Vous êtes ici › Les groupes / artistesPDaniel Palomo Vinuesa / Collectif Serendipity › Le projet flou

Daniel Palomo Vinuesa / Collectif Serendipity › Le projet flou

12 titres - 59:57 min

  • 1/ Début ? (0:45)
  • 2/ J.U.M.M.A.P ? (3:30)
  • 3/ Présent ? (1:30)
  • 4/ Migraine ? (3:42)
  • 5/ Chanson Flou ? (3:45)
  • 6/ Nouvel Emploi ? (5:32)
  • 7/ En Attente ? (3:51)
  • 8/ Le Projet Flou ? (5:12)
  • 9/ Voyage par Mains ? (2:33)
  • 10/ Electrophone ? (4:45)
  • 11/ Le Chat Quantique ? (5:03)
  • 12/ Tu M'écoutes ? (4:15)
  • 13/ Fin ? (02:15)

enregistrement

France, 2002

line up

Daniel Palomo Vinuesa (programmation, chant, saxophone, ewi, percussions), Pascal Dalmasso (guitares), Geoffroy Montel (saxophone, voix), N. Scott Robinson (percussions)

remarques

chronique

De ma courte et triste expérience de chroniqueur bénévole et donc non rémunéré (merci aux âmes charitables de faire suivre vos dons), jamais jusqu'à présent n'ai-je eu l'occasion de m'envoyer en travers des oreilles une démo aussi prometteuse, aussi aguicheuse, aussi réussie. Ce n'est pourtant pas dans mes habitudes d'aller dans le sens du poil et d'ainsi noyer les artistes sous les compliments, mais une fois n'est pas coutume, je me lâche, j'abdique, je confesse ; je suis tombé sur mon cul. Le Collectif Serendipity n'en est pas à ses premiers faits d'armes et c'est dissimulé sous la bannière de ce dit collectif que Daniel Palomo Vinuesa nous propose cet enregistrement d'une grande mâturité, d'un grand professionalisme. Ceci ne veut pas dire que les contours en soient lisses. La teneur du projet me semble de ce point de vue assez explicite. Cette lucidité s'exprime dans l'intuition et/ou l'intelligence qui résulte de la volonté de laisser les accidents musicaux nous mener vers des territoires inconnus. Une démarche qui rappelle celle de Brian Eno. Idéologiquement scindée en trois parties dont la transition de l'une à l'autre ne se devine pas, chacune d'entre elle présente des facettes à la fois complémentaires et différentes. La première nous familiarise avec l'esthétique clairement électronique du projet dont l'inventivité rythmique et sa subtilité n'a rien à envier à ceux prodigués par Sean Booth et Rob Brown d'Autechre. Mieux ; en y mêlant les ondulations organiques du saxophone et des parties de guitares complètement remodelées, la musique gagne en densité et en mélodicité. La seconde partie poursuit le même traitement en y introduisant la voix par le biais d'une "Chanson Flou" qui traîne derrière elle les errances mélancoliques de Robert Wyatt, carrément. Le fil musical se détend et se poursuit sur des variations plus abstraites (la plage titre) avant de nous guider vers sa troisième et ultime partie, de loin la plus musicale, où l'on pointera "Electrophone", une relecture fondamentalement jazz à l'habillage post moderne. Mais je me rends compte que malgré mes tentatives et mes efforts répétés à essayer de vous restituer du mieux possible l'atmosphère qui se dégage de ce disque, je reste évasif. Quoi de plus normal, me direz-vous, pour un projet flou...

note       Publiée le samedi 10 mai 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Le projet flou".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Le projet flou".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Le projet flou".

Jacques Capelovici › jeudi 6 janvier 2011 - 10:51 Envoyez un message privé àJacques Capelovici

En téléchargement libre sur http://vinuesa.perso.neuf.fr/

Progmonster › dimanche 11 mai 2003 - 22:43 Envoyez un message privé àProgmonster
avatar
voici l'adresse de leur site : http://www.collectif-serendipity.org
Note donnée au disque :