Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeceit › Mass cultural obliteration

Deceit › Mass cultural obliteration

11 titres - 30:13 min

  • 1/ Foot in the grave
  • 2/ Conditioned to suffer
  • 3/ Pessimist outlook
  • 4/ Walls of despair
  • 5/ Performing lithium deficiency
  • 6/ Meaningless abortion
  • 7/ Third genocide
  • 8/ Dimensional gate of carnivorous species
  • 9/ Discharge the groundwork
  • 10/ A theory of cognitive dissonance
  • 11/ Damnation

enregistrement

Terrier 5, par Jerome Pellegrini, septembre 2003.

line up

Seb (batterie), Jeal (chant), Mitch (guitare), Daniel (basse)

remarques

chronique

Tiens des suisses. Mine de rien à part Nostromo et Coroner je connais pas grand chose là bas. Et bien voilà Deceit qui vient me montrer qu'au pays du chocolat on sait aussi faire du grind. Mais attention on reste assez loin du grind typique genre old Napalm Death. Deceit est un groupe mélangeant des éléments old schools (gros riffs metal posés sur des blasts supersoniques) à d'autres plus modernes (je pense surtout à ces nombreuses parties saccadés et autres breaks complètement hardcore). Grâce à une production réellement impressionante de puissance et de clarté (c'est fou la qualité sonore qu'arrive à avoir même les groupes les plus underground), les 30 minutes de ce "Mass cultural obliteration" passent à toute vitesse sans vraiment laisser de temps mort ni de longueurs véritables. Tout est bien ficelé, les breaks complètement hardcore, les ralentissements saccadés hyper techniques rythmiquement ou bien les accélérations "blastiques", tout fonctionne dans une cohésion et un développement que l'on sent naturel... On pense evidemment à Nostromo, dans une version plus accessible, par ce côté rythmique prononcé et les influences hardcores, ou bien à Nasum pour certaines ambiances intéressantes (et pas assez exploitées à mon sens), mais aussi à des groupes plus old school comme Rotten Sound par exemple. Ceci dit, si le disque passe vite, il ne revient pas vraiment souvent non plus, peut-être trop le cul entre deux chaises, pas vraiment grind, pas vraiment hardcore, pas vraiment technique, mais très loin d'être simple, mais bon c'est quelque part la mouvance actuelle qui veut çà... Et si l'on outrepasse un chant assez faiblard, Deceit nous offre alors 30 minutes de metal/hardcore extrême au son absolument énorme, franchement bien foutu... Le genre de groupe qui ne va clairement pas rester longtemps dans l'ombre...

note       Publiée le samedi 30 octobre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mass cultural obliteration".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mass cultural obliteration".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mass cultural obliteration".