Vous êtes ici › Les groupes / artistesPDaniel Palomo Vinuesa / Collectif Serendipity › L'homme approximatif

Daniel Palomo Vinuesa / Collectif Serendipity › L'homme approximatif

15 titres - 71:01 min

  • 1/ Avant (3:49)
  • 2/ Tesla (6:06)
  • 3/ Darwin (6:36)
  • 4/ Galileo Galilei (5:15)
  • 5/ Bee MO (1:30)
  • 6/ Lent (6:45)
  • 7/ L'Homme Médecine (4:42)
  • 8/ Docteur Wade (2:46)
  • 9/ Global#1 (3:01)
  • 10/ Global#2 (2:11)
  • 11/ Global#3 (3:18)
  • 12/ Global#4 (1:48)
  • 13/ Pythagore (1:32)
  • 14/ Poincaré (14:50)
  • 15/ Après (6:52)

informations

line up

Daniel Palomo Vinuesa, Pascal Dalmasso, Stefano Cavazzini, David Fenech, Christofer Bjurström, Gérard Bouquin, François Malet, Geoffroy Montel, Franck Marguin

chronique

Le prestigieux label Signature de Radio France s'apprête à publier le nouveau disque de Daniel Palomo Vinuesa et son collectif Serendipity - gage de qualité s'il en est ; un artiste original dont nous nous étions déjà fait l'écho ici même il y a de cela trois ans. On connaît la fascination que le multi instrumentiste cultive à l’égard des zones d’ombres, des espaces inquiets, des doutes et toute la part de mystère qui se cache derrière chaque tentative désintéressée à vouloir définir l’indéfinissable. Aussi, après "Le Projet Flou", voici donc "L’Homme Approximatif". Pas d’amateurisme pour autant, Daniel sait précisément ce qu’il fait. En prenant de la hauteur,Daniel et les siens parviennent très facilement à nous faire décoller, chaque titre s’apparentant plus ou moins - c’est pas très net, mais c’est voulu – à des rampes de lancement vers un ailleurs fantasmé, une bulle de survie dont chacun possède la clef. Un rêve éveillé, un rêve d’enfant triste en fait, ou d’adulte vaguement désabusé, dans les rétines desquels des myriades d’étoiles viennent à se refléter. L’espoir d’un monde que l’on façonne à sa guise, un monde où l’on rie, où l’on pleure, mais dénué de toute arrière pensée. Le nombre conséquent de participants qui, pour la plupart, contribuent à l’écriture de cette musique dont l’entrain peut aller jusqu’à nous évoquer l’ambiance idéalisée d’une fête foraine virtuelle, ne parvient pas pour autant à chasser de l’esprit de Daniel ses petites lubies électroniques minimales sur fond de jazz dénaturé. On retrouve cependant en filigrane un socle commun qui rattache toutes ces personnes, toutes ces envies, et l’impression tenace que le sentiment que nous procure l’écoute de "L’Homme Approximatif" n’a pas été généré par les seules lois du hasard. Les mélodies limpides, les percussions précises, l’environnement cotonneux qui englobe tout ça font de ce décor aux couleurs d’arc-en-ciel un terrain balisé où la seule donne aléatoire, et finalement réelle parce que régie par les codes de son propre univers, est celle du tout est possible. Ce qui caractérise avant tout le travail de Palomo Vinuesa, c’est sa grande générosité. Et ce don de soi est très perceptible ici. Un homme curieux de tout, ouvert et réceptif aux vibrations positives qui l’entourent, même si ce n’est pas facile tous les jours, même si cela ne l’a jamais été, et qui, en tant que musicien, joue parfaitement son rôle de filtre pour transmettre à d’autres comme lui ce message universel qui abolirait tous les espaces, toutes les frontières, toutes les différences.

note       Publiée le mercredi 14 juin 2006

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "L'homme approximatif" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "L'homme approximatif".

    notes

    Note moyenne        5 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "L'homme approximatif".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "L'homme approximatif".

    Stalker Envoyez un message privé àStalker

    Mais laissez-le, le gamin... Sur KC, faut avouer qu'il a des avis assez excellents... Ce Daniel Vinuesa est assez excellent, assez complexe et très difficile d'approche à la première écoute, je trouve... Mais ces petits morceaux de vie mis en musique, une fois digérés, passent parfaitement. En gros, c'est très bon.

    Note donnée au disque :       
    Dun23 Envoyez un message privé àDun23

    A 34 ans je pense à trois choses : à mon sexe, aux filles, et comment concilier les deux!

    Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile

    "J'ai dépensé énormément d'argent sur les belles filles, l'alcool et les voitures de sport. Le reste, je l'ai gaspillé"- George Best.

    empreznor Envoyez un message privé àempreznor

    quand on voit cette dissociation sexe/fille, on sait qu'on est sur gutsoftommy.

    Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile

    "A quinze ans on pense à trois choses : au sexe, aux filles, et comment concilier les deux"

    Le "A quinze ans" est de trop.