Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAwol One & Daddy Kev › Slanguage

Awol One & Daddy Kev › Slanguage

  • 2003 • Mush MH-214 • 1 CD

cd • 22 titres

  • 1Ear Drums for Beer Runs at AA0:41
  • 2Start Your Road Trip Now1:23
  • 3My Father Is Time, My Mother Is Nature1:21
  • 4Six Black Roses Are Sent to Your House2:58
  • 5Audio Bibles Are Written on Stone Tablet Tables1:05
  • 6Finger Paint With Bloodlike War Paint2:31
  • 7That One Song You Play When You're Faded2:10
  • 8Mechanical Angel in Purgatory1:47
  • 9Reflections for Scratching Your Face Off2:31
  • 10Grey Skys in Psycho Delic RGB1:27
  • 11Idiot Savant Autistic Delivery5:34
  • 12Bootleg Monster Movies5:13
  • 13Montgomery Burns' Quest for Power3:22
  • 14Bladder Swear AKA Colon Soup Rockin' the Mic4:16
  • 15My Favorite Weapon Selection1:07
  • 16High School Love Story Drop Out Song4:42
  • 17Psychos vs. Suckers Are the Branch Davidians0:451
  • 18Buyin' Friends on eBay3:41
  • 19Slowly Means God Is My Witness3:02
  • 20A Trainwreck in the Netherworlds3:37
  • 21The Rules of the Week5:03
  • 22Turn Your Lights Off Conspiracy0:50

enregistrement

The Echo Chamber, Los Angeles, Californie, USA, 2002

line up

Awol One (mc, claviers), Daddy Kev (programmation, percussions), D-Styles (platines)

remarques

chronique

Styles
jazz
hip-hop
Styles personnels
underground > free hop

Avant de déboucher sur ce "Slanguage" unique en son genre, Awol One (ancien Shapeshifters) et Daddy Kev sont passés par une multitude d'étapes, chacun de leurs côtés, puis ensemble, dont ce disque représenterait, en quelque sorte, l'aboutissement. Ce travail commun de 2003 ne se contente pas d'avoir des airs d'un concept album ; du haut de ses vingt-deux titres enchaînés sans temps morts, "Slanguage" propose de se familiariser avec leur vision d'une certaine forme de free jazz hop. Débarassé de ses gimmicks parfois lourdingues, Daddy Kev fait preuve d'un renouvellement exemplaire en rafraîchissant sa palette sonore d'échantillonages bien plus clairs, les plus à même de mettre en exergue les propos de ce projet en duo. Piochant majoritairement la plupart de ses samples à leur source même, l'ambiance générale du disque n'échappe pas à l'ombre de cet ancêtre qu'il est censé honorer. Mais cela ne se traduit pas seulement dans des choix purement esthétiques. Les transitions, d'habitude bien nettes pour ce genre de production, laissent planer un doute sur chacunes des notes mises en perspective. Les plages se succèdent et le flow d'Awol, plus posé que jamais, possède des allures de spoken word, si bien que mis à part quelques titres où le californien se laisse emporter par les breakbeats qui lui sont envoyés, "Slanguage" se déroule avec élégance et s'écoute comme un livre qui se raconterait de lui-même. Il y a bien quelques chapitres où l'on ne comprend pas bien où le héros de l'histoire veut en venir. D'autres encore où, finalement, il ne se passe pas grand chose. Mais sur la longueur "Slanguage" n'est jamais fatigant, et plutôt captivant. Un disque de plus dans la galaxie rap qui démontre, une fois encore, que là au moins ça bouge tout azimut. Il faut vraiment faire preuve d'une furieuse dose de mauvaise volonté pour ne pas pouvoir y trouver chaussure à son pied, tant cette scène semble s'ouvrir à toutes les perspectives qui lui sont offertes. Montrez vous donc à la hauteur et faites de même.

note       Publiée le lundi 31 mai 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Slanguage".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Slanguage".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Slanguage".

wav › lundi 31 mai 2004 - 11:15  message privé !
trés bon album qui m'avait agréablement surpris a sortie vu que daddy kev etait un beatmaker plustot moyen sur son EP et les 2 autres albums avec awol mais la vraiment tres fort peut etre le meilleur album d'awolrus avec "speakerface". de plus daddy kev a bien confirmé avec sound advice et cosmic cleavage. sinon awol fait toujours parti des shapshifters je sais pas ou tu as péché cet mauvaise info.