Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIsildurs Bane › Mind Vol.4 : pass

Isildurs Bane › Mind Vol.4 : pass

16 titres - 55:50 min

  • 1/ Here : Halo (1:24) - 2/ Here : Heal (5:03) - 3/ Here : Fury (0:46) - 4/ Here : Cage (5:31) - 5/ Hope : Arch (1:00) - 6/ Hope : Good (3:15) - 7/ Hope : Open (2:17) - 8/ Hope : Eyes (6:38) - 9/ Fear : Self (2:44) - 10/ Fear : Idea (8:32) - 11/ Fear : Talk (1:40) - 12/ Fear : Rage (5:33) - 13/ Pass : Part (2:11) - 14/ Pass : Dark (1:39) - 15/ Pass : Loss (4:00) - 16/ Pass : Ends (4:14)

enregistrement

Tits & Ass Studio, Halmstad, Suède, 2002-2003

line up

Klas Assarsson (percussions), Jonas Christophs (guitares), Joachim Gustafsson (violon), Mariette Hansson (voix), Christof Jeppsson (chant), Fredrik “Gicken” Johansson (basse), Mats Johansson (claviers), Anna Lönnberg (voix), Linnea Olsson (violoncelle, voix), Kjell Severinsson (batterie), Lars-Erik Björklund (choeurs), Luca Calabrese (trompette), Fredrik Davidsson (trompette, cornet), Björn Jason Lindh (flûte, flûte à bec), Povel Ohlsson (choeurs), Martin Söderlund (trombone, tuba), Mats Persson (guitare)

remarques

chronique

Surprenant ! Voilà ce que l'on se dit à l'écoute des toutes premières minutes de ce disque. En même temps, pour qui connaît le groupe, revenu des errances progressives les plus baroques, revenu des expériences orchestrales les plus gratifiantes, revenu aussi des pérégrinations jazz les plus hermétiques, Isildurs Bane, pour faire honneur au précepte du concept MIND que Mats Johansson, son leader, mit sur pied voilà déjà maintenant six ans, se devait de s'engager dans une voie qu'il n'avait pas encore exploré. Et quoi de plus magnifique que de faire mûrir tant d'expériences dans le cadre de la pop ? Partager ce goût de l'excellence, lui apporter une dimension supplémentaire, renouer avec la tradition des arrangements les plus nobles sans trahir la modernité de leur écriture. Voilà maintenant près de vingt ans que le groupe suédois avait délibérément mis à l'écart l'instrument suprême : la voix. Et sur "Pass", il fait son retour par la grande porte. On trouve à ce poste Christof Jeppsson au timbre étrangement proche de Peter Gabriel (plus qu'une coïncidence si vous voulez mon avis). Aussi, pour en faire grimper quelques uns aux rideaux, je dirais que sa voix ressemble aussi à celle de Ray Wilson... Mais il n'est pas seul : sur "Good", Anna Lönnberg joue elle la Tori Amos de service. Manière élégante d'assurer ses arrières sans miser sur une originalité à toute épreuve qui aurait pu paraître trop risquée à ce stade de leur entreprise de vulgarisation. Musicalement, ce que nous propose Isildurs Bane est tout simplement à l'avenant. Ce n'est pas parce que "Idea" est le titre le plus long de ce nouvel essai qu'il en incarne son côté le plus progressif. C'est toutefois sur celui-ci qu'Isildurs Bane l'affirme avec le plus d'évidence, preuve que cette nouvelle optique est loin d'être une trahison, mais au contraire une étape logique qui nous amènera encore Dieu sait où la prochaine fois... Extrêmement sensible dans leur déploiement au travers de multiples ambiances brumeuses, la comparaison avec Gabriel devient presque gênante tant elle s'impose. En effet, nous ne sommes finalement pas très loin de projets modestement dantesques tels que "Ovo" ("Talk", "Part", etc.). Mais le plus important c'est que "Mind Vol.4 : Pass" survient à point nommé pour démontrer qu'il est toujours possible de réaliser des oeuvres ambitieuses, à la richesse hors du commun, sans pour autant se perdre dans une complexité aussi inutile que stérile. Et on se surprend à quitter le disque avec un large sourire, incrédule... Tout bonnement bluffant !

note       Publiée le mercredi 24 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mind Vol.4 : pass".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mind Vol.4 : pass".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mind Vol.4 : pass".

torquemada › dimanche 27 décembre 2020 - 12:21  message privé !

Je découvre ce groupe via « In Amazonia » alors que les chroniques de Proggy auraient dû le faire réagir depuis 15 ans. Ce disque avec Hammill est excellent, il va falloir que je creuse, à commencer par la collaboration avec Steve Hogarth (décidément ce groupe a tout pour le plaire).

Aladdin_Sane › mardi 24 mars 2020 - 17:45  message privé !

Décidément, ce groupe ne cessera jamais de me surprendre, ils viennent de sortir un disque en collaboration avec Peter Hammill. Ça s'appelle "In Amazonia" et c'est plutôt bon.

Hymnos › vendredi 6 janvier 2006 - 11:34  message privé !
Si, moi je peux faire un petit commentaire en tant que néophite de la musique du groupe. C'est rare, en général je vous suis d'accord avec Proggy ou Frac, mais pour l'instant (2/3 écoutes) je suis très loin de votre enthousiasme. C'est peut-être bon signe en fait. Les grands disques ce révèlent rarement tout de suite. Mais "présentement"… je suis loin du compte. J'attends pour la note. Par contre j'ai écouté le premier, trsè distraitement, c'est plus dans mes cordes. Patience…
Progmonster › vendredi 26 août 2005 - 08:30  message privé !
avatar
@ Slug : ;o)
Note donnée au disque :       
Slugbait › vendredi 26 août 2005 - 00:34  message privé !
t'as raison, si y a pas de croix gammées, c'est a chier