pas qu’ils soient rancuniers, mais ils font un mélange de grunge et de sludge, du slundge si vous préférez. Le cauchemar d’Antoine de Caunes, et pourtant ces types-là sont trop vieux depuis longtemps. Il y a bien sûr quelques restes des grondantes années 90 sur War : un mammouth de guerre trépigne, harnaché pour le combat, soulevant poussière et étoiles (ce solo stratosphérique comme en ose plus depuis 1973 !!), mais ce Special Wishes reste à conseiller tout spécialement (je sais pas ce que j’ai ce soir), à ceux qui désireraient se mettre au sludge, au doom, voire tout simplement au metal, en douceur. Un disque sincère et touchant, sans fard ni détours.

note       Publiée le jeudi 4 juin 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Special Wishes".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Special Wishes".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Special Wishes".

Procrastin › dimanche 2 décembre 2012 - 01:38  message privé !

Ya un truc oxbowesque la dedans. Super découverte!

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 8 octobre 2010 - 18:21  message privé !  born to gulo est en ligne !

une longue agonie, un récitatif sludge, une diarrhée sociopathe (le dernier)

Note donnée au disque :       
Sigur_Langföl › vendredi 8 octobre 2010 - 17:06  message privé !

Et ce riffing rampant… enfin, non… c'est plutôt toi qui rampe… Des vrais tueurs. Quelqu'un à eu loisir d'écouter le dernier? Parait qu'il est encore meilleur, et j'ai vraiment de la peine à le croire.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › vendredi 5 février 2010 - 16:04  message privé !

il est coton à chopper pas trop cher celui-ci

varg › mercredi 9 décembre 2009 - 16:36  message privé !

tuerie. LE son, tel que je le rêve, parfois, au détour du rayon frais du daily monop'. lourd mais groovy. grunge jusqu'au bout des ongles.

Note donnée au disque :