Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSilencer › Death - Pierce me

Silencer › Death - Pierce me

6 titres - 49:03 min

  • 1/ Death pierce me (10:34)
  • 2/ Sterile nails and thunderbowels (6:19)
  • 3/ Taklamakan (8:36)
  • 4/ The slow kill in the cold (11:38)
  • 5/ I shall lead, you shall follow (8:50)
  • 6/ Feeble are you, sons of sion (3:03)

enregistrement

Klangschmiede Studio E, juillet 2000.

line up

Leere (guitare, basse, claviers), Nattramn (chant)

remarques

Steve Wolz (batterie session)

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
black de psychopathe

"Death pierce me" n'est pas à mettre entre toutes les mains. Oh non surtout pas ! Si vous avez un entourage peu habitué aux chants extrêmes, ou si votre copine est fan de Demis Roussos, nul doute que votre vie va changer... En mal. Le mal, voilà ce qu'inspire ce disque (superbe transition hein ?). Et pour préciser plus encore, je dirai la folie. Oui la folie, la vraie, la malsaine, celle qui fait terriblement peur, ce sentiment d'incontrôle, que le pire peut vous arriver n'importe quand... Voilà ce qu'est ce disque : une musique de psychopathe. D'ailleurs, on n'est pas franchement surpris lorsque l'on apprend que le chanteur l'est tout autant et se trouve être interne en hopital psychiatrique. Son chant se trouve en effet être l'un des plus abominables qu'il m'ait été donné d'entendre. Pas le plus extrême non, le plus malsain. C'est clair fallait oser crier comme çà, mais quel effet !!! (si l'on se donne la peine de rentrer dedans, autrement c le sourire garanti) Un atout qui vaut déjà bien la peine d'être entendu : Nattramn hurle, gémit, vomit, tousse, soupire, rarement la souffrance et la folie auront été si bien chantées je pense (dans ce style). Reste tout de même que cet extrémisme ferme la porte aux personnes les plus allergiques aux chants extrêmes, car il faut bien le dire, c'est barré ! Surtout que musicalement le groupe (enfin ils ne sont que deux, enfin un et demi...) persévère dans cette veine malsaine. Opérant dans une veine plutot black dépressif, l'ambiance dégagée se révèle vraiment oppressante. Longs riffs linéaires, tout en harmonies à deux ou trois guitares, rythmiques hyper speed ou plus posées, l'auditeur a réellement l'impression de vivre l'agonie de Nattramn qui hurle encore et encore le long de ces longues compositions. On frôle le génial parfois ("Death pierce me", "The slow kill in the cold"), trébuchant quelques rares moments ("Sterile nails and thunderbowels"), quand on n'a finalement tout simplement pas l'envie de rejoindre ce type qui se déchire la gorge et sombre dans la folie la plus terrible ("I shall lead you shall follow", réellement marquant). Bref, Silencer avec cet unique album (ils ont splitté suite à l'internement définitif de Nattramn) envoie là un méfait comme il sera difficile d'en trouver deux. Une ambiance unique, un chanteur unique, une musique unique, dont les seuls défauts seront de se faire un peu long parfois et d'être relativement difficile d'accès... Quoi qu'il en soit, un disque hautement recommandable pour toute personne stable mentalement...

note       Publiée le lundi 7 juin 2004

partagez 'Death - Pierce me' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Death - Pierce me"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Death - Pierce me".

ajoutez une note sur : "Death - Pierce me"

Note moyenne :        32 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Death - Pierce me".

ajoutez un commentaire sur : "Death - Pierce me"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Death - Pierce me".

yog sothoth › vendredi 20 juillet 2018 - 10:35  message privé !
avatar

oh, y'a quand même quelques gars de Bethlehem qui gravitaient autour du projet...

Dead26 › vendredi 20 juillet 2018 - 07:29  message privé !

Je pense que si la voix du chanteur n'avait pas été aussi particulière, j'aurais jamais acquis ce cd. Musicalement c'est assez traditionnel et comme dit le Homard-mayo y'a quand même un truc en effet.

Note donnée au disque :       
Langouste-mayonnaise › jeudi 19 juillet 2018 - 22:54  message privé !

Voilà, c'est l'impression que j'ai avec la plupart des albums avec lesquels j'ai commencé le metal, dont celui-ci, que j'ai réessayé tout à l'heure. 'Fin y a quand même un truc dans cet album.

Demonaz Vikernes › jeudi 19 juillet 2018 - 22:16  message privé !

Ado, ce truc m'avait fait une super impression, mais quand je l'ai ressorti il y a un mois, bonjour l'ennui.

Note donnée au disque :       
zappymax › jeudi 19 juillet 2018 - 19:21  message privé !
. . . cette voix : mais c'est !? ... c'est ... c'est ANTONIN ARTAUD ! (screaaAAAaaaaaAAAAaaammMMMM !!!!!!)(il était caché en Suède depuis 1948 !)