Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRunes Order › The art of scare and sorrow

Runes Order › The art of scare and sorrow

cd • 14 titres

  • 1Twisted act I
  • 2The night and his tears
  • 3Lies in the wood
  • 4Walls sweat images
  • 5Night hunter
  • 6A moment of agony
  • 7Murder is a faith
  • 8Dead inside
  • 9Slaughter
  • 10Twisted act II
  • 11Deicide
  • 12Deceit forest
  • 13Love is a cold lie
  • 14Sacrifice murder memories

enregistrement

Odal, Sonica, Maze et N.D Studios, Italie, 1998-99.

line up

Claudio Dondo (synthés, claviers, voix, percussions, sampling), Argento (voix), Tony Tears (guitare)

remarques

chronique

Styles
electro
gothique
Styles personnels
dark wave dépressive/ électro ambient

Cette fois-ci, nulle image floue, nul paysage hivernal en guise de couverture, on entre dans le noir, l'obscurité brute...Runes Order auraient-ils assombri leur propos ? Assurément mais avant d'aller plus loin, précisons tout de même que pour cet opus n'était présent de la formation originale que Claudio Dondo, accompagné ici de Tony Tears (avec lequel il joue d'ailleurs au sein du groupe goth Helden Rune) à la guitare électrique et d'un certain Argento aux vocaux. Revenons à nos moutons, ce disque à un vilain défaut, il reste de par trop fidèle aux schémas de compositions de Runes order, des petites mélodies glacées en guise d'introduction, des nappes (un peu plus glauques et moins mélancoliques cette fois-ci, encore que l'aspect triste des synthés reste bien présent) qui s'élèvent...beaucoup d'atmosphère donc...trop...on aimerait que ça décolle plus, ça manque de percussions (exception faite de pièces comme 'Lies in the woods', 'Night hunter' ou un 'Murder is a faith' évoquant fortement Limbo), ce qui est étonnant quand on connait l'amour de Claudio pour les structures martiales. Quoi de neuf alors sur ce disque ? Les atmosphères nettement plus malsaines que de coutume, dues en partie à des vocaux masculins saturés, presque agressifs, ou alors chuchotés de diabolique manière dans un arrière-fond d'écho (sans oublier quelques surprises comme les hurlements féminins de 'Night hunter') et les touches de guitare électrique qui amènent un peu de nouveauté au niveau des sonorités. Cela ne suffit, hélas, pas à faire décoller ce disque, relativement long (14 morceaux) dans lequel on peine à trouver les titres (il y en a: 'Twisted act II', 'Night hunter'...) se dégageant du lot. C'est d'autant plus dommage que ces climats malsains sont plutôt plaisants mais ils sont la marque de fabrique de Runes Order et on aurait pu souhaiter plus de nouveauté et de pêche et éviter ce sentiment de tourner quelque peu en rond.

note       Publiée le mardi 4 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The art of scare and sorrow".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The art of scare and sorrow".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The art of scare and sorrow".