Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDaughters › Canada songs

Daughters › Canada songs

10 titres - 11:12 min

  • 01 Fur beach
  • 02 Jones from Indiana
  • 03 I slept with Daughters and all i got was this loosy song written out me
  • 04 And the CHUDS
  • 05 Mike Morowitz the fantasy fuck
  • 06 Nurse would you please prepare the patient for sexual doctor
  • 07 I don't give a fuck about wood, i'm not a chemist
  • 08 Pants meet shit
  • 09 Damn those blood suckers and their good qualities
  • 10 The ghost with the most

line up

Non précisé

remarques

chronique

Styles
hardcore
screamo
grindcore
Styles personnels
powerviolence barrée

Hydrahead est assez peu spécialisé dans le grind, préférant la charge tellurique assommante au mitraillage cérébral - exception faite de Discordance Axis. Daughters vient mettre les pendules à l'heure avec son premier jet, "Canada songs", pamphlet d'anti-mélodie et gloire aux tempêtes motrices hystériques. C'est bien simple, Daughters ignore le riff. Sur les 11 petites minutes que dure ce disque, aucun riff. Non, pas un seul. Juste des glissements dissonants vautré dans les aigus, des enchaînements supersonique de notes aiguës, des sifflements aigus, de rares accords aigus, d'aliénants arpèges aigus, le tout sur fond de hurlements aigus type "il me manque un hémisphère cérébral", screamo-grind qui dérouille. La basse groove de temps à autre (quand on veut bien lui laisser la parole), tandis que la batterie sursaute façon marteau piqueur, typique grind screamo-esque, ou, comme on dit dans le jardin, le "Philippe Bouvard blastbeat". Tout ça, c'est bien jouissif et gentil, mais le réel exploit de Daughters, c'est de sonner aussi taré et malade que The Locust et Dillinger Escape Plan (première époque) réunis, le tout sans claviers ! Bon, heureusement finalement que ça ne dure que 11 min, sinon je ne sais pas ce que serais devenues mes fragiles oreilles à l'écoute prolongée d'une telle ignominie délirante, débilisante, ce grand n'importe quoi d'ultraviolence qui ne pourra plaire qu'aux fans inconditionnels des Beach Boys. Un gros délire… aigu.

note       Publiée le lundi 19 décembre 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Canada songs" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Canada songs".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Canada songs".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Canada songs".

Procrastin Envoyez un message privé àProcrastin

Il est excellent le dernier.

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Ils ont bien changé eux aussi. Ce premier EP je le mettais dans le panier de trucs qui vont trop vite et un peu bêtassou, qui me fatiguent facilement. Le dernier que j'écoute là est 100 fois plus lent, et ressemble vachement à du noise rock déjà bien entendu dans les autres cases noise rock de notre site. Avec des gros synthés en plus et des gros bruits en tant que batterie.

born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

clinging c'est un rape-off d'Immolation par Pig Destroyer, stuveux

blub Envoyez un message privé àblub

Cloacal Kiss, yes! même chanteur que The Sawtooth Grin qui là montre sa passion pour John Chang ET Chris Barnes mais trop basique niveau instru (la chanson "Red Mask" est un p'tain de tube surefficase sinon...)! Triumph of Gnomes mouais... plutôt dans la casse Gridlink/Robinson pour moi avec un p'tit côté fun, j'aime assez! Destroyer Destroyer: on est plus dans le hardcore classique bien qu'assez technique mais de là à dire que c'est math! Clinging... je vais checké!

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

marrant, je me suis fait un mini backlash chaostruc ces jours-ci, alors je complète l'ami blub avec la partie evil du machin, sans les descriptifs pasque je suis une flemmasse et que mes effets je les réserve piur où on sait : Clinging to the Trees of a Forest Fire, Cloacal Kiss, Triumph of Gnomes, Destroyer Destroyer ... éviter Machinist, en revanche